En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

jeudi 17 février 2011

Vous avez dit fusible ? comme c'est risible !

A quoi rime le limogeage du directeur interrégional des services pénitentiaires de Rennes ?
vous voulez le savoir ? Eh bien je vais vous le dire, pour parodier Laurent Gerra parodiant lui-même Petit Nicolas.

Comme la manœuvre d'intimidation envers les magistrats a fait chou blanc, selon le bon vieux principe qui veut qu'on ne profère pas de menace qu'on ne soit prêt à exécuter, il fallait trouver une alternative, faute de quoi Petit Nicolas allait passer pour un comique. Le respect dû à la fonction nous évitera de nous aventurer  trop dans cette direction....
Limoger le fonctionnaire de base chargé du suivi ? N'en doutons pas l'idée a dû les turlupiner mais comme disait la pub "pas assez cher mon fils" pas assez en vue et puis des circonstances atténuantes : il doit crouler sous les dossiers pendant qu'une partie de ses collègues est détachée dans les ministères pour apporter le café aux attachés détachés chargés de mission et autres terres éparses .
Bref ce sont uniquement des considérations politiques qui ont mené au limogeage de ce haut fonctionnaire, car  il est trop gradé pour avoir une responsabilité directe quelconque dans l'affaire mais il n'est pas assez gradé pour avoir une quelconque responsabilité politique. Cet homme ne décide ni de la politique générale ni ne décide des moyens mis en place et à l'évidence ce n'est pas à ce niveau que sont traités les dossiers individuels.
Tout ça c'est de l'esbrouffe et cet homme un fusible.
Ce qui confirme bien que les responsabilités sont politiques et se situent au niveau des élus, députés et sénateurs plus occupés du menu servi à midi que de mener des missions d'enquête parlementaire et bien sûr des politiques qui plutôt que de construire des prisons pour assumer les conséquences de l'abolition de la peine de mort et de l'augmentation de la criminalité depuis 40 ans, préfèrent réduire non seulement  les peines prononcées mais encore les peines effectuées, avec la complicité de facto du personnel judiciaire.
Mais comme disait une ex-ministre de la mitterrandie responsables mais pas coupables et finalement pas responsables non plus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.