En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

vendredi 22 novembre 2013

Les larmoyantes.

Une ministre dont le nom et la fonction m'étaient inconnus vient de révéler qu'elle était atteinte d'un cancer et qu'elle l'avait caché à son ministre de tutelle et au premier ministre. Elle renchérit en indiquant qu'elle compte bien conserver sa fonction.
Quand j'apprends qu'elle est ministre de la famille, sur le coup je suis soulagé. Je comprends mieux pourquoi elle n'était pas en tête des manifestants manif pour tous en janvier.

Non je plaisante. En fait, sans lui souhaiter de mal, on s'en fout complètement.

Pour ma part si j'étais premier ministre, je la foutrai dehors, car s'il y a une chose qu'un PM est en droit d’exiger de ses sous-fifres c'est une transparence complète.
Il est en droit d’exiger, par ailleurs, une disponibilité de tous les instants, ce que cette dame ne pourra lui assurer.

Tout le monde trouve ça très bien et salue "le courage" et patati et patata de cette petite main de la politique. Si subir sa maladie c'est du courage, alors nous croisons tous les jours des dizaines de courageux  et dans tous les cas celle-ci n'est qu'un cas parmi ceux-là. Pas la peine d'en faire un fromage !
Va te soigner, madame et profite de la vie si tu en réchappes . Il y a autre chose à faire de tes journées que de prendre des décisions qui n'en sont pas, trahir ses convictions et lutter pour ta survie politique.

11 commentaires:

  1. En effet c' est très à la mode, les hommes ont leur concours de bite, les femmes donnent dans la surenchère des maladies, à défaut de la moralité, les ministres pourraient au moins nous donner l' exemple de la pudeur.

    RépondreSupprimer
  2. voilà c'est résumé en peu de mots :-)

    RépondreSupprimer
  3. Excellent, ton billet !
    Cette dame ferait mieux de profiter de la sienne, de famille.
    Et de faire en sorte que sa famille profite d'elle, au sens noble du terme.

    RépondreSupprimer
  4. Quand Evelyne Dhéliat a été atteinte de la même saloperie de maladie, on ne l'a plus vue et ce sont les téléspectateurs qui ont demandé de ses nouvelles, inquiets de sa brutale disparition des écrans.
    Elle a rassuré tout le monde par son retour, les cheveux en moins et la perruque en plus...
    Du courage et de la discrétion.
    Ce n'est pas une femme politique.

    Ses cheveux ont repoussé...

    RépondreSupprimer
  5. mais c'est gentil la mouette

    RépondreSupprimer
  6. Et pendant qu'on pleurniche sur le cancer de cette si courageuse ministre, on ne parle plus des problèmes du pays...

    RépondreSupprimer
  7. c'est ce qu'on appelle une manœuvre de diversion.

    RépondreSupprimer
  8. Pour reprendre ce que dit CCRider: Le gouvernement s'est tellement ridiculisé à refaire le coup de "Danger: Extrême-Droite" ces derniers temps qu'il préfère parler de banalités comme l'otite de la petite dernière ou le cancer de la mamie...

    RépondreSupprimer
  9. ils ont un peu le cul merdeux comme on dit vulgairement.

    RépondreSupprimer
  10. Ils veulent un élan de compassion.
    C'est raté, en ce qui concerne le camp du mal.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.