En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

mercredi 24 mars 2010

Grenellegate ?

Les écolos sont bouleversés : la taxe carbone n'aura pas lieu.
Enfin pas comme prévu et pas tout de suite.
Discours dramatiques, mines décomposées, anathèmes, rien ne nous sera épargné.

Sarkozy a fini par s'apercevoir qu'en poussant trop loin dans le sens des écolos il faisait fausse route.
Rassurons nous, il ne s'agit pas d'une prise de conscience de l'incongruïté de sa précédente décision, Sarkozy n'ayant aucune conviction à part la certitude de son destin, il s'agit seulement de la constatation qu'il ne sert à rien de gagner des voix à gauche si on en perd encore plus à droite.
Il reste que cette taxe carbone appliquée unilatéralement par la France n'avait pas d'autre conséquence (voire d'autre but ? ) que de plomber définitivement l'économie française face à ses concurrents, donc concrètement, l'électeur se délocalisant très peu, d'aggraver chômage et paupérisation..
De deux choses l'une, soit le climat est vraiment mis en danger par les rejets de CO² et il faut impérativement stopper tout rejet chaque fois que possible, donc commencer par ne plus commercer avec les gros pollueurs, revenir à l'autarcie, voire faire des frappes nucléaires curatives contre les pollueurs. La survie de nos enfants serait à ce prix.
Soit il s'agit de la énième trouvaille des mondialistes pour transférer production et technologie vers les pays émergents à faible coût de main d'œuvre et là chacun voit midi à sa porte en fonction des circonstances. La survie politique du président est nettement plus importante. N'est-ce pas ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.