En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

mercredi 3 juillet 2013

Quand l'affaire Snowden démontre la proximité réelle entre Paris et Washington.

Le gouvernement laisse filtrer des rumeurs laissant à penser que peut-être, si, à condition que, éventuellement etc, il ne serait pas hermétique à une demande d'asile de l'ex-agent des services américains Edward Snowden :
L'Immonde
et là aussi

La réalité, c'est qu'en bons toutous à leur maître, L'Europe, France en tête exécute à la lettre les ordres qu'on leur donne depuis Washington DC. Ceci relativise, si besoin était, les aboiements de roquet de Toutou-Hollande
Cette nuit, plusieurs pays européens dont la France, ont interdit le survol de leur territoire à l'aéronef présidentiel  de l'Equator  [EDIT] de la Bolivie (milles excuses), au prétexte que Snowden aurait pu être à bord.
Ce sont des comportements insupportables, Snowden étant recherché par les USA pour trahison, celui-ci ayant révélé des affaires d'espionnage entre autres à notre encontre. Nous n'avions donc aucune légitimité à interdire le survol de notre territoire à un aéronef d’État disposant des autorisations diplomatiques en règle. Au contraire !

La fameuse patrie des Droits de l'Homme qui tabasse et gaze des manifestants non violents, qui rafle des gens qui portent un T-shirt ou se tiennent sans bouger devant un bâtiment public ou sur une esplanade, maintenant qui ne respecte pas les règles du droit international, a sacrément du plomb dans l'aile.


8 commentaires:

  1. Ce gouvernement de larbins des USA et de ses banquiers est complètement dégoûtant (je pense pire, mais je suis polie).

    Heureusement, l'Autriche n'a pas empêché Snowden de venir sur son territoire, elle.

    RépondreSupprimer
  2. ouais, on n'est pas très glorieux, pas plus sur ce coup que sur d'autres.

    RépondreSupprimer
  3. Notre tort, c'est de nous impliquer et de dire "on" ou "nous".
    Alors que comme Jean-Pierre me l'a fait remarquer chez Hoplite, nous n'aovns rien à voir avec ces gens-là, qui ridiculisent la France.

    RépondreSupprimer
  4. qu'à but de politique intérieure nous nous démarquions, je trouve cela légitime, mais vus de l'extérieur, nous sommes tous embarqués dans le même bateau et jouer à "c'est pas moi, c'est l'autre" est parfaitement futile.

    RépondreSupprimer
  5. Du temps de l'OAS, quelques-un de ses membres s'étaient réfugiés en Espagne, sous Franco, pourtant peu sympathisant de DG: ils ont été virés pour ne pas rater un juteux marché d'oranges

    RépondreSupprimer
  6. oui le monde n'est pas très beau

    RépondreSupprimer
  7. J'aime bien "proximité" quand effectivement, il s'agit de franc larbinage..
    On passe vraiment pour des c*ns.
    J'ai eu le malheur de rater cette séquence : Sarko allait .. ses lettres de créances à Bush - Bush à gauche sur une estrade et Sarko 10m à droite.
    Quand ce fut son tour - Talonette se rua "tap tap tap .." vers le Calife. La presse US s'en gargarisa le lendemain.
    Le Métis.. ses premier contacts avec Sarko, ce fut la même chose : il en rit sur CNN.

    Nous passons (sommes) pour des charlots.. Je ne parle pas de la Chine.

    RépondreSupprimer
  8. D'où ma réponse à la Mouette, qu'on le veuille ou pas, vu de l'extérieur c'est "nous"

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.