En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

dimanche 1 septembre 2013

La vigilance est de mise

Surpris par la levée de boucliers un peu partout dans le monde et particulièrement dans les pays européens, le NOM a décidé de temporiser.

Habitué au manque de constance des foules et sachant qu'à notre époque les meilleures résolutions du public s'émoussent en moins d'une semaine  il a reporté la date d'intervention.
Ce n'est pas avant une dizaine de jours que l'Empire lâchera ses troupes si, d'ici là, il sent que l'intérêt s'est déplacé ailleurs.
On peut donc, à la fois, craindre une nouvelle grossière provocation et peut-être un fait divers largement propagé, suffisamment chargé en pathos, pour détourner l'attention sur ce qui se prépare.

Les paris sont ouverts, outre une seconde attaque aux gaz encore plus meurtrière que la précédente,  un accident nucléaire, un accident de A380 ou B747, le divorce d'Obama, la résurrection de Nelson Mandela le troisième jour ?

4 commentaires:

  1. Ne peut-on en rester aux coups tordus traditionnels ?
    Un false-flag sur la Turquie serait un bon moyen de faire entrer l'Otan dans le jeu ?

    RépondreSupprimer
  2. oui probablement, mais je n'ai pas l'impression que "l'opinion" se mobiliserait plus pour la Turquie, dont on sait en fait combien elle est agressive, que pour les libérateurs islamistes.
    Mais s'il s'agissait juste de chercher une excuse, la Turquie ferait l'affaire.
    En fait j'évoquais plutôt une diversion pour attaquer la Syrie "en douce".

    RépondreSupprimer
  3. On sent bien qu'ils nous préparent quelque chose...
    mais quoi ?
    Remarque, la liste des possibilités est infinie.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.