En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

lundi 26 décembre 2011

Déclaration de la future ex-directrice du FMI

L'économie mondiale est "dans une situation dangereuse" et les dirigeants européens doivent accélérer la mise en oeuvre des mesures décidées notamment lors du sommet de Bruxelles, a déclaré dimanche 25 décembre Christine Lagarde.

vendredi 23 décembre 2011

Le texte de la proposition de loi

PROPOSITION DE LOI
Article 1er
Le premier alinéa de l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse est remplacé par cinq alinéas ainsi rédigés :
« Seront punis des peines prévues par le sixième alinéa de l’article 24 ceux qui auront fait l’apologie, la négation ou la banalisation grossière publiques des crimes de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre, tels qu’ils sont définis de façon non exclusive :
« 1°) par les articles 6, 7 et 8 du statut de la Cour pénale internationale créée à Rome le 17 juillet 1998 ;
« 2°) par les articles 211-1 et 212-1 du code pénal ;
« 3°) par l’article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 ;
« et qui auront fait l’objet d’une reconnaissance par la loi, une convention internationale signée et ratifiée par la France ou à laquelle celle-ci aura adhéré, par une décision prise par une institution communautaire ou internationale, ou qualifiés comme tels par une juridiction française, rendue exécutoire en France. »
Article 2
L’article 48-2 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse est ainsi modifié :
1° Après le mot : « déportés », sont insérés les mots : « , ou de toute autre victime de crimes de génocide, crimes de guerre, crimes contre l’humanité ou des crimes ou délits de collaboration avec l’ennemi ».
2° Après le mot : « apologie », sont insérés les mots : « des génocides, ».
Je paie le champagne à celui qui me dira où est citée la Turquie ou les Arméniens dans ce texte.

Cette loi comme les précédentes de même nature est inutile et nuisible en ce qu'elle est contraire à l'esprit de la déclaration des Droits de l'Homme dans ses articles 10 et 11 :
Art. 10
Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi. 
Art. 11
La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi.  


Mais commme chacun le sait les Droits de l'Homme en France sont limités par la Loi qui leur est supérieure. Les parlementaires et le gouvernement peuvent se permettre n'importe quoi .

En l'occurence ils auraient mieux fait de s'abstenir, mais je rouve très intéressant que cela permette de bien faire apparaitre le caractère islamo-totalitaire du régime Turc. Un bienfait pour nous et pour l'Europe.
Continuez monsieur Erdogan, les anti-européïstes  vous aiment ...pour ce que vous faites. Ils ne pouvaient en espérer tant.

Erdogan dévisse.

Si le président français M. Sarkozy ne sait pas qu'il y a eu un génocide, il peut demander à son père Pal Sarkozy (...) qui a été légionnaire en Algérie dans les années 1940», a déclaré Erdogan. «Je suis sûr qu'il (Pal Sarkozy) a beaucoup de choses à dire à son fils sur les massacres commis par les Français en Algérie», a-t-il poursuivi, avant de conclure: «Les Algériens ont été brûlés collectivement dans des fours. Ils ont été martyrisés sans pitié».
Ce gars est clairement fou, par contre je tiens à sa disposition le "livre blanc de l’armée française en Algérie"où photos à l'appui il pourra découvrir que, finalement, les méthodes des Bachi-Bouzouks et du  FLN n'étaient pas si différentes que ça, ce qui n'a rien d'extraordinaire, tous étant inspirés par la religion d’amour de tolérance et de paix.
Rompons les relations diplomatiques avec ces sauvages, virons tous les Turcs qui encombrent nos cités, ça nous fera un peu d'air, et mettons notre veto à leur entrée dans l'Europe, bloquons les importations en provenance de la Turquie et basta ! Franchement que peut bien nous apporter une Turquie islamiste et fondamentaliste ?

Eva Joly vue de Madagascar

Grâce au site Delanopolis, je vous livre aujourd'hui un article édifiant sur la candidate verte Eva Joly, publié dans un journal réunionnais, relatif au rôle joué à Madagascar par Mme Eva Joly lorsqu'elle conseillait le président  malgache Marc Ravalomanana un grand amoureux de la France.



Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

jeudi 22 décembre 2011

Lois mémorielles. Une de plus !

Le débat et surtout les remous politiques engendrés par la loi mémorielle relative à la condamnation de toute négation de génocide est particulièrement symptomatique de l'état de désordre mental qui s'est installé chez nous . Particulièrement symptomatique aussi du désordre d'un système qui en vient à se mordre la queue  quand une victime présupposée (par définition un pays ou un peuple non européen et/ou non chrétien) en vient à être le bourreau d'une plus-victime que soi. Ce qui met du sel dans l'affaire, c'est que contrairement à la doxa admise jusqu'à présent la victime,le peuple arménien, est plutôt chrétien, quand les bourreaux, la Turquie et ses nervis kurdes, sont musulmans.
C'est sans doute l'aboutissement ultime du processus de Nuremberg qui allie lois pénales  rétroactives, preuves non étayées, et parti-pris idéologique de la justice. L'ajustice aurait-on envie d'écrire.
Il va maintenant être difficile à l’État français, en vertu de ses propres lois, de nier le génocide vendéen, voire à l'Italie de nier la responsabilité des Romains dans les massacres commis par César il y a 2000 ans et quelques en Gaule.
Au gré des circonstances et de ses intérêts, chacun aura son génocide en réserve à jeter comme ultime argument à la face de l'autre.


