En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

mercredi 16 octobre 2013

Mangez du périmé !

A chaque jour sa mode.

Aujourd'hui, le gouvernement  pense avoir enfin trouvé la clé pour dénouer la crise (si l'on peut dire)
Tout vient du fait que ces salauds de Français ne sont que des gaspilleurs, qui non contents d'ôter la nourriture de la bouche des pôv' Afwicains, occasionnent des sorties en devises qui font du tort à l'Etat.

lire sur 20Minutes

ou encore sur Le Figaro

Naturellement personne ne se pose sérieusement la question de savoir pourquoi tant de nourriture part ainsi à la poubelle. Nos ministres eux vont certainement sur les marchés parisiens faire leur courses quotidiennement à moins qu'ils n'y envoient leur personnel travaillant au noir. Le banlieusard moyen pour ne citer que lui, ne fait ses courses qu'une fois par semaine et ne choisit pas  les conditionnements qu'on lui impose.

Ce matin, séance de culpabilisation sur RTL: comment ne pas gaspiller et accomoder les restes. Invités de grands cuisiniers et l'imbécile de service par téléphone. Eux ne gaspillent pas, jamais !
Ce monde est merveilleux et le Français un gros blaireau Meles meles.

En fait le gaspillage alimentaire (mais pas que lui) est inhérent à la société de consommation, c'en est même un élément moteur. La société de consommation, on nous l'a imposée, personne ne l'a vraiment réclamée. Je me souviens encore de mon dépit le jour ou les commerçants n'ont plus repris les verres consignés qui procuraient  de  l'argent de poche à bon compte à l'adolescent que j'étais.

Arrêter le gaspillage, c'est plomber gravement les comptes des entreprises à un moment où elles n'en n'ont pas besoin. Arrêter le gaspillage c'est, pire, viser à une autarcie, du moins relative. Autarcie régionale condamnée par Bruxelles, il faut le savoir, au nom de je ne sais quel principe à la c-- inventé par les technocrates européens, relatif à une prétendue libre concurrence !

Comme personne dans ce système n'envisage un instant sérieusement d'en sortir sauf quelques marginaux, et que la culpabilisation nuit gravement à la santé. Lâchez nous les basques (pour rester poli !)

Hé messieurs les ministres ! allez faire vos courses là !


ça réduira vos frais de bouche et allégera nos impôts !



4 commentaires:

  1. C'est génial de culpabiliser les Français sur le gâchis alimentaire.
    Mais qui jette le plus?: le consommateur, le distributeur (qui ne paie pas ses invendus et les balance dans des bennes après arrosage d'eau de javel) ou le producteur (calibrage des fruits et légumes)?

    La société moderne n'arrive pas à trouver de solutions aux problèmes qu'elle a elle-même créés.

    RépondreSupprimer
  2. c'est exactement cela :
    - la société n'arrive pas à démêler ses contradictions
    - La culpabilisation est devenue un moyen ordinaire de gouvernement.

    RépondreSupprimer
  3. Pour la bonne bouche.

    « La société du spectacle avait partout commencé dans la contrainte, dans la tromperie, dans le sang; mais elle promettait une suite heureuse. Elle croyait être aimée. Maintenant, elle ne promet plus rien. Elle ne dit plus : « Ce qui apparaît est bon, ce qui est bon apparaît. » Elle dit simplement : « C'est ainsi. » Elle avoue franchement qu'elle n'est plus, dans l'essentiel, réformable; quoique le changement soit sa nature même, pour transmuter en pire chaque chose particulière. Elle a perdu toutes ses illusions générales sur elle-même. »
    Guy Debord, Préface à la quatrième édition italienne de « La Société du Spectacle »

    RépondreSupprimer
  4. une société désespérée n'en a plus pour longtemps.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.