En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

samedi 13 février 2016

Mensonge sur la réforme de l'orthographe

Source Le Parisien - Le Figaro

L'Académie française s'oppose à toute réforme de l'orthographe et n'est pas à l'origine de celle qui doit être prochainement généralisée dans les manuels scolaires, affirme Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'Académie.
"Je n'ai pas compris les raisons qui expliquent l'exhumation d'une réforme de l'orthographe élaborée il y a un quart de siècle et où l'Académie française n'a eu aucune part, à l'inverse de ce que l'on a voulu faire croire", indique Mme Carrère d'Encausse dans une interview publiée samedi par le Figaro.


Largement méconnue, la réforme adoptée en 1990 prévoit la simplification de l'orthographe de certains mots et allège l'usage des traits d'union et des accents circonflexes. Sa généralisation prochaine dans les manuels scolaires du primaire suscite une vive polémique, notamment dans les médias et les réseaux sociaux.
"La position de l'Académie n'a jamais varié sur ce point : une opposition à toute réforme de l'orthographe mais un accord conditionnel sur un nombre réduit de simplifications qui ne soient pas imposées par voie autoritaire et qui soient soumises à l'épreuve du temps", souligne Mme Carrère d'Encausse qui rappelle que la langue "est une part essentielle de notre identité".
L'historienne précise qu'en ce qui concerne la réforme de 1990, l'Académie s'était prononcée sur des "principes généraux - un nombre limité de rectifications d'incohérences ou d'anomalies graphiques - mais non sur le projet lui-même dont le texte était en cours d'élaboration".
L'Académie a par la suite "marqué son désaccord" avec le texte, a-t-elle dit.
"En 2016, nous sommes devant une situation radicalement différente" avec un système éducatif qui "s'est écroulé" au point "qu'un élève sur cinq quitte l'école sans savoir lire" ajoute Mme Carrère d'Encausse.
"Le problème n'est donc plus d'offrir des facilités aux élèves, de conserver ou non l'accent circonflexe, mais de revoir totalement notre système éducatif", estime-t-elle.
On dirait bien que le mensonge est devenu une telle habitude dans ce gouvernement qu'il se sent obligé de mentir même sur ça.
Entre la parole d'Hélène Carrère d'Encausse et celle de Najat Vallaud-Belkacem, je n'ai pas de doute sur qui je dois croire.

3 commentaires:

  1. Moi aussi, je choisis de croire l'Académie.

    RépondreSupprimer
  2. Tout pareil que mon volatile préféré !
    O final pourkoi ne pa zecrir en fonaitik ce cerai plu cinple...
    Le mensonge devient routine, c'est lassant.
    Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense qu'il y a des choses sérieuses à faire en matière d'orthographe, parce que la langue n'a pas à être une affaire d'élite - historiquement ce n'est pas une première - mais plus que tout, la mauvaise orthographe actuelle traduit deux choses, une baisse énorme de la qualité de l'enseignement et une décomposition de la population

      Supprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.