En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

samedi 5 septembre 2009

Racisme anti-blanc au Gabon

Ce qu'il y a de bien dans l'actualité africaine, c'est que quel que soit le pays, le scénario est toujours le même.
Un évènement se déroule, ou bien ne se déroule pas, c'est selon et cela n'a en soi aucune espèce d'importance.
Le bouc émissaire est tout trouvé. Il s'agit forcément de la faute du Blanc et de préférence du Français dans le pays non anglophones.

Omar Bongo a fait venir des Français, entre autres, dans son pays, pour le développer.
Ils y ont trouvé leur intérêt, mais il s'agissait d'une opération gagnant-gagnant comme on dit de nos jours. Le pays d'accueil y trouvait aussi un intérêt, comme la Côte d'Ivoire en son temps, comme beaucoup d'autres pays.
Que les dirigeants aient évacués les bénéfices vers des comptes bancaires Off-shore ne concerne en rien l'exploitant forestier ou minier, ou l'importateur de denrées manufacturées.
La corruption il en était victime comme les locaux. Le bakchich est un mal endémique dans beaucoup de pays et particulièrement en Afrique.
Devrions nous faire une ratonnade ici chaque fois qu'un ministre, député, conseiller général est pris la main dans le sac ?
Si nous devons tirer un enseignement de ces évènements, c'est que le mélange ne se fait nulle part. Ami un jour, ennemi le lendemain, c'est là règle là-bas et ici aussi, même s'il ne faut pas le dire. Même si c'est aller contre le dogme.
Un jour pas si lointain va venir où, bon gré, mal gré, nous allons, sous la pression économique, être, ici, confrontés à ce même genre de situation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.