Quelqu'un qui n'aurait jamais ouvert un code pénal pourrait à tort s'imaginer qu'un génocide implique une destruction massive d'un peuple ou d'un groupe de personnes déterminé en vue de le faire disparaitre de la surface de la Terre.

    C'est un peu ce que faisaient les vainqueurs antiques lorsqu'un peuple leur résistait trop. C'est aussi ce que préconisait le doctrine musulmane jusqu'à il n'y a pas si longtemps lorsque les offres de reddition étaient refusées. Depuis ils n'ont fait que perdre les guerres, aussi on ne sait pas comment la doctrine a évolué, quoique le Kosovo nous en donne un peu l'aperçu.


Mais en fait la définition pénale du génocide c'est un peu un inventaire à la Prévert qui regroupe tout et n'importe quoi. Cela va de la tentative d'extermination d'un peuple, ce qui tombe sous le sens, à la soumission à des conditions d'existence de nature à entrainer la destruction totale ou partielle du groupe. Ici on ne juge plus sur les morts  survenues mais sur le fait qu'elles auraient pu survenir, aucun délai n'étant fixé. Pour conclure on enchaîne sur les mesures tendant à entraver les naissances et le transfert forcé d'enfants.

Autre subtilité, on ne parle pas seulement de peuple mais de groupe déterminé à partir de de tout autre caractère arbitraire. La définition valant, il me semble, autant du point de vue du bourreau que du point de vue du juge. Rien n'empêche le juge ou les victimes de définir a postriori qu'un génocide a bien été commis.
C'est d'ailleurs le cas pour les Arméniens. Y -a-t-il volonté concertée  d'exterminer un peuple — point de vue arménien — ou bien une réaction disproportionnée contre ceux qui étaient jugés les alliés de l'ennemi occidental  ? (on est alors en pleine Grande Guerre et les Alliés ont débarqué à Galipoli) — point de vue turc — même si en fait les massacres d'Arméniens ont commencé avant la guerre et se sont perpétués après.
Au titre d'entrave des naissances, la loi Veil pourrait parfaitement entrer dans le cadre du génocide, bien que le Conseil constitutionnel, saisi à l'époque, ait alors refusé de statuer. Quant aux transferts d'enfants orphelins réunionnais vers des familles paysannes françaises, organisé par Michel Debré, ils entrent parfaitement dans le canevas.
Naturellement l'esclavage, surtout celui des peuples d'Afrique par les peuples d'Europe, est de facto admis dans le domaine, même si finalement il a entrainé peu de morts directes (personne n'avait intérêt à la mort d'esclaves)  et a contribué à répandre les peuples africains à la surface du globe, dans des endroits qu'ils n'auraient jamais atteint sans cela. Mais il y a effectivement la soumission à des conditions de nature à,  fut-ce pendant une durée limitée.


En vertu de son propre droit, la France va devoir répondre à des actions incessantes en justice, payer des compensations, se traîner nue et à genoux jusqu'à Canossa ou la mosquée Al Aqsa, implorer le pardon de ses "victimes" , plutôt de leurs descendants gras et repus de la 10ème génération, même s'ils sont devenus depuis des Français à part entière comme les gens d'origine africaine, où l'étaient déjà, comme les Vendéens, pour ne citer que ces deux exemples.


En fait, comme les précédentes lois mémorielles, cette nouvelle loi est bien plus à usage intérieur qu'extérieur et les Turcs auraient bien tort de se faire du mouron pour ça.


Et après on voudrait nous faire croire que les parlementaires français servent encore à quelque chose ?

lundi 19 décembre 2011

Science sans conscience ...

Le Quotidien du Médecin rapporte les propos de Marc Peschanski, directeur scientifique du laboratoire I-Stem (Evry), qui estime que l'arrêt du 18 octobre 2011 de la Cour Européenne de Justice excluant de la brevetabilité tout procédé utilisant des cellules souches embryonnaires humaines et entraînant la destruction de l'embryon (Cf. Synthèse de presse du 18/10/12) repose "sur une argumentation purement idéologique".
Selon le chercheur, cet arrêt "va très loin" parce qu'il concerne "toute application de cellules parthénogéniques". Selon Marc Peschanski, cette décision pourrait avoir des répercussions en terme de collaboration et de financement des recherches en Europe.

Le chercheur, qui prépare actuellement un essai clinique pour des greffes de peau à partir de cellules souches embryonnaires, s'était vu refuser par l'Office européen une demande de brevet pour un bioréacteur capable de faire proliférer des cellules souches embryonnaires humaines dans des conditions industrielles. Marc Peschanski proteste que son métier est "de faire de la science, de la publier, d'obtenir des résultats qui se traduisent par des applications que les uns ou les autres peuvent breveter". Il déplore donc que la Cour européenne ait jeté "l'anathème" sur les cellules souches embryonnaires humaines et explique que la décision de la Cour de Justice rendra plus difficile l'obtention d'investissements dans ce type de recherche en Europe.

