En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

samedi 5 octobre 2013

Tragédie de Lampedusa - les dérapages du Pape François

Tragédie de Lampedusa - Pape François : "Aujourd'hui est une journée de pleurs" - Le Point

Clairement c'est à vomir ! mais à lire !
Oser venir nous parler d'indifférence quand l'Europe est le seul continent à accueillir de manière décente des millions de réfugiés chaque année (minimum 200 000 par an, rien que pour la France et ce depuis 40 ans ) c'est vraiment indécent. Indécent et provocateur. Privilégier en permanence l'Autre sur soi, ce n'est pas sain, ce n'est pas le signe d'une civilisation pérenne.

A côté de cela on fait pleurer Margot en lui expliquant qu'en  20 ans 17000 migrants sont morts  dans leur entreprise de traversée. Mais bandes de blaireaux journalistiques  il est mort bien plus de personnes sur les routes pendant la même période de temps et dans une entreprise autrement moins périlleuse comme d'aller chercher son pain !

L’Église catholique va crever, comme dans le Camp des Saints, et personne ne la regrettera vraiment tellement son agonie aura été destructrice pour les populations qui lui ont fait confiance. Je suis certain que c'est un mouvement similaire qui a conduit à l'effondrement de l'Empire Byzantin et de l’Église chrétienne aux VII et VIII siècles en Orient et en Afrique et qui a permis l'expansion inexplicable de l'Islam à cette période. Un ras le bol généralisé !

Et la cerise sur le gâteau la dernière ligne de l'article :

"Le 10 septembre, au centre jésuite pour les réfugiés Astalli de Rome, le pape avait averti que les couvents vides "ne doivent pas être transformés en hôtels", mais accueillir les immigrés."

Mais qu'il les accueille et qu'il en crève  !

Comment peut-on encore se sentir catholique en 2013 malgré le respect que l'on porte à ses ancêtres et l'amour que l'on a (encore) pour son pays ? J'avoue que c'est une entreprise qui désormais me dépasse.

13 commentaires:

  1. Comment peut-on se sentir catholique ?
    On pense à l'Evèque Enguerrand, qui se battait épée au poing à côté de Rolland, aux Croisés, à la Pieta de Michel Ange, à la cathédrale de Chartres. Mais on serre les dents, on fulmine, et on se demande si on va retourner à la messe...

    RépondreSupprimer
  2. 1500 ans d'histoire glorieuse et un siècle de débâcle

    RépondreSupprimer
  3. Je crois me souvenir qu'il meurt un peu plus de 500 000 Français par an toutes causes confondues, et on voudrait 1) culpabiliser toute l'Europe pour moins de 2000 aventuriers malchanceux en x années; 2) effrayer tout le monde avec les 5 morts en 30 ans imputables à la Diane 35 (ce qui en fait un médicament encore plus sûr que la lysopaïne).

    RépondreSupprimer
  4. @ blaireau-garou
    vous avez raté un zéro, mais ça ne change rien du tout au raisonnement, 2000 personnes par an ce n'est rien du tout pour un continent qui a dépassé le milliard d'habitants.

    @ pharamond, je ne pleure plus, je vomis.

    RépondreSupprimer
  5. Paul-Emic, je partage ta "sainte" colère !

    RépondreSupprimer
  6. je n'irai pas jusqu'à revendiquer le titre de "sainte" pour ma colère, mais trop c'est trop !

    RépondreSupprimer
  7. Tiens, vous découvrez que l'eau mouille?!
    Je vous le signale; Benoît XVI ni Jean-Paul II ne disaient autre chose. Je me suis échiné des années durant à citer et à prouver, sans résultat aucun... Ce pape y met son génie particulier et c'est une grande chose...
    Mais je suis à peu près sûr que les réacs retourneront prestement à leur christianomanie... tant il leur est difficile de s'arracher à la pensée mécanique...

    RépondreSupprimer
  8. Je ne vais pas vous raconter ma vie dans le détail, néanmoins il m'apparait utile de préciser que je n'ai jamais été proche du clergé catholique. Toutefois je conservais une certaine confiance dans la religion catholique en tant que force structurante de la civilisation occidentale, nonobstant une foi pour le moins hésitante qui m'aurait certainement valu le bûcher en d'autres temps.
    Comme le rappelle PhD plus haut elle a produit des hommes de valeur et est part intégrante, de la civilisation occidentale.

    Je constate que, comme de nombreuses institutions occidentales y compris les laïques comme la République, , elle est désormais coupée de tout lien avec les gens qui lui ont fait confiance, cédant à un internationalisme qui ne vise qu'à notre disparition.
    N'étant pas un lecteur assidu des bulles papales ça ne m'avait jamais paru aussi évident, pensant qu'une grande part du discours officiel se devait de faire dans le convenu, mais que ça n'était qu'un aspect de la politique de l’Église.
    Avec ce Pape, le doute ne m'est plus permis.

