En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

jeudi 13 janvier 2011

Ils poussaient les chariots, désormais ils pousseront la charia

D'après une enquête du Parisien accessible via Nation presse info
Les élèves infirmiers de Limeil ont des cours pour réussir à concilier la pratique religieuse des patients et les soins. Hier, ils ont découvert les rites musulmans à la mosquée de Créteil.

Comment concilier le respect de la liberté du culte, inscrit noir sur blanc dans l’article 8 de la charte du patient hospitalisé, avec une bonne gestion des soins ? Une trentaine d’étudiants de l’Institut de formation en soins infirmiers (Ifsi) de l’hôpital Emile-Roux (AP-HP), à Limeil-Brévannes, cherchaient des réponses à cette question hier à la mosquée de Créteil. Après une visite de l’édifice, ces futurs infirmiers et infirmières, appelés à côtoyer des patients de différentes confessions religieuses, ont suivi une conférence conduite par l’Union des associations musulmanes de Créteil (UAMC), qui gère la mosquée, sur le thème : « Le milieu hospitalier et l’islam ».

Visites dans d’autres lieux de culte

Avant cette sensibilisation, les étudiants s’étaient déjà rendus chez les bouddhistes à la pagode de Joinville, à la synagogue de Créteil rencontrer la communauté juive ou encore à l’église orthodoxe de Paris. Des visites menées dans le cadre de leur module d’enseignement : « Rites, cultures et religions ». Dans un hôpital, il n’est pas rare en effet que le personnel soignant soit confronté à des refus pour des raisons religieuses. Pour les uns, pas question d’être examiné par un médecin de sexe masculin, pour d’autres d’appeler le personnel du service avec la sonnette électrique le samedi ou encore de porter les vêtements de l’établissement car la tenue ne couvre pas suffisamment le corps… « Ce module est un enseignement imposé. Certains de ces étudiants de deuxième année ont fait entendre leurs réticences au motif qu’ils étaient profondément athées. Certes, le personnel soignant doit rester dans une position neutre, les établissements de santé sont des établissements laïcs mais ces futurs infirmiers auront à prendre en charge des patients qui viennent avec leur histoire », explique Anna Giacomini, formatrice à l’Ifsi. Exemple : « Si on ne sait pas qu’un orthodoxe fait son signe de croix de droite à gauche, contrairement aux catholiques, l’infirmier ou l’infirmière peut penser que le patient est confus » (1), illustre-t-elle. Avant d’engager les discussions, Ibrahim, de l’UAMC, remercie les étudiants. « Aller vers l’autre pour mieux se connaître, pour dissiper les malentendus, les préjugés, est très important pour nous. »

Les étudiants ont multiplié les questions. « Il paraît qu’un non-musulman ne peut pas toucher un Coran écrit en arabe. Comment fait-on si un patient hospitalisé le laisse tomber du lit ? » demande une étudiante. Réponse : « Vous pouvez le ramasser avec une couverture, il faut que quelque chose fasse barrière. » (2)

« Si un patient ne peut pas entrer en contact avec l’eau, pour des raisons médicales, comment peut-il faire ses ablutions avant la prière ? » interroge un autre étudiant. « Ne soyez pas étonné si vous voyez une pierre dans sa chambre, il peut en effet passer cette pierre pour se purifier s’il ne peut pas utiliser l’eau », indique l’intervenant. Don du sang et don d’organes, jeûne du ramadan et grossesse, crémation… tout est passé en revue par les futures blouses blanches. Dans ce cadre, la mosquée accueille également les élèves de l’Ifsi de l’hôpital Henri-Mondor (AP-HP) de Créteil. Des discussions sont également en cours avec l’hôpital Paul-Brousse (AP-HP) de Villejuif.

Je crois qu'on atteint le fond, au stade suivant on entre en terre d'islam.

Il est clair que le stade de la liberté du culte est largement dépassé. Il ne s'agit plus de garantir au patient la possibilité de prier  ou de respecter tel ou tel interdit alimentaire, il s'agit d'adapter l'hôpital à l'ensemble des rites mahométans nécessairement aux dépens des autres religions mais surtout de la simple neutralité (de préférence à laïcité qui tend à devenir une religion sans dieu avec ses dogmes et ses gourous)  même si le journaliste nous la joue objectif avec le signe de croix orthodoxe et l'interdiction juive de bouger le petit doigt le samedi. Il s'agit surtout et d'abord de faire plier le système hospitalier pour le mettre aux normes coraniques... ta mère.

(1) pour autant qu'il pense ! il y a d'autres tests que le signe de croix pour déceler l'état de confusion non ?
(2) avec une pelle et une balayette ?

9 commentaires:

  1. L'hôpital n'est pas le seul lieu à devoir s'adapter à la charia. L'école avait déjà pris les devants avec les exigences religieuses respectées dans les cantines scolaires. Je l'ai longuement raconté dans mon livre : "Le Mammouth m'a tué".

    RépondreSupprimer
  2. oui je sais.
    Et toujours sous couvert d'enseignement et "d'allerversl'autre" qyui lui fait du sur place

    RépondreSupprimer
  3. chris alphabeta14/1/11 16:47

    Laicité EST neutralité ...justement ...garante des convictons INTIMES de chacun sans donner aucune place à des contestations et prétentions variées au nom de dogmes et de dieux ...
    Si la laicité ( de la Constitution ) était respectée , on n'en serait pas là ...

    RépondreSupprimer
  4. devrait être serait plus judicieux, la réalité démontre que l'on trouve parmi les laïcistes autant d'êtres bornés et sectaires que parmi les intégristes des "autres" religions.

    RépondreSupprimer
  5. chris alphabeta15/1/11 08:09

    Monsieur ,
    Vous avez modifé et épuré votre réponse au 1 er commentaire , qui justifiait mon intervention , la transformant ainsi en une polémique déplacée ( vous parliez d' athéisme en train de devenir une religion avec ses gourous et ses dogmes )..
    Est ce là une pratique catholique ??
    En ce cas, rassurez - vous , je n'interviendrai plus ...je n'aime pas les blogueurs malhonnetes .

    RépondreSupprimer
  6. il faut changer de lunettes chère chrisalphabeta vous verrez que ces mots inchangés sont bien présents dans le post et pas dans les commentaires où ils n'ont jamais figuré.
    ..."(de préférence à laïcité qui tend à devenir une religion sans dieu avec ses dogmes et ses gourous)"

    venez ou ne venez pas peu m'importe, d'autre part je n'ai pas la prétention de représenter les Catholiques étant bien loin d'une grenouille de bénitier à tous points de vue.

    RépondreSupprimer
  7. Tout cela n'est pas vraiment étonnant puisque "islam" signifie "soumission"...

    RépondreSupprimer
  8. Oui, soumission à Allah.... En revanche, j'ai bien accepté la notion de docilité à l'Esprit Saint, d'obéissance aux commandements du Christ, même si j'ai tendance à repousser le moment pour passer de la théorie à la pratique...

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.