En France, cet arrêt de la Cour européenne de Justice a fait écho au maintien de l'interdiction de la recherche sur l'embryon humain suite à la révision de la loi de bioéthique du 7 juillet 2011. En effet, sauf dérogation s'appuyant sur "la pertinence scientifique du projet de recherche", sa susceptibilité "de permettre des progrès médicaux majeurs" et si les chercheurs ne peuvent parvenir au même résultat par une méthode n'ayant pas recours à des embryons humains, les recherches sur les cellules embryonnaires ou l'embryon humain ne sont pas autorisées dans le pays. Le gouvernement français semble vouloir favoriser les recherches alternatives. En 2012, le Parlement se verra remettre un rapport du gouvernement sur "les pistes de financement, notamment public, et de promotion de la recherche en France sur les cellules souches adultes et issues de cordon ombilical, ainsi que sur les cellules souches pluripotentes induites".
Source Le Quotidien du médecin via Contact Gènéthique

ça se passe de commentaire  !

Départ d'Iraq

Les Américains quittent l'Iraq, la queue basse, en laissant un pays dévasté en proie aux religieux attardés et fanatiques.
Ce pays qui, sous l'impulsion du baassisme, avait réussi peu ou prou — il y a des pesanteurs dures à vaincre — à s'extirper de la gangue islamique, qui avait connu des avancées sociales que l'on ne peut pas nier, quoi que l'on pense de feu Saddam Hussein, a néanmoins, grâce aux USA réussi un exploit, celui d'inventer le voyage dans le temps . Dans le passé bien entendu.

Je me demande depuis plusieurs années, et les récents "printemps" semblent confirmer mes interrogations, si le véritable but des USA n'a pas été, dès le début, de casser les régimes arabo-musulmans qui avaient fait un ou plusieurs pas sur le chemin d'un progressisme susceptible de favoriser l'émergence d'un nationalise arabe. Si c'est cela, leur mission a été une parfaite réussite. Les mondialistes, alliés à l'obscurantisme islamique ont vaincu !
Certes l'Iraq, comme la Tunisie, l'Egypte, ou la Syrie et a fortiori la Libye,  n'était pas un modèle de démocratie à l'occidentale. Mais  il est des temps et des régions où l'on demande d'abord la paix, ensuite la paix et le reste après.
Désormais, il n'y a plus de reste et il n'y a plus de paix  et si elle revient, son poids sera encore plus pesant que sous la période de Saddam Hussein, lequel se contentait de museler ses opposants. Dans le futur régime il ne fera pas bon ne pas être musulman, ou Sunnite ou Chiite selon les endroits, ou persophone ou arbophone ou kurdophone ou bédouin ou citadin ... j''imagine que l'on peut dérouler ce schéma sur plusieurs longueurs. Et ne parlons même pas du calvaire des Chrétiens.

Sur le plan intérieur, aux USA, la guerre d'Iraq a réveillé les vieux démons du Viet-Nam. On est assez loin de l'élan patriotique de l'après 2001, qui faisait considérer que tout ceux qui ne suivaient pas l'Amérique étaient des traîtres (dont nous, vieille tradition anglo-saxonne) .
La guerre d'Iraq a enrichi les pourvoyeurs en matériel et denrées, de l'armée américaine, mais a encore alourdi la dette des USA. Cela n'est jamais évoqué, mais je doute qu'on ne puisse pas lui attribuer une bonne part dans le déclenchement de "la crise".
Enfin, la guerre d'Iraq, a fragilisé à l’extrême, la domination militaire des pays occidentaux, ce qui est une source d'instabilité planétaire. La guerre d'Afghanistan et celle de Libye ont confirmé cela malgré les apparences trompeuses de victoire en Libye.
Il est désormais démontré qu'en cas de guerre asymétrique entre des pays de niveaux technologique et culturel vraiment très différents, les armées occidentales et a fortiori l'armée américaine, peuvent renvoyer un pays à l'âge de pierre ou presque, mais ne sont pas en mesure de tenir durablement le terrain, ce qui depuis la plus haute Antiquité est le seul signe tangible de victoire militaire. Ce qu'avaient parfaitement réussi les armées occidentales du XIXe siècle, les armées occidentales du XXIe ne peuvent plus le faire. L'idéal ni les motivations spirituelles ne sont plus là.
On ne meurt pas pour un chiffre d'affaire ni pour des banques mondiales.


