En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

lundi 13 décembre 2010

Institut pour la justice

L'Institut pour la justice a besoin d'argent.

6 commentaires:

  1. Exposé bien trop long sans possibilité d'aller directement à la fin. Je suis allé dès que j'ai pu sur la page référendum". Bof !
    On a vu ce que nos gouvernants ont fait du dernier référendum. Alors les pleurnicheries des victimes, les doléances de cette association, ils n'en ont rien à faire.
    Cet institut n'aura jamais le pouvoir, oui le pouvoir, que peut avoir la LIC(R)A sur laquelle le gouvernement veut se défausser de certaines tâches ! Là les intérêts ethniques ne sont pas les mêmes.
    Arrêtez de vous plaindre victimes, vos dirigeant vous les avez élus, choisis. En 2002 vous avez voté à 80 % pour CHIRAC (les dictateurs ne parviennent même pas à ce score, ils n'osent pas !)(Et LE PEN n'a jamais voulu le pouvoir, mais bon on a vu votre choix, assumez !).En Chine en Iran, récidive zéro pour certains crimes (crime au sens général du code pénal), et je trouve cela normal.
    Quand un individu est jugé coupable, il ne faut plus que ce soit un juge qui décide de la peine, mais une grille de barèmes prenant en compte les différents paramètres.
    Il faut aussi rendre responsables et punir les magistrats qui ont libéré avant terme un futur récidiviste. Ils sont AUTANT coupables que l'auteur.
    Malheureusement, actuellement, si justice il doit réellement y avoir, il faut se la faire soi-même.
    Le pouvoir est dans la rue et visiblement certains l'ont compris (casseurs, bandes ethniques et notre gouvernement aussi car il laisse faire). Là l'Institut pour la Justice n'effraiera jamais personne. Donc il est sans réelle efficacité pour changer les choses.
    Voilà ce qui peut arriver (http://www.youtube.com/watch?v=Kvrj5sQxSXo&feature=player_embedded), et que le député ex ministre se fasse dérouiller me fait plaisir.

    RépondreSupprimer
  2. pas persuadé que les gens qui soutiennent l'Institut pour la justice fassent partie des 80% d'électeurs de Chirac et pas des autres 20%.
    Critiquer et Chirac et Le Pen et la gauche c'est bien mais critiquer sans alternative ça mène à quoi ?
    On ne peut pas non plus laisser tout faire et rentrer la tête dans les épaules en se disant qu'on réglera ça le jour du Grand Soir.

    "Quand un individu est jugé coupable, il ne faut plus que ce soit un juge qui décide de la peine, mais une grille de barèmes" : ça c'est le système directement issu de la révolution de 89 et ensuite assoupli. On a vu ce que ça pouvait donner. Le XIXéme a-t-il été moins criminogène que le XVIIIème ? C'est vrai que ça ferait des économies de procédure et d'avocat.
    Si déjà on se contentait d'appliquer la loi, de condamner à perpéte ce qui relevait autrefois de la peine de mort et de faire effectuer l'intégralité des peines ?
    Le gros problème de la justice en France, ce n'est pas tant les lois elles-mêmes que le détournement qui a été mis au point par le biais du code de procédure pénale, inconnu du grand public et des directives plus ou moins occultes données par les politiciens.
    Comme je le dit souvent, une petite lecture de "L'avant-guerre civile' d'Éric Werner éclaire bien les esprits.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai parlé de grilles de condamnations (je n'ai jamais eu connaissance de ce système en 89) par opposition aux verdicts des juges, verdicts qui varient énormément selon les lieux et AUSSI les personnes, verdicts allant de la condamnation ou la relaxe selon l'instance (1ère instance, appel, cassation). On peut être condamné à perpétuité au premier jugement et relaxé en appel ! C'est ça la justice ? Il y a quand même un problème.
    Pour le reste, même si LE PEN n'a jamais voulu le pouvoir les 20% de 2002 étaient loin de le lui donner.
    Seule une représentation à la proportionnelle du parlement peut faire évoluer les choses. Je ne crois pas en l'efficacité de cet institut. Il y avait le mouvement "Légitime défense" à une époque qui mettait à la disposition des mis-en-cause un excellent avocat qui a très bien oeuvré tant en défendant les mis en cause que les victimes de racailles.

    RépondreSupprimer
  4. Le but de cette association c'est seulement de faire appliquer les lois. Je ne crois pas qu'il y ait d'autre ambition.
    Ce n'est pas un mouvement révolutionnaire, c'est clair, mais parfois le travail de fourmi porte ses fruits.
    Voyez l'exemple des Frères Musulmans qui ont commencé en montant des dispensaires et en distribuant de la soupe aux pauvres en Égypte dans les années 20. En fin de compte ça a abouti à au mouvement islamiste, que pour ma part je considère comme un ennemi, mais dont je reconnais les mérites quant à la méthode appliquée. Nous ferions bien d'en prendre de la graine.

    RépondreSupprimer
  5. @Paul-Emic : En ce qui concerne la justice, on ne dira jamais assez le mal fait par l'ENM (l'école nationale de la magistrature) qu'il faudrait dissoudre au plus vite car elle formate les futur(e)s juges (souvent des femmes tant cette profession est dévaluée de nos jours). Cette institution est au moins aussi pernicieuse que nos tristement célèbres IUFM (même intégrés à l'université). Quant à la perpétuité, jamais elle ne sera appliqué au nom des principes d'humanité dont doivent bénéficier des gens qui ne les ont jamais accordés à leurs victimes.
    @AHAE : il est certain que la proportionnelle est indispensable à une évolution vers plus de démocratie et de respect des idées sortant de la pensée unique. La France est d'ailleurs le seul pays d'Europe à ne pas vouloir la pratiquer pour les élections majeures.

    RépondreSupprimer
  6. je suis d'accord sur le rôle néfaste des juges et de l'ENM, je suis même partisan, avec toutes les dérives qui peuvent en résulter de l'élection des juges comme le pratiquent les Américains et comme c'était prévu dans la Constitution de 1793 (une constitution qui gagnerait à être mieux connue des "démocrates")

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.