En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

jeudi 11 février 2016

Comment la déchéance de la nationalité vise quasi exclusivement la droite.

Une comparaison entre les intentions annoncées en Conseil des ministres et le texte proposé aux parlementaires fait apparaître les contradictions énormes entre les intentions et les actes .

Conseil des ministres en décembre.
L'article 2 du projet de loi permettra la déchéance de nationalité pour les binationaux nés Français. Cette mesure vise à sanctionner les auteurs des seuls crimes les plus graves, à l'exception de tout délit. Les règles qui leur seront applicables sont ainsi rapprochées de celles actuellement en vigueur pour les binationaux devenus Français. A la suite de la révision constitutionnelle, une loi ordinaire sera nécessaire pour fixer les modalités d'application de ces dispositions, notamment la liste des crimes pouvant conduire, en cas de condamnation, à la déchéance de nationalité.

Texte adopté

 - la nationalité, y compris les conditions dans lesquelles une personne peut être déchue de la nationalité française ou des droits attachés à celle-ci lorsqu'elle est condamnée pour un crime ou un délit constituant une atteinte grave à la vie de la Nation  


Au départ il s'agit de surfer sur l'indignation populaire encore fraîche pour ostraciser, n’ayons pas peur du mot, les doubles nationaux ayant acquis la nationalité dans des conditions automatiques ou semi-automatiques ou pour de pures raisons économiques  et qui ont, pour des raisons idéologiques, décidé de s'en prendre à leur pays d'accueil. Là aussi voyons les choses en face, il s'agit avant tout de viser les islamistes fauteurs d'attentats.
C'est de l'auto-défense, même si la mesure est avant tout symbolique; mais la guerre que nous livrent certains musulmans est empêtrée de symboles. L'égorgement, les attentats aveugles sont d'abord des symboles avant d'être des actes horribles.
On notera qu'il s'agit d'un texte "lourd" la peine étant exclusivement réservée aux crimes "les plus graves" à l'exception des délits  .

Après le passage des droits-de-l'hommistes pour qui les droits de l'homme sont avant tout un moyen de soutenir la racaille contre le peuple, le texte se transforme et devient presque guilleret.

Il ne s'agit plus de crimes les plus graves, comme clairement l'assassinat de plusieurs dizaines de personnes dans le centre de Paris un soir de week-end, mais de crimes ou délits, n'importe quoi en fait, constituant une atteinte grave, non pas aux personnes mais à la vie de la Nation. . Qu'est-ce que la vie d'une Nation ? Depuis l'Enfer Robespierre seul le sait .

Or les attentats de novembre ou de janvier sont très graves pour les personnes, mais ne mettent en rien la vie de la Nation en danger.

Par contre les groupes d'extrême gauche et d'extrême droite,  comme de la droite royaliste d'ailleurs, — dont les projets politiques sont de changer de régime, démocratie populaire internationaliste pour les uns, régime autoritaire non démocratique pour les autres, sont un danger, minime, mais réel pour le régime politique dont les juges auront vite fait de l'assimiler à la Nation — présentent potentiellement, même sans bouger le petit doigt une menace pour la" vie de la nation" la gravité de l'atteinte s'estimant ensuite devant les juges dont l'impartialité suscite les louanges du monde entier.

Ma conclusion car il est nul besoin d'être prolixe en la matière, est que, comme malheureusement je l'ai plusieurs fois écrit ici, certains  actes criminels y compris les crimes islamistes servent, d'abord et avant tout, à faire voter des textes visant à réprimer les citoyens ordinaires ou qui ont des idées politiques différentes du gloubli-boulga mondialiste dont on nous gave jusqu'à la nausée. Le but étant le contrôle des masses pour les amener vers le mondialisme comme on mène un troupeau à l'abattoir . Et déjà on l'aperçoit, là-bas, au bout de la ligne droite.

Sur l'échelle Vallaud Belkacem du complotisme allant de 1 à 5 je pense que ce texte se situe facilement au niveau 3 n'est-ce pas ?

3 commentaires:

  1. C'est très clair.
    Il suffit d'avoir une expression qui déplaît pour être taxé de délinquant contre la vie de la nation.
    On va bientôt être apatrides !
    Chouette !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. nous créerons la première nation d'apatrides

      Supprimer
  2. Et l'Afrance s'appellera l'Apatrie !

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.