dimanche 18 décembre 2011

Prix de la Carpette Anglaise 2011



L’académie de la Carpette anglaise s’est réunie le 15 décembre 2011. Le jury, présidé par Philippe de Saint Robert, était composé de représentants du monde associatif et littéraire.
Au deuxième tour de scrutin, par huit voix sur douze, la Carpette anglaise 2011 a été décernée à M. Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP, pour promouvoir avec vigueur l’usage de la langue anglaise de la maternelle aux grandes écoles et pour faire de la télévision publique en anglais aux heures de grande écoute (sous-titré en français) un des enjeux de son parti et de la prochaine élection présidentielle (article disponible en ligne, intitulé « Les Français must speak english », 3 février 2011).
Le prix spécial du jury à titre étranger  a été décerné au premier tour de scrutin, par onze voix sur douze, à la compagnie Ryanair, présidée par M. Michael O’Leary, pour avoir imposé, en Espagne, aux femmes enceintes de plus de vingt-huit semaines un certificat médical exclusivement rédigé en anglais, y compris pour les vols intérieurs (menaçant de ne plus desservir les aéroports ne se pliant pas à cette exigence). (AFP, Madrid, 13 septembre 2011.).
Anne Cublier, Hervé Bourges, Benoît Duteurtre, Alain Gourdon, Yves Frémion et Dominique Noguez sont membres de cette académie.

Euthanasie d'une nation


Avec la décision d'ouvrir Sciences Politiques à la diversité sans concours et sans épreuve de culture générale, le système vient de scier une des dernières branches sur lesquelles il était assis.
Jusqu'à présent, le peuple avait l'impression plus ou moins diffuse d'être trahi par ses élites, car la France maintenait tout de même, malgré les pauvres résultats de son éducation nationale, une forme d'élitisme.
L’ascenseur social avait beau être grippé, les fameuses élites complètement contaminées par une idéologie mortifère, les difficultés des concours étaient réelles et il y avait quand même peu de chances qu'un conseiller de ministre issu des Grandes Écoles confonde Charlemagne et Charles X ou pense que la dynastie des Bourbon avait des interêts dans une grande marque de whisky américain.

Désormais 5 ans après l'accès de l'inculture revendiquée au pouvoir, Il n' aura plus d'élite du tout.


Nicolas Sarkozy s'en prend à la princesse de... par rue89

On  pourra se régaler des fautes d'orthographe dans les circulaires officielles, voire dans les lois ou règlements. On pourra déguster les à-peu-près historiques.
On verra s'installer définitivement et officiellement  le vaudou, la chiromancie, le chamanisme dans les antichambres ministérielles.
A la place d'ingénieurs, on aura des imprécateurs délégués par telle ou telle tribu. Et pourquoi pas, dans quelques dizaines d'années, on reviendra aux sacrifices d'animaux avant toute décision d'importance.
Bref on touchera du doigt la matérialisation de ce slogan :

Ensemble tout est possible.

à moins que ce ne soit

Ensemb' touté possib'

jeudi 15 décembre 2011

Question de point de vue

Quand un ancien président de la république, ancien maire de la capitale, ancien premier ministre, ancien dirigreant du premier parti de France est condamné à deux ans de prison avec susris pour abus d'influence et autres broutilles, selon les maîtres à penser de l'opinion française cela prouve que "la démocratie française fonctionne bien".
Franchement ce n'est pas tout à fait comme ça que je vois les choses .


RDDV en GAV

Plusieurs faits divers méritent notre attention. Je ne m'attarderai pas sur le massacre de Liège, qualifié dès les premières minutes, de "non terroriste". Normal que les autorités bêlantes et islamophiles protègent ainsi un assassinat de groupe commis par un immigré maghrébin, des fois que ça nuirait à leurs chers protégés. Il voulait parait-il aller à Wouaquebarre, mais personne ne savait où c'était. Sans doute en pays flamand ?

Par contre quand un Italien tue des immigrés, l'ombre de la bête immonde n'est pas loin.
Mais d'autres blogueurs ont déjà écrit sur le sujet et comme ils ont tout bien dit je n'insisterai pas.

Non, moi le fait divers qui me plait bien, c'est le passage en garde à vue de RDDV ou Renaud Donnedieu de Vabre . Outre ce que cela continue à révéler sur l'état de complète pourriture de la classe politique, il me sied  que cet individu, grand pourfendeur de l'extrême droite et moralisateur d'internet, en fait, traqueur de la liberté d'expression, goûte aux joies saines de la République laïque et démocratique.


dimanche 11 décembre 2011

Boute-en-train

Boute-en-train : animal, mâle ou femelle que l'on utilise pour mettre l’animal de sexe opposé en état de s'accoupler mais que l'on retire prestement pour faire intervenir un reproducteur et recueillir son sperme.

