En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

jeudi 19 avril 2018

L'affaire Vincent Lambert : à méditer ! demain ce sera peut-être vous

L’appel de 70 médecins :
« Il est manifeste que Vincent Lambert n’est pas en fin de vie»

70 professionnels de santé de diverses spécialités publient une tribune dans Le Figaro pour dénoncer une «euthanasie qui ne dit pas son nom». Ils demandent que Vincent Lambert soit transféré dans une unité spécialisée.
Source MPI

4 commentaires:

  1. "Demain ce sera peut-être vous", pourquoi peut-être ?

    RépondreSupprimer
  2. bonjour Midred
    D'abord j'aurais dû écrire "nous" plutôt que "vous" car je me compte naturellement dans le lot, ensuite "peut-être" car certains d'entre nous auront, je l'espère, la chance de mourir d'une mort naturelle rapide ou même accidentelle mais ne laissant pas de répit . Mais je crois comprendre ce que vous voulez dire : effectivement demain tout le monde pourra être effacé par décision médicale soit parce qu'on ne le jugera plus apte à vivre, soit parce qu'il aura atteint son plafond d'assurance maladie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement cela !
      "C'est bien le problème !" m'avait répondu un médecin, il y a quelques années, lorsque je lui avais dit que si la loi sur l'euthanasie avait été votée, je n'aurais pas donné cher de la peau de ce "joyeux drille" - comme il me l'avait appelé - qui avait passé la nuit à s'adonner à une activité que la morale réprouve, qui lui avait fait émettre des "Oh!" et des "Ah" très dérangeants pour ses voisins de lit qui n'avaient pas pu dormir.

      Supprimer
    2. d'une certaine manière c'est une forme de bonne santé :-D

      Supprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.