En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

jeudi 29 août 2013

Du rififi en Méditerranée orientale

Tandis que l'on apprend que la mission des observateurs de l'ONU se termine samedi, donc que l'attaque pourrait débuter dans la nuit de samedi à dimanche, la Russie réagit en annonçant l'envoi sur place d'un croiseur lance-missile et d'une frégate ASM, le Chabanenko de la classe Udaloy, en plus des unités déjà présentes dans la région.
Les évènements se cristallisent et contrairement aux fois précédentes, la Russie ne semble pas décidée à se laisser marcher sur la tête.


Une frégate ASM de la classe Udaloy
Ce que n'ont pas compris certains dirigeants occidentaux dont les français, peu au fait de ce genre de choses, c'est qu'on touche là à l'un des points centraux de la politique russe depuis des siècles : l'accès aux mers chaudes.
Ni l'Irak, ni la Libye, ni même les Balkans depuis l'effondrement du pacte de Varsovie n'avaient ce poids.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.