Eh bien j'ai comme l'impression que comme en 2007, notre baudet des Pyrénées, va nous la jouer style je t'aime, moi non plus pour finalement laisser la place à un candidat plus membré, si je peux utiliser cette image un peu osée.
Qu'a donc à nous proposer, dans la situation actuelle, ce partisan inconditionnel de la construction européenne dans la lignée de  Monet à Barroso  à part des circonvolutions de langage ?
Mais bon, les Français sont à la fois lâches et immatures politiquement, le baudet va bien nous taper un 15% voire plus si Sarkozy s'effondre emporté par la crise.



samedi 10 décembre 2011

Coup d'Etat et forfaiture

En fait les semi-échecs ou semi-réussites du sommet européen n'en sont pas. Ce sommet ne fait qu'entériner la position traditionnelle de la Grande-Bretagne que rappelait Zbigniew "Londres a choisi de rester à l'écart du jeu européen," position déjà posée en 1955 " Vous discutez un traité qui ne sera jamais ratifié, s'il était ratifié il ne sera jamais appliqué, s'il était appliqué, il serait irrecevable par la Grande-Bretagne".
En fait les mondialistes comme Zbigniew Brzezinski, s'accommodent parfaitement d'une Europe qui ne soit que continentale, la Grande-Bretagne pouvant toujours servir de "porte-avions" ancré au large de l'Union.

L'élément important, c'est le passage en force du couple Merkozy auquel la défection du Royaume-Uni permet de faire l'économie d'un traité, donc d'un référendum ou d'une consultation solennelle devant les parlements. Il ne s'agira que d'un accord intergouvernemental dont les procédures d'approbation seront à l'évidence plus souples, plus rapides et surtout plus discrètes.
Comme pour le Traité de Lisbonne, il s'agit de renforcer l'intégration européenne en s'épargnant de consulter les peuples.

Il ne s'agit ni plus ni moins que d'un second coup d'Etat en ce qui nous concerne.

Le pouvoir s'arroge des droits sur notre vie, notre descendance, notre argent ,droits qu'il n'a pas quand bien même on lui reconnaitrait d'être notre représentant selon des procédés qui restent discutables. Son mandat n'est pas infini et de tels chambardements, sciemment organisés sous couvert d'une crise qui n'est ni plus ni moins justifiée qu'il y a quinze ou vingt ans, nécessitent d'en référer au peuple autrement que par des sondages et des conférences de presse servies par des journalistes aux ordres.

La crise ?
Un autre moyen de faire la guerre que mènent les dirigeants contre leurs propres sujets !


jeudi 8 décembre 2011

Vote des étrangers


La revanche de Bouvines

On va encore dire que je verse dans le complotisme mais observez bien les points suivants.

On assiste depuis quelques semaines  à deux manœuvres concertées, d'une part la mise sous pression, ou supposée telle, des Etats européens par les agences de notations, d'autre part à une gesticulation au sommet de l'Union européenne, gesticulation menée par le "couple" franco-allemand, en vue de réduire de manière drastique la liberté de manoeuvre des pays européens sous l'égide de l'Allemagne.
On veut nous faire croire que la menace éventuelle d'une dislocation de la zone euro ferait le bonheur secret des USA.
Que nenni bonnes gens.
L'Europe a été portée sur les fronts baptismaux par les Américains, qui souhaitent que le monde se réduise à quelque zones monétaires et que l'Europe se fédère sous l'autorité de l'Allemagne.
Tout cela a été dévoilé par Zbigniew Brzezinski, dans son ouvrage "Le Grand Echiquier : L'Amérique et le reste du monde", déjà de nombreuses fois cité ici, véritable bible de la mondialisation sous coupe américaine.
La France était considérée par ces mondialistes comme une empêcheuse de tourner en rond.. Or les USA ne conçoivent l'UE que sous direction allemande considérée comme plus docile aux suggestion d'outre-atlantique. La crise, en mettant la France à genoux, par la faute de ses "élites", résout le problème de primauté.

Or que constate-t-on objectivement, que les Etats européens ont été gentillement poussés à s'endetter, puis qu'une crise financière survenue aux Etas-Unis a surtout des conséquences en Europe.
L’Europe ficelée par une monnaie commune se trouve désormais devant le dilemme suivant : que chaque État abdique sa souveraineté entre les mains d'un organisme bidon, qui sera, de fait, dans les mains de l'Allemagne, à cause de l'influence que l'Allemagne a et aura dans l'UE pour, en contrepartie, avoir sa dose de méthadone financière, des prêts pour payer ses intérêts ; ou bien exploser, déclencher une crise sociale de première grandeur, voire une guerre civile, pour finalement être rachetés par lots par des pays ayant trop d'argent disponibles dans leurs caisses, mais surtout complètement annexés, voire pourquoi pas annexés "pour maintenir la paix".

Bref méditez bien la phrase de "nicolas l'Américain " ainsi que lui même se surnomme :

Il n'y aura pas de seconde chance pour la zone euro, ébranlée par la crise des dettes souveraines, si le Conseil européen ne prend pas vendredi de décision sur les réformes nécessaires.

Réformes par ailleurs évoquées dans la conférence de presse du 5 décembre.
  • Sanctions automatiques en cas de non respect de la règle du déficit,
  • contrôle des budgets par les juges, c'est à dire fin de la séparation des pouvoirs,
  • mise en œuvre du mécanisme européen de stabilité un an plus tôt que prévu et mise en œuvre de la majorité qualifiée donc fin de la règle de l'unanimité,
  • confirmation de l'indépendance de la BCE  vis à vis du politique.
Tout ce qui faisait la spécificité de la politique française est définitivement mis au rancart. La France est définitivement et les mondialistes l'éspèrent, pour longtemps, rentrée dans le rang.
La conférence de presse du 05 décembre, c'est la revanche de Bouvines qui a vu le roi de France mettre fin à sa vassalité à l'égard de l'Empereur Germanique (Le roi est empereur en son royaume).








mercredi 7 décembre 2011

La France conservera son AAA

Malgré les déclarations de défaitistes qui n'auraient pas été abreuvés du nouveau lait patriotique qui étanche la soif de nos zélites, la France conservera son triple A contre vents et marées. N'en déplaise à certains !



