En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

vendredi 10 janvier 2014

La République en solde.

Blueman s'en mêle !
Je ne trouve rien de plus drôle que d'entendre l’intelligentsia et les hommes politiques de tout bord se féliciter d'avoir sauvé la République quand ils viennent de lui donner le coup de pied  de l'âne.

Et  nous qui sommes accusés de ne pas être des démocrates et des républicains  ne cessons de leur répéter au fil des jours qu'ils dénaturent leurs prétendus  idéaux.

Sachez le bonnes gens, il n'y a plus de démocratie depuis bien longtemps, il n'y a plus de République. Il n'y a plus qu'un échafaudage brinquebalant qui tient par la force de l'habitude et des rafistolages. Il n'y a plus de légitimité, il n'y a même plus de légalité.   Il n'y a probablement plus de France non plus . C'est le règne du copinage et de l'arbitraire.

2 commentaires:

  1. johny Walker11/1/14 03:35

    "Il n'y a plus de légitimité, il n'y a même plus de légalité. "

    Qu'il n'y ait plus de legitimité c'est parfaitement entendu à supposer qu'elle ait été un jour... Quant à la légalité bien au contraire : il n'y a plus qu'elle! C'est curieux cette propension "légaliste" dans notre camp, il faudrait que ça nous passe un jour, on avancerai peut etre...
    Antigone et Créon : sans doute le seul choix que l'époque nous laisse et qui ne suffira meme pas a mettre un peu d'ordre dans le bordel a ciel ouvert qu'est notre pays.

    RépondreSupprimer
  2. tout dépend le sens que l'on donne à légalité, mais quand on voit qu'un juge administratif unique (puisque de référé) rend une décision contraire à la loi (au sens très large : DDH constitution) à une jurisprudence constante, pour complaire au ministre et à des lobbies, on peut dire qu'il n'y a plus de légalité non plus.
    Je sais bien qu'on peut prendre des décisions iniques tout en restant dans la légalité, les régimes fascistes et communistes nous l'ont démontré, ici plus récemment à l'occasion de l'avortement et du mariage pour homosexuels, mais en l'occurrence la loi pose la liberté d'expression, aller contre c'est bien aller contre la légalité.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.