En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

mercredi 16 mars 2011

Khadafi mène l'Hallali

Si l'on devait tirer un enseignement des récents évènements qui ont eu lieu en Tunisie, en Algérie, en Égypte, en Libye,à Bahrein ou encore au Yémen, c'est que les vraies dictatures nécessitent, pour tomber, un mouvement structuré de manière militaire avec des moyens solides le plus souvent fournis par un allié étranger.
Ceux qui tombent sous la pression de la foule sont des régimes déjà bien engagés sur la voie sinon de la démocratisation, du moins sur la voie d'une certaine libéralisation.
Ainsi en Algérie il n'y a même pas eu besoin de l'armée pour empêcher la révolte, il n'y avait même personne dans les rues. Leur valve de sécurité c'est l'émigration dans un pays que nous connaissons tous.
Au Yémen et à Barhein, l'armée ou la police ont remis de l'ordre, si je puis dire, avec relativement peu de moyens. Je ne m'étendrai pas sur la Libye, la personnalité démente de son dirigeant explique le côté démesuré de la répression comme la détermination de ses opposants.
Les seuls pays qui sont "tombés" sans trop de violence sont ceux dont la structure étatique était la plus européanisée et qui étaient fréquentés par des millions de touristes.

Finalement quelle gloire à tirer de la chute de fruits mûrs ? l'Occident n'aurait-il pas pu gérer avec plus de finesse et d'intelligence la transition de ces pays vers une forme locale de démocratie ? Sans compter que l'on n'est pas à l'abri d'une révolution de façade c'est à dire que l'ex-général Moubarak soit remplacé par l'ex-général Benquelquechose de même que l'ex-général Ben Ali ne soit remplacé par l'ex-général Mohamed Machin. Comme disait un blogueur l'autre jour (Woland il me semble) la seule question intéressante sera de connaître leur degré d'islamisme.

2 commentaires:

  1. On parle fort peu du rôle de la Chine dans cette affaire. Et pourtant elle a mis son veto et empêché toute velléité d'intervention. Ni de celui des autres états arabes (et en particulier l'Egypte) qui n'ont pas bougé le petit doigts pour aider leurs frères en révolte du côté de Benghazi. Le pantin beige a cédé devant les caciques cocos chinois. Pour moi, à partir de maintenant, l'Amérique n'est plus le gendarme du monde. Son déclin est bien enclenché et il va s'accélérer. L'Europe s'est couchée comme d'habitude. Le nain s'est agité et la grosse Merkel l'a calmé d'une pichenette. Des affaires comme cela nous prouve que l'Europe c'est pas grand chose et la France ex-grande puissance (sous Louis XIV), ex-puissance moyenne (sous de Gaulle) n'est plus qu'une ridicule province de l'Euroland qu'un fils Kadhafi ou qu'un Bouteflika peuvent insulter tout à loisir. Quelle honte ! Je te rejoins totalement sur le fait qu'une révolte ne peut réussir qu'avec un tyran (d'opérette) genre Benali et est sûre de ne pas réussir avec un dur à cuire bien armé, bien résolu et soutenu par ses copains dictateurs et potentats. Par contre, je ne suis pas certain que le bédouin soit complètement fou. C'est un monstre, un mégalomane, un esprit mauvais sans doute, mais avec l'intelligence démoniaque d'un Staline, d'un Mao, d'un Castro ou d'un Kim Il Jum...

    RépondreSupprimer
  2. je te suis complètement. Pour le "fou" il faudrait se mettre d'accord sur la définition de la folie, je te l'accorde, mais les contre-exemples que tu cites sont pour moi de beaux exemples de folie mégalomaniaque.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.