Il sera juste adpaté aux circonstances et au nouvel environnement dans lequel nous devons désormais évoluer.



lundi 5 décembre 2011

du réchauffement climatique et de la panne mentale

Je lisais l'autre jour sur le blog d'un éditorialiste d'un journal connu, un billet comparant les postures sur l'Euros et la viscosité mentale affirmée de ceux qui remettaient en cause le réchauffement climatique, sous entendu (mais à peine) le rôle de l'homme dans ce réchauffement.

Il n'y a pas de doute que le climat s'est réchauffé ces dernières années, se réchauffe-t-il encore, les avis sont partagés. Peut-on valablement, sur une période d'un siècle et quelques années de collecte de données, parler valablement de réchauffement ou de refroidissement ?
Dans son ouvrage, Histoire humaine et comparée du climat, Leroy Ladurie montre bien comment, sans recul, il est difficile de tirer des conclusions définitives. Les années froides et chaudes se succèdent, pareil pour les années sèches et humides, de même pour les décennies, les siècles, les millénaires peut-être. Or le moins que l'on puisse dire, c'est qu’actuellement nous sommes le nez dans le guidon. Tout évènement climatique ordinaire devient une catastrophe du siècle, de mémoire humaine etc.

Il y a  30 ans c'est au contraire un refroidissement important que nous prévoyaient les scientifiques. Il faut dire qu'à l'époque plusieurs hivers rigoureux s'étaient succédé entre les années 60 et 80. En 63 ou 64, la mer gelait en Bretagne sur la côte Sud, j'ai vu de mes yeux dans la même décennie des cascades gelées dans le Morvan. En 78/79, la région parisienne était bloquée entre Noël et le premier de l'an par un mètre de neige. Seuls les tanks de l'armée pouvaient ouvrir les routes ! Dans les années 80 les aérodromes du nord de la Bretagne étaient bloqués par le neige pendant quelques jours, les lignes à haute tension de l'Ouest se brisaient sous le poids de la glace.
A l'appui de cette hypothèse, le fait que notre époque se situe à ce qui semble être un pic de réchauffement entre deux périodes glaciaires.  Une inconnue aussi, c'est qu'on n'a que de vagues hypothèses sur les raisons qui ont bien pu déclencher les réchauffements et les refroidissements dans les temps passés.

La peur du réchauffement repose sur deux axiomes. Le premier postule que nous serions fautifs, le second que ce serait mauvais pour la planète considérée comme un être vivant.

Ne serait-ce que pendant les 2000 ans que nous connaissons bien, plusieurs réchauffements et refroidissements ont alterné et nous sommes toujours là.
Si on remonte encore plus loin dans le temps, sur plusieurs dizaines de milliers d'années d'abord, sur plusieurs millions d'années ensuite, il y a eu des périodes de froid extrême et des périodes de chaleur extrême. Et pourtant nous sommes là. Pendant les périodes chaudes on chassait en string en Alaska et pendant les périodes froides, on nageait tranquillement dans le Hoggar.

Un des points d'appui des réchauffistes, c'est à dire ceux qui tiennent l'homme pour responsable des changements de climat, c'est le taux de gaz carbonique dans l'atmosphère.
On ne va pas faire le tour des hypothèses scientifiques mais on peut au moins citer une controverse sur le dégagement de gaz carbonique. Pour les partisans d'une cause humaine dans le réchauffement, les émissions de gaz précèdent et sont la cause du réchauffement, pour d'autres  ça n'en n'est que la conséquence.
En fait dans tout cela, le réchauffement n'a pas d'importance en soi. Ce qui compte, à l'heure où la religion traditionnelle de l'Occident semble régresser, c'est de recréer une nouvelle religion avec sa déesse Gaïa, ses interdits, ses péchés, son péché originel et tutti quanti.
Écraser l'homme sous le péché du réchauffement pour mieux le tenir et le diriger voilà le vrai but. Contrairement au péché originel  de la religion chrétienne, ce péché ne se rachète pas puisque la faute c'est d'exister — Je respire donc je pollue — . Le seul rachat c'est nécessairement la disparition de l'espèce. Belle religion que celle-là !

