En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

samedi 4 décembre 2010

La vengeance


Le ministre français de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, Eric Besson, a demandé vendredi au CGIET de mettre fin à l’hébergement du site WikiLeaks en France, considéré comme violant le secret diplomatique.
WikiLeaks est hébergé dans le nord de la France par le serveur OVH depuis jeudi 2 décembre après avoir été hébergé par le serveur américain Amazon, selon la lettre adressée par le ministre au conseil général de l’Industrie, de l’Energie et des Technologies.
Sollicité par l’AFP, le ministère a indiqué avoir demandé au CGIET (compétent dans les domaines des technologies de l’information, communications électroniques et informatique) d’indiquer au plus vite les moyens de mettre un terme à l’hébergement de WikiLeaks en France.
« Cette situation n’est pas acceptable. La France ne peut héberger des sites internet qui violent ainsi le secret des relations diplomatiques et mettent en danger des personnes protégées par le secret diplomatique », selon les termes de la lettre adressée par le ministre au vice-président du CGIET.
« On ne peut héberger des sites internet qualifiés de criminels et rejetés par d’autres Etats en raison d’atteintes qu’ils portent à leurs droits fondamentaux », écrit M. Besson.
source AFP via LeSoir.Be


J'ignore pour qui roulent Wikileaks et son dirigeant M Assange. J'ignore même s'ils roulent pour quelqu'un, mais ce qui est sûr c'est qu'ils ont  touché au coeur du .système
Ils ont  révélé ce dont nous nous doutions depuis longtemps, à savoir que les USA mènent réellement une politique impérialiste  et surtout qu'ils n'ont aucun respect pour leur alliés.
Accessoirement on y apprend qu'il n'est pas bon d'être un allié des USA puisqu'on risque  de se voir livré  à ses adversaires en raison de  secrets  mal gardés.
Assange est allé trop loin et on le retrouverait "suicidé" de plusieurs balles dans le dos que je ne serais pas particulièrement étonné.
Notons au passage le numéro de notre tout nouveau ministre de l'industrie, égal à lui même.

7 commentaires:

  1. "Le premier qui dit la vérité
    Il doit être exécuté... " chantait Béart.
    "La France ne peut pas héberger... " un vrai discours de démocratie (populaire) !!!
    La liberté d'expression rétrécit de plus en plus sur Internet. Les chinois font les émules.
    "La vérité vous rendra libre"
    "Si la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie."
    Cette affaire ne fait que confirmer mes craintes à ce sujet.

    RépondreSupprimer
  2. on a beaucoup glosé en Occident sur les États totalitaires, mais si cet hallali mondial sur cet empêcheur de tourner en rond n'est pas du totalitarisme, ça y ressemble furieusement.
    On voit vraiment se mettre un place un monde tel que décrit par plusieurs auteurs de SF d'Orwell à Brunner en passant par Azimov et Gibson

    RépondreSupprimer
  3. Personnellement , j' attends la suite avec impatience ....j' approuve , meme si cela a un petit coté sordide ...je préfère qu'on fasse briller la mine le plus vite possible ...
    Je ne pense pas que la machine informatique infernale s'arreterait avec un éventuel " suicide " d' Assange ...

    RépondreSupprimer
  4. Il vient de se rendre à la police suite à une affaire assez louche...

    RépondreSupprimer
  5. Oui une affaire de viol sur mineure qui ressort comme ça plusieurs années après les faits.
    il y a de ces hasards ! Comme le monde est bien fait n'est-ce pas ?

    RépondreSupprimer
  6. Et même un viol avec capote trouée, faut être de la CIA pour imaginer un truc pareil !

    RépondreSupprimer
  7. mort de rire. Je ne connaissais pas les "détails" de l'histoire.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.