En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

dimanche 21 février 2016

Les siècles des doctrines

Le XX ème siècle a eu sa dose de doctrines mortifères .
Dans l'ordre d'apparition il y a eu le communisme internationaliste, puis le fascisme et le national socialisme, aussi le national communisme qui ne différait objectivement du précédent que par les emblèmes et le territoire sur lequel il s'exerçait.
A moindre échelle ici  on a eu le social-autoritarisme ou gaullisme, tandis qu'à l'échelle des USA se développait le national libéralisme (libéral quand je gagne, protectionniste quand je perds), plus ou moins imité pas ses satellites.
Mais ça, c'était avant.
 Avant que les clubs de mondialistes et de faiseurs de fric ne prennent la gouvernance mondiale comme ils l'appellent eux mêmes.

Ce qu'on nous concocte semble être un capitalisme mondial, mais auquel on aurait retranché ce qui en fait l'essence et sa justification ; le risque.
L'énorme plus-value que dégage le capitalisme n'est justifiée que par l'énorme prise de risque qu'assume l'apporteur de capitaux. S'il se plante il perd tout.
Or le nouveau capitalisme qu'on peut qualifier de financier, contrôle le risque et le fait assumer si nécessaire par la masse des contribuables-consommateurs auxquels on va appliquer le socialisme : partage des revenus, mutualisation des risques, surveillance des pensées déviantes afin d'éviter toute rébellion, infantilisation et contrôle permanent.

Pour canaliser le trop plein d'énergie, car nos maîtres ont bien compris qu'on ne pouvait durablement brimer une foule sans qu'elle n'explose et n'entraine tout avec elle, on lui offre un ou plusieurs boucs émissaires intérieurs ou extérieurs (la minute de la haine d'Orwell). Ainsi aujourd'hui, l'extrême droite, la Russie, la Corée ; demain on ne sait qui, assument à leur corps défendant ce rôle vital pour l'équilibre du système.
Parallèlement comme il faut éviter toute cohésion, tout noyau d'agrégation du mécontentement, on injecte en permanence des éléments allogènes. C'est le rôle actuel de l'immigration qui après avoir servi à briser la classe ouvrière, sert désormais à briser les nations, à moindre échelle c'est aussi le rôle confié aux lobbies sexuels chargés de semer la discorde.

Naturellement cette manœuvre de nos maitres est vouée à l'échec à long terme car les nouveaux arrivants n'arrivent pas la tête entièrement vide et la recrudescence de l'islamisation est caractéristique de ce phénomène d'agrégation. Dans la cadre de la mondialisation on comprend facilement que la culture va s'uniformiser et que l'allogène n'aura plus ce coté agressif qu'il a actuellement, il sera de plus en plus difficile de trouver des populations extérieures fondamentalement différentes d'une population locale donnée. Quand le tourbillon se calmera, il sera de plus en plus difficile d'éviter l'agrégation d’éléments dissidents qui tôt ou tard s'en prendront à la tête.

Donc  la cocotte minute leur pétera à la gueule.
Malheureusement nous ne serons plus là pour le voir.

2 commentaires:

  1. Regrettable lucidité qui ne fait pas voir la vie en rose mais qui engendre un esprit de résistance nécessaire,comment en sommes nous arrivés là, depuis mai 68 et sa révolte stérile on gobe tout, on laisse tout faire, du détail nuisible au crime le plus abject, merci d'éclairer les stratégies sournoises, voilà qui empêche de tomber dans le lâche complot de la mollesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on en est arrivé là parce qu'à mon avis certains ont parfaitement décortiqué la psychologie humaine et appliquent des recettes infaillibles.
      Dans les années qui ont suivi la guerre, plusieurs universités américaines ont conduit des recherches très poussées sur la psychologie et comment manipuler les gens. J'en ai déjà parlé, mais il y a entre autres le fameux test de la torture où un étudiant qui croit agir sous le contrôle d'un professeur, torture, heureusement fictivement, mais lui ne le sait pas, un autre étudiant complice de l'expérimentateur.
      D'une certaine manière Zbigniew Brzezinski en parle dans un de ses livres "Between two ages" en français la révolution technotronique peu connu mais très révélateur des desseins américains et surtout mondialistes comme son best seller, "Le Grand Échiquier, l'Amérique et le reste du monde" .
      On apprendrait que ces études universitaires ont été payées par Rockfeller et consorts ne m'étonnerait en rien. C'est à la même époque, des mêmes endroits qu'est sortie la doctrine de la libération sexuelle qui a abouti aux lobbies homosexuels transsexuels et autres joyeusetés.
      Il n'y a ni hasard ni fatalité en la matière.

      Supprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.