Comme dans toute religion naissante, les hérétiques, les mécréants, les apostats, les non croyants sont sévèrement ostracisés. On n'en est pas encore à les agresser physiquement, mais j'ai bon espoir que cela  se produise sous peu. Les principes scientifiques ne jouent plus, on adopte la théorie aux voix. Cette théorie regroupe plus de (centaines de scientifiques) et est reconnue par les gouvernements de (dizaines de pays) donc elle est vraie et il n'y plus lieu dans discuter. Notez bien elle est vraie, donc ce n'est plus une théorie, c'est un dogme nécessairement religieux, parce qu'une théorie c'est un outil dont on se sert pour progresser, pas une fin en soit.
Si demain l'expérience scientifique sur les neutrinos prouvait définitivement que la vitesse de la lumière n'est pas fixe et que des neutrinos peuvent se déplacer plus vite que C alors la théorie générale de la relativité qui explique beaucoup de phénomènes scientifiques, mais pas tous, serait remise en cause et on en élaborerait une autre.

Selon certains scientifiques Russes, on va droit vers un refroidissement extrêmement important d'ici au plus une cinquantaine d'années. Ont-ils tort ou raison je ne sais pas, mais j'aimerais bien voir la tête des donneurs de leçon actuels si d'aventure ces Russes  avaient raison.

dimanche 4 décembre 2011

A propos de la crise

Le Coche et la Mouche

Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé,
Et de tous les côtés au Soleil exposé,
Six forts chevaux tiraient un Coche.
Femmes, Moine, vieillards, tout était descendu.
L'attelage suait, soufflait, était rendu.
Une Mouche survient, et des chevaux s'approche ;
Prétend les animer par son bourdonnement ;
Pique l'un, pique l'autre, et pense à tout moment
Qu'elle fait aller la machine,
S'assied sur le timon, sur le nez du Cocher ;
Aussitôt que le char chemine,
Et qu'elle voit les gens marcher,
Elle s'en attribue uniquement la gloire ;
Va, vient, fait l'empressée ; il semble que ce soit
Un Sergent de bataille allant en chaque endroit
Faire avancer ses gens, et hâter la victoire.
La Mouche en ce commun besoin
Se plaint qu'elle agit seule, et qu'elle a tout le soin ;
Qu'aucun n'aide aux chevaux à se tirer d'affaire.
Le Moine disait son Bréviaire ;
Il prenait bien son temps ! une femme chantait ;
C'était bien de chansons qu'alors il s'agissait !
Dame Mouche s'en va chanter à leurs oreilles,
Et fait cent sottises pareilles.
Après bien du travail le Coche arrive au haut.
Respirons maintenant, dit la Mouche aussitôt :
J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine.
Ca, Messieurs les Chevaux, payez-moi de ma peine.
Ainsi certaines gens, faisant les empressés,
S'introduisent dans les affaires :
Ils font partout les nécessaires,
Et, partout importuns, devraient être chassés.
Jean de La Fontaine

samedi 3 décembre 2011

vendredi 2 décembre 2011

Y'en a marre !

Je ne le supporte plus cet agité du bocal qui discours après discours nous prend pour des demeurés ou des imbéciles.
Cet homme est au pouvoir depuis bientôt vingt ans et a occupé des fonctions clés dans un gouvernement comme ministre du Budget, ministre de l'Intérieur et ministre de l'Economie et des Finances.
Cet homme est donc parfaitement au courant des choix financiers et économiques qui ont été opérés dans le pays, en particulier quand c'était sous son impulsion ou sa direction.



Il sait bien quelles ont été les erreurs commises, pourquoi et les conséquences qu'elles ont eues et continuent d'avoir.
Ce n'est pas à cet homme de venir maintenant nous expliquer ce que nous devons faire pour pallier ses erreurs et renflouer les caisses.
Nous nous passerons de lui et de toute sa clique pour remettre le pays en route.

Ce n'est pas à un homme qui à contribué à la submersion de ce pays sous les vagues d’immigration successives, à celui qui a donné une place politique, en France, à l'islam de venir nous expliquer qu'il faut maitriser l'immigration. Maitriser quoi quand parallèlement il refuse un réel contrôle aux frontières, lui  qui a été des gouvernements qui ont établi le droit du sol. Probablement que près de 30% de la population actuelle est d'origine africano-musulmane et beaucoup sont français de papier. Contrôler quoi  ? vraiment quel enfantillage !



Lui qui a largement contribué à décrédibiliser l'Europe avec le putsch de Lisbonne, vient nous parler de plus de démocratie dans l'Europe . Il faut dire qu'il a une vision très orwellienne de la démocratie : "L'Europe plus démocratique, c'est l'Europe où ce sont les responsables politiques qui décident". Responsables tous cooptés pour ce qui concerne l'état-major bruxellois, rappelons-le. Responsables qui en France ne rendent aucun compte aux citoyens sauf tous les cinq ans, le jeu étant aors de trouver un bon sujet de diversion pour éviter de parler de l'essentiel. Ainsi on nous parle régulièrment du vote des étrangers pour éviter de parler du seul sujet qui vaille en la matière, la présence des étrangers, qu'aucune raison ne justifie. Ainsi on évite de parler de tout le reste, comme de la politique européenne, de l'incapacité de la classe politique de réformer le pays, ligotés qu'ils sont par une clientèle politique etc, etc.



