En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

mardi 6 octobre 2009

Bugaled Breizh et complotisme.

Le complotisme est partout.
Depuis le naufrage du Bugaled Breizh, les familles n'ont de cesse de vouloir impliquer un sous-marin de l'OTAN dans celui-ci.
Ainsi des thèses sinon improbables, du moins surprenantes circulent.
Des marins auraient été recueillis vivants puis assassinés par des militaires tandis que les corps enlevés par hélicoptère auraient été déposés à proximité des côtes britanniques.
Loin de moi l'idée de nier qu'un sous-marin puisse se prendre dans le chalut d'un bateau de pêche, mais en l'occurrence cette histoire me parait improbable.
Il faut savoir que les risques d'une telle collision pour un sous-marin de la taille du Dolphin, sous-marin diésel, sont au moins aussi importants pour lui que pour le chalutier.
Ensuite il faudrait admettre que toute la hiérarchie du commandant du sous-marin ainsi que tout l'équipage seraient impliqués dans cet accident, suivi selon certains de deux meurtres.

Cela me parait tout à fait invraisemblable, parce qu'on discerne mal quels auraient été les enjeux, si importants que cela, pour que la vérité soit ainsi dissimulée.

Aujourd'hui je peux l'avouer, j'ai participé à certaines opérations en liaison avec les sous-marins et dans certains cas le secret le plus total était de mise et l'est toujours. Mais les enjeux étaient autrement importants. La guerre froide battait son plein, les Américains disposaient d'un système de détection ultra sophistiqué et ultra secret dont ils ne laissaient filtrer que quelques bribes à des alliés choisis et selon les circonstances.
Pareillement les Américains, les Français, les Anglais protégeaient leurs secrets nucléaires .
Tout cela dans un environnement de sous-marins soviétiques chargés à bloc de quoi stériliser une partie de la planète et de sous marins d'attaque pistant les SNLE et parfois pistés eux-mêmes.
Le film "Octobre Rouge " montre un aspect de ce qu'il se passait pendant cette période.

Mais pour le Bugaled Breizh, rien de tout cela. La guerre froide était finie depuis quelques années, la Manche n'a jamais été très fréquentée par les sous-marins soviétiques puis russes. La présence des sous-marins était connue et notifiée, pas de présence secrète à masquer. Il s'agissait d'un exercice.
Pourquoi tout un système de plusieurs nations se serait mis en branle pour protéger une erreur de navigation toujours possible d'un sous marin, ou l'infraction d'un chalutier (les zones dangereuses à la navigation pour cause de sous-marin sont portées à la connaissance des bâtiments civils) ?
Ce qui me gêne dans la démarche des familles, ce n'est pas la possibilité d'une collision entre un sous-marin et des apparaux de pêche entrainant un naufrage, c'est le manque totale de mobile pour mettre sur pied un tel complot.
Pendant la guerre froide un tel accident aurait pu être dissimulé, car le reconnaitre aurait pu révéler la présence d'un sous-marin sur les lieux, donc révéler à un sous-marin soviétique qu'il était suivi, donc que sa présence et ses caractéristiques physiques étaient connues. Autant dire que c'était un sous-marin en sursis qui ne naviguait que par le bon vouloir de ses adversaires, chose à ne jamais révéler à son ennemi.
Encore une fois dans cette affaire rien de tout cela mais je suis partisan de ce que toutes les hypothèses soient creusées à fond, car rendre un non lieu en laissant des zones d'ombre nuirait bien plus aux marines occidentales qu'une enquête menée à son terme.

5 commentaires:

  1. Pharamond6/10/09 21:30

    Comment dire ? Euh... je suis entièrement d'accord avec toi sur ce coup, tout simplement.

    RépondreSupprimer
  2. Très bien... Mais alors comment cela a pu se produire?
    Tu dois bien avoir une petite idée ?

    RépondreSupprimer
  3. je crois que l'hypothèse de la croche sur le fond ou une épave quelconque est vraisemblable.
    Les deux flancs "aspirés" sont explicables par le fait que le moteur n'a pas été noyé tout de suite et qu'il a consommé tout l'air intérieur du bateau . Conjugué avec la pression de la mer puisque le bateau coulait, cela a pu produire ces "efflanquements".
    Naturellement je ne dispose pas des moyens de vérifier in situ ces hypothèses.
    Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'un chalutier semblant solide coule en quelques secondes sans que ne sache vraiment pourquoi. Il y a une vingtaine d'années je me souviens que l'on s'était posé la question de la conception même de ces bâtiments.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ta réponse. Affaire à suivre.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.