En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

lundi 13 décembre 2010

Menace d'attentats en Europe par des mohamétans

Ne serait-il pas temps de cesser de parler de menace terroriste comme si celle-ci était multiforme ou de Kamikaze comme si le Japon s'était remis en guerre alors qu'il s'agit plutôt d'hashâchines, voire au mieux de moudjahidines ?

Parlons clairement de guerre menée par l'Islam contre les Européens supposés chrétiens . Une guerre d'invasion, puisque le but en est clairement de faire accorder des droits particuliers à une population arrivée de fraîche date et tendant (on peut qualifier ce mot de doux euphémisme) à un particularisme tant culturel que cultuel.
En plus ces assassins sont de vrais malades mentaux ne supportant pas la frustration. Une sorte de mauvaise sortie de l'enfance.

Rappelons que le ministre des affaires étrangères suédois avait notifié qu'il n'était pas question de laisser construire des mosquées subventionnées par des pays musulmans tant que ces mêmes pays refuseraient l'érection de monuments chrétiens semblables sur leur territoire. Une saine et juste application d'un principe un peu oublié ici : la réciprocité. On aurait aimé qu'un de nos ministres proférât une telle phrase.
Rappelons que ce principe, autrefois inscrit dans la constitution de la Vème, en a été ôté par Guignol I ou Guignol II (j'ai cité Chirac ou Sarkozy, mes souvenirs sont flous sur ce point) à l'occasion d'une énième réforme de la Constitution pour la rendre conforme aux traités européens.
Pendant que la majorité de la classe politique française et la quasi-totalité des journaleux œuvrent pour que le mot "occupation" soit désormais considéré comme une injure raciste des plus infamantes et que le ministre de l'Intérieur Brice de Neuillyce confie la supervision de la police de la pensée à des associations partisanes, des puissances étrangères nous envoient leurs agents avec mission de tuer pour faire valoir leur droit à nous envahir !
Et on nous conteste même le droit de nous défendre quand bien même nos deux bras seraient liés dans le dos et nous aurions un boulet à chaque pied.
Époque merveilleuse s'il en fût !

2 commentaires:

  1. Peu à peu, les mots ne veulent plus rien dire... Signe de décadence !

    RépondreSupprimer
  2. je me dis parfois qu'on a dépassé le stade des signes :-o

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.