En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

jeudi 9 décembre 2010

Le jour d'après.


Des milliers d'automobilistes piégés sur les autoroutes et nationales franciliennes, des adultes, voire enfants isolés recueillis dans les gymnases, les avions bloqués sur les deux plus grands aéroports du pays, les transports en commun bloqués ou pris d'assaut, des scènes d'émeutes dans les gares.
Que s'est-il passé ? Assisterions nous dans la réalité  aux premières scènes du film d'anticipation "Le jour d'après" ?
Que nenni. Il n'est tombé que quelques centimètres de neige gluante, entre 5 et 10 cm,. Il n'y avait pas beaucoup de vent, donc pas de congères comme en 86 si mes souvenirs sont bons, ni 1 mètre de neige comme pendant les fêtes de fin d'année en 78/79. Alors c'était du sérieux.
Non ce qu'il s'est passé et sur quoi  les médias omettent bien soigneusement de mettre l'accent, c'est que la société virtuelle a été tout simplement rattrapée par la réalité.
Dans la société virtuelle, les immigrés sont des Bisounours, la religion mahométane est une religion de paix d'amour et de tolérance. En matière climatique, nous vivons un réchauffement horrible qui va mener à on ne sait quels cataclysmes.  En foi de quoi, l'État subventionne la construction de mosquées, renonce à toute politique d'assimilation, encourage de facto l'immigration  en provenance de pays mahométans et en matière climatique, l'État subventionne les climatiseurs (d'air froid),  les responsables à tous niveaux renoncent à tout équipement de salage, de déneigement, de lutte contre les "grands froids".
Ainsi les lignes électriques cassent dès qu'il tombe quelques centimètres de neige, la région capitale du pays est bloquée par ces mêmes quelques centimètres de neige. On encourage les gens à négliger leur transport personnel pour des transports en commun surchargés ou inexistants, après qu'on a interdit il y a quelques années les pneus à clou, moyen pourtant bien efficace de circuler dans des conditions difficiles.
Finalement la politique du gouvernement tient en peu de mots "restez chez vous !" Le même politique qu'en matière migratoire : surtout ne rien faire, principe de précaution oblige .

On croit rêver, ou plutôt cauchemarder. Comment un pays qui a (encore) la prétention de faire partie des, disons 10 pays les plus puissants du monde, peut-il se laisser aller à ce point ? Certes cette place est largement surévaluée, mais quand même, où est passée la fierté ?  De la fierté, il ne reste que l'orgueil, ou plutôt la vanité basée sur les réalisations de nos pères mais nous-mêmes qu'avons nous fait de nos talents, pour reprendre une parole d'évangile ?

4 commentaires:

  1. De la gestion au jour le jour, voilà ce qu'est gouverner maintenant. Parce que le but ultime, il ne faut pas l'oublier c'est la mondialisation.
    J'ai d'ailleurs noté que certains (jeunes surtout) vivaient comme si demain n'allait pas exister.
    Pour moi, les grands prophètes sont certains auteurs de science fiction (américains). Ils ont écrit à une époque de prospérité, de croissance, de progrès, des récits où le futur était décrit comme chaos, misère des masses humaines, insécurité, famine et une "élite" gouvernante dictatoriale méprisant totalement le reste des humains. On y est presque.

    RépondreSupprimer
  2. d'ailleurs on ne gouverne plus on fait de la "bonne" gouvernance, ce qui est différent.

    RépondreSupprimer
  3. Et tout ce que trouve le gouvernement comme excuse, c'est la faute à Météo-France !
    Mais qui a décrété qu'il ne fallait plus déneiger qu'une voie sur deux sur les autoroutes et voies rapides ?
    Qui a multiplié rond-points, chicanes, voies d'autobus et autres obstacles pour emm... les automobilistes ?
    Qui pousse au tout transports en commun ?
    Et qui n'est pas fichu d'organiser la gabegie à ce niveau-là comme à tous les autres ?
    Ce même "gouvernement"... qui ne gouverne rien !
    Très bel article. Bravo Paul-Emic !

    RépondreSupprimer
  4. J'atteste que Météo France avait parfaitement prévu l'épisode neigeux et d'ailleurs le problème n'est pas là.
    La neige a commencé à tomber un jour de semaine entre 10 h et 13 h selon le lieu, pas besoin de prévisions pour envoyer quelques "lames" dégager les routes, ce qui aurait réglé le problème bien avant l'afflux de sortie de bureaux vers 17 h.
    C'est typiquement un problème d'incompétence. Il y a des domaines où nous n'avons pas tous la capacité ou la possibilité de déceler cette incompétence, mais là pas de doute.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.