En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

lundi 28 juin 2010

Le ver est dans la pomme.

A la lecture de l'envoi de cet article vous allez peut-être penser, mais quel rapport avec la politique ?
Et pourtant !

Tout le monde connait au moins de nom, le célèbrisssime I-Pod de la société Apple.
C'est un objet incontournable de la société moderne. Tout ce qui compte se doit d'en posséder un.
Le type même d'objet qui crée le besoin, car on peut parfaitement vivre sereinement sans.

Apple vient de sortir son dernier modèle l'I-Pod 4.
Il fait certainement des merveilles comme, entre autres choses,  reproduire le bruit d'une vuvuzella, mais sa fonction sinon première, du moins originelle est quand même de servir à téléphoner.
Et là il y a comme un hic.

Selon la manière dont vous le tenez en main , vous pouvez perdre tout signal. C'est un problème de conception, le cadre de l'appareil servant d'antenne.

Où cela devient vraiment drôle, c'est que la réponse d'Apple, par la voix de son dirigeant Steve Jobs, consiste à  indiquer aux propriétaires  de cette usine à gaz ce très cher téléphone d'aller se faire voir de tenir le téléphone d'une manière adéquate. En particulier si vous êtes gaucher subissez une rééducation, changez de main.

C'est très intéressant et cela démontre que nous sommes entrés dans la phase ultime de la société de consommation.
L'objet industriel de grande consommation, car l'I-Pod est quand même un objet de grande consommation, est devenu une entité qui existe par elle-même, on constate une personnalisation de l'objet.
Une société de cosmétique avait choisi pour slogan publicitaire "parce qu'on le vaut bien", phrase placée dans la bouche de consommatrices idéalisées.

Désormais avec Apple le même slogan vaut toujours, mais c'est l'objet qui parle.
"C'est moi qui te valorise, consommateur et tu dois t'adapter à moi, parce que je le vaux bien".

Finalement un pas de plus vers la société imaginée par les scénaristes de "Terminator". La prééminence de l'objet sur l'être vivant. Aboutissement logique de la société marchande. Si tout a un prix, l'objet peut valoir plus que l'Homme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.