En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

vendredi 2 juillet 2010

Le diable se niche dans les détails.

La presse nous apprend que l'ex-préfet Paul Girot de Langlade vient d'être condamné pour avoir déclaré "qu'on se croirait en Afrique ici" devant un contrôle particulièrement désorganisé.
Cet épisode de la vie ordinaire d'un haut fonctionnaire nous apprend plusieurs choses.

D'abord qu'un haut fonctionnaire ne considère pas  — et qui plus est un ministre, député, sénateur —  que les lois et règlements débiles qu'il contribue à mettre sur pied puissent s'appliquer à Lui et entraver Sa Marche.
Ça c'est bon pour le pékin moyen estampillé France-d'en-bas.
Ça me fait bien plaisir qu'un de ces messieurs se soit fait prendre au piège des portiques de contrôle des passagers (et accessoirement des employés).


Seconde révélation et non des moindres, la phrase la plus anodine peut être qualifiée de raciste.
On voit ces jours-ci Diegio Maradona, entraineur de l'équipe d'Argentine, expliquer à qui veut bien l'entendre que les Français croient tout savoir et se croient meilleurs que les autres.
Phrase idiote et tout à fait de même nature que celle du préfet de l'aéroport.  S'il vient en France, devra-t-on l'arrêter à sa descente d'avion et lui coller une amende de 1500 euros ?
Allons-nous être policés jusque dans le moindre de nos propos exprimé même sous le coup de la colère ou de l'énervement ?
Faudra-t-il convoquer un avocat à chaque fois que l'on ouvrira la bouche ?
Même Hortefeu Brice, ministre, a écopé de 750 euros pour dérapage verbal. Bon, lui n'a pas été obligé de faire valoir ses droits à la retraite.

Enfin et j'en finirai là, on constate que les hauts fonctionnaires ont une connaissance très imparfaite de leur pays, dans lequel malheureusement nous devons les supporter, parce qu'Orly ce n'est pas l'Afrique, c'est bien pire.
Les pays africains connaissent, pour nombre d'entre eux, des problèmes structurels dus à des raisons financières, de manque de personnel qualifiés etc.
Dans le second aéroport Français, concédé à un organisme longtemps propriété de l'État, dont il reste un actionnaire important très largement majoritaire, la qualité des services est à tous niveaux déplorables.
Alors le "on se croirait en Afrique ici " c'est vrai, c'est un peu méchant pour les Africains, surtout ceux qui s'efforcent de faire de leur mieux avec les moyens du bord.

2 commentaires:

  1. Je vois dans cette histoire la dérive d'un politiquement correct devenu fou et d'une justice tout aussi folle qui s'acharne sur toutes sortes de peccadilles et innocente ou minimise les pires crimes (assassinats d'enfants, crimes sadiques ou viols en réunion). Nous marchons sur la tête...

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.