En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

mercredi 30 octobre 2013

A fond vers nulle part.

Le président Hollande (qui n'est pas natif d'Houilles contrairement à ce que rapportent certaines rumeurs) et le premier ministre slovaque, Robert Fico, ont mis hier, en garde contre la montée des extrémismes en Europe, appelant à une "nouvelle dynamique européenne" en faveur de la croissance et de l'emploi.

C'est vrai qu'il y a une menace d'extrémisme, elle est présente partout, en Europe centrale mais aussi en Europe occidentale. Cette menace repose sur la désespérance, sur la peur, sur le repli, sur la dénonciation de l'Europe. Alors nous devons y faire face en faisant en sorte de donner une nouvelle dynamique à l'Europe  a déclaré François Hollande   ajoutant qu'il fallait faire travailler l'Europe avec un rythme, une perspective qui donne espoir aux peuples, notamment en donnant davantage de fermeté et de coordination à la gouvernance de la zone euro et en faisant preuve de plus de solidarité.
Il s'est vanté qu'ils aient  réussi à stabiliser la zone euro  .

Son hôte en a rajouté une couche en déclarant : Si nous voulons empêcher les extrémistes et les nationalistes de réussir, il nous faut fournir des résultats, traitant au passage Hollande de leader pour la relance de l'emploi et de la croissance.

Ces derniers mots montrent le niveau de perspicacité politique du premier ministre slovaque et disqualifient de fait le reste de son discours, néanmoins ce que l'on constate, c'est que toute cette nomenklatura européïste n'a rien compris à rien !

La seule réponse qu'ils ont trouvé à la crise européenne, crise économique, financière et structurelle, crise qui ne relève pas du fantasme idéologique — elle se constate partout, tous les jours — c'est de passer la vitesse supérieure sans changer de cap, sans varier d'un iota dans leur idéologie destructrice.
D'ailleurs ils ne peuvent rien concevoir d'autre, c'est pourquoi ce sont des zombies qui nous parlent déjà d'outre-tombe. Ils sont morts, leur système est mort, nous ne savons pas encore s'ils nous ont déjà entraînés avec eux dans leur folie mortifère, aussi nous devons résister de toutes nos forces pour ne pas sombrer dans l'abîme et les empêcher de nous entraîner dans l'ombre funeste en espérant qu'il n'est pas trop tard, mais eux ne méritent que notre indifférence.

Personne ne se souviendra d'eux dans vingt ans.


Cette illustration du concile de Nicée n'a rien a voir avec notre sujet mais je trouve que cette enluminure égaye l'article. Rien à voir ... c'est à voir !  on y discutait du sexe des anges ce qui me semble au moins aussi peu important  que la gouvernance de la zone euro.

2 commentaires:

  1. Hollande leader de ce qu'on voudra, j'ai du mal à y croire...

    RépondreSupprimer
  2. moi aussi, c'est pour cela que je dis que le PM slovaque par cette déclaration discrédite le reste . ;-)

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.