En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

dimanche 7 mars 2010

Et qu'en pense Al Gore ?

Lu dans l'édition de Ouest France du 5 mars 2010 (Trebeurden)

Il semblerait que le poisson mystérieux, pêché en début de semaine (Ouest-France de mercredi 3 mars), ne soit pas si inconnu que ça. Un lecteur nous a, en effet, signalé en avoir trouvé "un dans une mare sous des laminaires", le même jour au Royau à Trestel.
Un autre signale qu'il "s'agit non pas d'un poisson exotique venu du sud, mais d'un poisson venu de Norvège, connu pour ses oeufs, et appelé lompe ou cyclopterus lumpus, connu des pêcheurs bretons".
Un troisième enfin confirme cette information en rappelant que "le lompe, dont les oeufs sont utilisés pour un ersatz bien connu du caviar, se fixe aux rochers de l'étage infralittoral, d'où son observation par les marées de fort coefficient. Ce poisson est loin d'être tropical. Il est largement distribué sur les deux rives de l'Atlantique au nord du Portugal, la Manche et la mer du Nord. Dans leur ouvrage consacré à la faune du littoral aux éditions Ouest-France (1981) Y. Turquier et M. Loir signalent (pages 43 et 44) à la suite d'hivers rigoureux l'extension d'espèces nordiques sur nos côtes et donnent comme exemple le cas du Lompe : en 1964 et 1965, des dizaines d'individus ont été capturés à la ligne en baie de Sizun. Exit le supposé réchauffement climatique ".

Tôt ou tard, la réalité nous rattrape.

Ferry bloqué par les glaces en mer Baltique

2 commentaires:

  1. Les faits sont têtus...
    As-tu remarqué comme les réchauffistes se font tout petits avec cet hiver qui n'en finit pas ? Même la péronnelle de TF1 n'en parle plus, c'est dire !

    RépondreSupprimer
  2. Ils referont surface si l'été est chaud, ou bien on va bien dénicher un gugusse qui va nous expliquer que le réchauffement peut se traduire par un refroidissement. Quand on est entré dans l'ère de Big Brother et que les mots n'ont plus de sens, seul le fait de tenir un discours compte, plus le sens. Un peu comme les chansons anglo-saxonnes dont même pas 10% de ceux qui les écoutent comprennent le sens. Seuls comptent la mélodie et l'harmonie (parfois toutes relatives).

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.