En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

lundi 1 juillet 2013

Espionnage américain en Europe

Je reviens sur ce non-évènement seulement parce qu'il donne lieu a des déclarations de personnels politiques et médiatiques qui valent quand même quelques steacks, dans la mesure où l'on dit qu'une bonne tranche de rigolade vaut un bon steack.

Déclaration de Fleur Pellerin, ci-devant ministre de la République chargée de quelque chose dans l'informatique ou domaine approchant :
 Même si ce n'est pas vraiment un acte amical [l'espionnage politique]  de la part d'une puissance amie, ce n'est pas une nouveauté [...] ce qui me paraît particulièrement choquant, si ça devait être avéré, c'est le dispositif qui a été mis en place de surveillance généralisée [...] des populations. C'est une affaire complètement différente de l'affaire d’espionnage, c'est beaucoup plus grave.

Alors là ! on touche à un sommet de l’hypocrisie en Hollandie. Le gouvernement français fait tout ce qu'il peut pour contrôler tous les domaines de communication, en particulier ceux qui lui échappent encore un tant soit peu, comme internet, en lorgnant sur ce qui existe comme moyen de filtrage et de répression  en Chine par exemple, et une de ses représentantes vient nous déclarer, que l'espionnage politique et/ou industriel ce n'est pas très grave, mais que la surveillance des populations ça l'est !

Pour ceux que le terme non-évènement utilisé plus haut aurait surpris ou choqué,  il faut bien comprendre que les USA considèrent l'Europe comme un vassal, l'Allemagne comme le chef de cette marche orientale de l'Empire et la France comme un emmerdeur ayant la capacité d'enrayer le système.
C'est parfaitement bien décrit dans "le Grand Échiquier" de Zbigniew Brzezinski.

Il est donc normal que depuis 1945, l'un et l'autre soient marqués à la culotte. S'il existait en France un homme politique qui ne l'aurait pas compris il aurait ipso facto  sa place ailleurs qu'en politique. On n'y a que faire d'incompétents, innocents de surcroît.

En fait ce qui dérange le monde politique européen, ce n'est pas d'être espionné, puisqu'il n'a rien d'important à cacher à son suzerain et qu'à titre personnel, tous les hommes politiques ayant une fonction décisionnelle partagent les mêmes intérêts que l'Empire. Non ce qui le dérange, une fois de plus, c'est que cela se soit su. Cela le condamne aux rodomontades que personne, évidemment, hors les populations avachies et innocentes, ne prend au sérieux.

Pour finir, une bonne blague entendue sur RTL ce matin (de mémoire) :

La journaliste (probablement Beaufillon) quand même cela n'a pas empêché le 11 septembre
le journaliste (a priori Laurent Bazin) sérieux  non et ça fait peur

Là j'ai carrément failli m'étouffer !


2 commentaires:

  1. A lire ici:

    Nous avons aussi notre propre réseau Echelon, moins puissant que celui des Anglo-saxons, mais bon...

    RépondreSupprimer
  2. c'est pour cela que leurs cris d'orfraies n'affolent qu'eux mêmes.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.