En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

vendredi 13 février 2009

le bateleur de la République

On a souvent comparé les chefs d'État à des guides, des pilotes, des commandants de navire, dirigeant le bateau dans la tempête.
Nous nous avons la "chance" d'avoir le premier chef d'Etat bateleur.
Le Bateleur de la République.
Cet individu nocif après avoir détruit ou fini de détruire la souveraineté de la France, s'en prend désormais à la famille, dernier écueil sur lequel le Commerce et surtout le Fric, peuvent encore s'échouer.
Il a donc décidé de mettre en chantier "sans tabou" et on sait ce que signifient dans sa bouche ces mots, les allocations familiales, la durée du congé parental, essentiellement maternel, au prétexte qu'il fallait "évoluer pour mieux répondre aux besoins des familles" usant de la même réthorique que les grévistes de SUD Rail !. Estimant que "les 30 milliards de cotisations patronales famille peuvent être pénalisantes pour la croissance et l'emploi", il a mandaté une mise en chantier de ce dossier.
Il a glorieusement annoncé la mise en chantier de 200 000 places de crèche quand il est notoire qu'il en faudrait 350 000 et alors même que la remise en cause du niveau d'allocations familiales et la réduction du congé maternel vont accroitre mécaniquement le besoin en poussant les jeunes mères à retourner à l'usine, au bureau ou derrière leur caisse de supérette plus tôt que prévu, poussées par la nécessité et les contraintes règlementaires.

Il faut le dire clairement cet homme, le gouverneur de l'Europe occidentale autrefois nommé France est un individu dangereux. Il sacrifie tout et tous au club des multinationales et au monde du fric.

Il n'y a qu'un sujet qui mérite qu'on l'examine vraiment sans tabou, c'est celui de savoir s'il faut le laisser poursuivre son mandat jusqu'au bout où le déposer avant.
Je rencontre de plus en plus de gens, parfois des anonymes que je ne connais ni d'Ève ni d'Adam qui me glissent au détour d'une conversation bénigne sur le prix des pommes de terre, et sans que je ne les sollicite le moins du monde :" vous savez ça va péter, ça ne peut plus durer comme cela". Sans tabou !

9 commentaires:

  1. Ils le disent... encore faudrait-il qu'ils la fassent la révolution ! Déjà que les révolutionnaires n'osent pas trop...

    RépondreSupprimer
  2. la révolution spontanée je n'y crois pas.
    il peut y avoir des révoltes, des émeutes, ce que l'on voit déjà tous les jours . Par contre le jour où une organisation prendra en main ces mécontentements, et là on voit bien le rôle que pourrait jouer un parti comme le NPA de Besancenot, les "braves gens" risquent bien d'aller à la pêche, convaincus qu'ils seront que ce qui arrive est dans l'ordre des choses, quand bien même cela serait à l'encontre de leurs intérêts.
    C'est bien là le mal que Sarkozy fait au pays, terminer de blaser les gens et de leur faire croire qu'ils n'ont plus aucun moyen d'influer sur la politique. Donc de leur faire croire qu'il n'y a que peu d'issues : une forme de bonapartisme financier : le sarkozysme ; la révolution : le polpotbesancenisme ; ou le salut par la foi : l'islam.

    RépondreSupprimer
  3. Entièrement d'accord avec cette note. Reste à savoir ce qui va réellement se passer. Peut-être :
    http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/archive/2008/07/24/happening.html

    RépondreSupprimer
  4. Pharamond16/2/09 18:23

    Et zut, les liens ne passent pas !

    RépondreSupprimer
  5. j'avais lu ton article et je l'avais apprécié même si à l'époque je n'avais pas commenté.

    RépondreSupprimer
  6. Pharamond17/2/09 22:54

    Tu as réussi à voir l'adresse du lien en entier ?

    RépondreSupprimer
  7. oui il est sur ton commentaire même s'il y a un retour à la ligne, ce n'est pas gênant pour un copié-collé dans la barre d'adresse

    RépondreSupprimer
  8. Pharamond18/2/09 21:29

    Ok, de mon côté je ne vois qu'un bout de l'adresse sans retour à la ligne.

    RépondreSupprimer
  9. Cela ne nous annonce pas des "lendemains qui chantent"...

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.