En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

mardi 1 septembre 2009

Clodogame

Benoist Apparu, le secrétaire d'Etat en charge du logement, monte au créneau contre Clodogame, jeu en ligne gratuit qui propose de vivre le quotidien d'un sans-abri.

Source 01.net

Premier jour de la rentrée et déjà on nous abreuve de sciure de bois et de politiquement correct.

Il est possible que ce jeu soit de mauvais goût et à vomir, mais en quoi cela regarde-t-il le gouvernement et ce monsieur Apparu qui ferait mieux de disparaître dans son trou ?
En quoi le sort malheureux des SDF va-t-il être modifié par son intervention minable ?
D'ailleurs en quoi ce jeu a-t-il quelque chose à voir avec la réalité si ce n'est la constatation de départ : il y a des SDF dans la rue et le pouvoir politique, par sa politique mondialiste, n'y est pas tout à fait étranger .

6 commentaires:

  1. Pharamond2/9/09 22:47

    Alors qu'il ne fait rien contre les reality show excrémentiels qui sont une insulte constante au genre humain.

    RépondreSupprimer
  2. excrémentiel est le mot parfait.

    RépondreSupprimer
  3. Si on ne peut plus s'amuser au détriment des clodos qude va-t-il rester ? Les blondes évidemment...

    RépondreSupprimer
  4. et puis le burkini :
    la semaine prochaine je rajoute une couverture !

    RépondreSupprimer
  5. Je suis d'accord. Je trouve que ce genre de jeu a au moins le mérite de montrer ce qui existe.

    C'est comme si on interdisait mon roman où je rigole du chômage.

    RépondreSupprimer
  6. c'est tout à fait cela, et puis l'État n'a pas à se faire l'arbitre du bon gout. Généralement cette activité a été répertoriée au fil des âges sous le nom de censure.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.