En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

jeudi 14 octobre 2010

Agrif contre Lauvergeon

communiqué de l'AGRIF :

La 17ème Chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris a rendu son jugement dans l’affaire concernant Anne LAUVERGEON.

Si le Tribunal rejette les deux exceptions de procédure et décide que l’AGRIF est recevable à agir, il considère en revanche que l’infraction n’est pas constituée et déboute l’AGRIF.

Le Tribunal admet que « la référence au “ mâle blanc” est susceptible de conférer aux propos en cause une portée supplémentaire pouvant laisser entendre, hors contexte, que des mesures de même nature pourraient être appliquées afin de promouvoir des personnes qui font l’objet de discrimination en raison de leurs origines ».

Mais il ajoute que « Si de telles prises de position, aussi brutalement exprimées, peuvent susciter la controverse, voire la polémique, elles relèvent cependant incontestablement d’un débat public d’intérêt général largement entretenu depuis plusieurs années… »

Le débat public est l’argument à géométrie variable pour ne pas aborder le fond du débat sur la « discrimination positive ». On ne peut faire plus politiquement correct. L’AGRIF interjette appel de ce jugement.

Traduit en langage quotidien, il ressort de ce jugement inique que le racisme et la discrimination contre les hommes de race blanche sont tout à fait tolérables voire autorisés par l'usage.

Ce jugement marqué des :. est un monument d'hypocrisie quand les lobbies mahométans œuvrent en sous-main pour créer un délit de blasphème envers leur "religion".
Parions que l'on pourra alors continuer à cracher sur la religion chrétienne quand la seule religion musulmane serait protégée.

Imaginons aussi un seul instant quelle aurait été la réaction de la planète judiciaro-médiatique si la déclaration de la pédégère d'AREVA avait eu pour but d'annoncer la mise à l'écart du mâle noir dans son entreprise !!!!


Pendant ce temps là les veaux dorment ou s'excitent sur la réforme des retraites.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.