En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

dimanche 28 mars 2010

Des valeurs "démocratiques"

Ce qui se conçoit bien s'exprime clairement dit l'adage.
Cela s'applique de plus en plus à la notion de démocratie.
La démocratie est au départ le gouvernement par le peuple. En cela la démocratie se différencie complètement de la monarchie, de la tyrannie, de  l'autocratie,  pour ne citer que certaines des formes de gouvernement les plus connues. Au départ la démocratie n'est pas intrinsèquement meilleure que les autres régimes, surtout qu'elle a naturellement tendance à dégénérer en tyrannie à plus ou moins long terme.
Avec l'avènement de la République, qui s'est rapidement assimilée au gouvernement des Justes sous l'influence du régime des USA avec des remugles de protestantisme même de puritanisme, on a constaté un glissement sémantique. La démocratie, plus proche étymologiquement de la dictature du prolétariat des pays de l'Est, s'est transformée en régime de toutes les qualités.
Droits multiples du citoyen, liberté individuelle et collective garantie et protégée par le pouvoir, sacro-saint droit de vote clé de voute du système sont les caractéristiques de la démocratie à l'occidentale. Certains y ajouteront la séparation des pouvoirs.
Or, avec la dérive mondialiste qui se met en place de manière évidente depuis les années 70 (même si le mouvement est plus lointain)  la démocratie est de plus en formelle et elle échappe de plus en plus au peuple.

De la démocratie idéale ne subsiste plus que le droit de vote qui est sensé la résumer toute entière.
Or il nous semble que d'autres libertés politiques peuvent parfaitement exister sous d'autres régimes  en s'affranchissant complètement du droit de vote.
On ne parlera pas de la monarchie constitutionnelle qui est un ersatz de république, le roi d'une monarchie constitutionnelle étant par essence privé de tous les attributs du monarque.
Mais la monarchie peut être une alternative, l'autocratie même. Il n'y a pas en fait de correspondance immédiate entre la liberté individuelle, les libertés collectives et le type de régime.
Or, le terme démocratique regroupant dans l'imaginaire collectif toutes ces "qualités" d'un régime politique, et le système actuel ayant kidnappé à son profit le terme de démocratie au prétexte du droit de vote et d'une certaine apparence des institutions, on est devant une ambiguïté due à la novlangue.
Si je parle de démocratie, je fais référence aux valeurs et tel homme politique collaborateur du mondialisme me répondra, mais la démocratie vous y êtes, c'est écrit dans la constitution.

Ma question est donc, car je n'ai pas la réponse, quel terme employer pour qualifier l'ensemble des valeurs jusqu'ici qualifiées de démocratiques afin de ne pas tomber dans le piège sémantique des mondialistes ?

2 commentaires:

  1. nous vivons par de nombreux aspects sous un régime ploutocratique mais qui se fait passer pour une démocratie.
    Donc si faisant référence à la liberté par exemple, j'emploie le terme démocratique, je tombe dans le piège du système puisque cela revient à faire accroire que nous vivons en démocratie. La devise Liberté, Égalité Fraternité, n'est-elle pas celle de notre république ?

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.