    RépondreSupprimer
  9. A l’attention de ceux qui croient trouver dans les déclarations de Bergoglio une occasion d’enterrer le christianisme et l’Eglise catholique dans son entièreté.

    Dire : « Le christianisme a toujours été de la merde la preuve, regardez Jorge Bergoglio. » c’est à peu près aussi intelligent que dire : « La France a toujours été de la merde, la preuve, regardez François Hollande. »

    RépondreSupprimer
  10. je suis d'accord, malheureusement en ce moment les secondes comptent comme des heures.

    RépondreSupprimer
  11. Le Vatican est non seulement prêt à remplir ses églises avec n'importe quel déchet humanoïde, mais verrait d'un bon oeil un métissage généralisé qui ramènerait la population européenne au niveau d'inintelligence du haut Moyen-Âge, et qui lui permettrait de régner dessus un millénaire supplémentaire. L'Eglise a toujours pratiqué la contre -sélection raciale : dès les derniers temps de l'Empire Romain, lorsque les conditions sociales étaient telles que quiconque désirait une vie paisible et studieuse se trouvait contraints de chercher un refuge contre la violence des temps dans des monastères, elle a tenté d'y imposer le célibat, privant ainsi l'Occident naissant de la descendance de ces esprits. Après son effondrement et tout au long du Moyen-Âge, les éléments furent récupérés, surtout à partir de l'école obligatoire voulue par Charlemagne : les religieux chargés de l'éducation des enfants, dès qu'ils repéraient les plus intelligents, les extrayaient du lot, les tonsuraient et les intégraient dans le clergé, où ils étaient censés ne point se reproduire, ou en tous cas moins que le reste de la population.

    Les adultes émancipés de la superstition biblique, progressistes ou intellectuels, furent éliminés avec persistance sur une large échelle par la persécution, la mise à mort, l'emprisonnement et le bannissement, laissant la perpétuation du peuplement aux brutes, aux serviles et aux crétins. L'Eglise Romaine a ainsi drastiquement diminué la puissance cérébrale de l'Europe, et si beaucoup de religieux n'étaient passé outre et n'avaient baisé quand-même, l'Occident serait devenu un des ces civilisations figées comme on en trouva en Ancienne Egypte ou en Asie.

    On ne pouvait imaginer meilleure méthode pour éliminer les lignées de génie des nations, car dans les monastères, à coté d'un réel enseignement, les moines étaient soumis à un conditionnement sous la forme d'un système d'interruption du sommeil : réveillés plusieurs fois par nuit pour aller dire des prières, on leur faisait toute leur vie répéter en boucle d'abrutissants versets hébraïques. Jamais un religieux ne pouvait connaître un temps de sommeil complet, et la même antienne était imposée pendant les repas. La Réforme mit progressivement fin à tout cela, mais non sans mal car l'Eglise, plus prompte à pardonner aux malandrins, assassins et autre délinquants de droit commun, qu'à ceux qui osent penser et réflechir hors du champ des Ecritures, se déchaîna à leur encontre. Une autre élimination d'intelligence eut lieu en Italie Septentrionale, en France et aux Pays-Bas ou des centaines de milliers de huguenots furent tués ou exilés. En Espagne seulement, de 1471 à 1781, l'Inquisition condamna au bûcher ou à la prison une moyenne de 1000personnes/an. Durant ces trois siècles, pas moins de 32000 personnes furent envoyées au bûcher, 291000 condamnées à la prison et 17000 brûlées en effigie pour s'être enfuies ou l'étranger, ou être mortes en prison.

    Ne disposant plus de ces moyens, mais n'ayant pas renoncé à son rêve de domination planétaire, l'Eglise se tourne donc maintenant tout naturellement vers cette autre méthode d'amoindrissement de la valeur raciale : le métissage par l'immigration constante et massive par ce que le reste du monde vomit de pire.


    RépondreSupprimer
  12. c'est une vision intéressante, je relève juste que l'Inquisition a quand même moins tué que la colonisation des Amériques ou que les accidents domestiques ou automobiles aujourd'hui.

    Mais votre thèse de la désélection naturelle mérite qu'on s'y arrête même si nous sommes tous aujourd'hui les descendants de ces brutes épaisses, preuve que l'intelligence n'est pas que génétique, l'environnement dans lequel elle se développe vaut au moins autant que l'apport héréditaire. C'est la revanche de Lamarck sur Cuvier d'une part et Darwin d'autre part.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.