En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

lundi 22 mars 2010

Tous gagnants, les Français perdants

Le plus drôle après une élection c'est d'écouter les politiciens nous interpréter le message des Français, qu'ils aient gagné ou perdu.
C'est ainsi que l'objet même de l'élection est proprement évacué, dans le cas présent, il s'agissait des régionales dont 80% des électeurs ignorent vraiment à quoi ça sert. Partant, ils ont souvent exprimé un ras le bol, qui n'est en aucune manière transposable à une élection nationale, ces élections poubelles servant d'exutoire.
Je doute beaucoup comme voudrait nous le faire croire Xavier Bertrand, qu'il s'agisse d'une demande de plus de réformes, pas plus qu'un rejet global de la politique de Sarkozy au profit des idées de gauche, comme voudrait nous le faire gober Martine Aubry.
On ne peut un instant imaginer qu'une foule ait un plan cohérent d'action pour orienter l'action politique dans tel ou tel sens. C'est souvent ce qui déroute les observateurs qui prêtent une intention au vote d'une masse. Ils ont du mal à comprendre tel ou tel revirement. En fait il ne peut s'agir de revirement, puisqu'il n'y a jamais eu d'intention.
Seul le vote du premier tour traduit un tant soit peu les goûts individuels de l'électeur.
Avec le vote  à deux tours superbe invention anti-démocratique, au premier tour on vote pour, au second on vote contre. Les seules conclusions que l'on peut en tirer, c'est que les électeurs du FN qui avaient écouté  Sarkozy se réveillent de leur gueule de bois et que la manière dont le pays est géré ne plait pas à l'électorat sans qu'individuellement l'électeur soit convaincu pour autant que la Gauche dispose du début du commencement d'une solution. Veulent-ils plus d'impôts et d'immigration mes concitoyens, veulent-ils que l'Ile de France subventionne des associations culturelles au Mali ? Sont-ils même au courant de ces pratiques ?  J'en doute.
De plus en plus je suis convaincu que si ce pays doit sortir un jour de cette spirale descendante, ça ne se fera que dans la violence et la douleur. Comme un accouchement .

1 commentaire:

  1. Battus, cocus et contents...
    Analyse toujours aussi excellente.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.