Dans son discours de Toulon, Il fait la bonne analyse de la situation, c'est à dire qu'il sait discerner les causes, du moins certaines causes, mais comme d'habitude, il apporte les mauvaises réponses. Il dit même tout et son contraire.
Quand la France perd son tissu économique, source de chômage et finalement source de dettes, lui, propose des frontières ouvertes, quand on constate que l'Euro a été le moyen de briser les économies nationales par cause de son extrême rigidité, empêchant les pays de s'adapter, lui propose de s'arc-bouter sur l'Euro.
Quand on constate que l'intégration européenne est la source ou du moins, un des outils qui ont servi à propager la crise, lui propose une Europe encore plus forte et  une intégration à l'Allemagne. Allemagne qui porte une grosse responsabilité dans la situation des pays européens en ayant refusé que le politique ait son mot à dire sur l'évolution de l'Euro, en laissant le pouvoir aux banquiers. Choix sur lequel il ne revient pas.
L'Allemagne est riche, l'Allemagne est exportatrice,mais  l'Allemagne est vieille et ne tiendra pas vingt ans . Faut-il s'enchaîner à un vieillard politique ?

La France doit reprendre la maitrise de sa souveraineté qu'elle a trop laissée filer entre les doigts des fonctionnaires de l'Europe, mais ce n'est pas avec cette démarche qu'elle y arrivera !

Il peut dire tout ce qu'il veut, il sait bien qu'il ne pourra rien faire qui ne soit autorisé par la clique de Bruxelles et par l'Allemagne. Il sait bien qu'il ne maitrise plus rien et la seule chose qu'il veut, c'est éviter une explosion au sens propre et au sens figuré d'ici les élections. Plus que trois mois à tenir, après il compte bien disposer des moyens pour présurer les Français.


Et s'il le faut il fera peut-être appel à l'armée américaine, qui sait ?







mercredi 30 novembre 2011

Apprentis sorciers.

Un article plus qu'intéressant du site Maxiscience et qui fait froid dans le dos.
Il est vrai que je suis un complotiste selon certains, néanmoins, pour qui a plus de trente ans, il est plus qu'intrigant de voir se succéder depuis une quinzaine d'années des alertes à la pandémie. Après les attentats à l'anthrax, qui n'avaient rien de naturel, on a eu droit, dans le désordre, à la grippe aviaire, la grippe du cochon, l'épidémie de E Coli O104, le SRAS et je dois en oublier. Chacune de ces maladies, insignifiantes par le nombre des victimes, de quelques dizaines à quelques centaines au niveau mondial, nous était présentée comme un nouvel ange de l'Apocalypse . Pourquoi ? Quel intérêt d'affoler sans aucune raison les populations ? Quel intérêt de créer artificiellement un virus hyper dangereux ?

Un groupe de scientifiques menés par le virologue Ron Fouchier vient d'annoncer qu'ils étaient parvenus à créer un supervirus à partir de la souche H5N1 responsable de la grippe aviaire. Fortement contagieux et mortel, ce microorganisme serait capable d'éliminer des millions de personnes.
La nouvelle a créé l'inquiétude et un vif débat dans la communauté scientifique. Depuis peu, un groupe de scientifiques mené par Ron Fouchier un virologue du Centre Medical Erasmus aux Pays-Bas tente de faire publier les travaux qu'ils viennent d'achever. Mais la communauté scientifique est loin de les laisser faire. Le problème : le résultat de leurs travaux. Alors qu'ils menaient des recherches afin de mieux comprendre le virus H5N1 responsable de la grippe aviaire, ceux-ci en sont arrivés à créer un supervirus mortel et encore plus contagieux que le microorganisme originel.
En effet, la souche actuelle de H5N1 a jusqu'à aujourd'hui entrainé la mort d'environ 500 personnes mais elle n'est pas assez contagieuse pour provoquer une pandémie mondiale. Au cours de leur étude, Ron Fouchier et ses collègues ont découvert que cinq mutations génétiques ajoutées au virus étaient suffisantes pour qu'il se propage bien plus facilement. Le virologue a ainsi avoué que l'organisme qu'ils avaient conçu était "l'un des virus les plus dangereux que l'on pouvait créer", cite le Daily Mail. Selon les experts, il serait même tout à fait capable de se répandre et de causer des millions de morts, s'il venait à sortir du laboratoire.
Mais pourquoi créer une telle menace ? Le virologue néerlandais a expliqué que le but de leurs recherches était de préparer l'humanité à l'éventualité qu'un tel supervirus apparaisse dans la nature, afin que les scientifiques entrevoient ainsi un moyen de le combattre et sache comment élaborer un vaccin. Toutefois, les capacités du virus effraient bien plus comparé à cet objectif aussi louable soit-il. Les spécialistes craignent notamment, qu'en publiant leur recette, les chercheurs ne permettent à certains de transformer le virus en arme biologique de destruction massive.
"Comparé à lui, l'anthrax ne fait pas du tout peur"
Avec toutes les informations, il serait alors possible de recréer le virus, théoriquement du moins : "ce n'est vraiment pas difficile, si l'on possède assez d'argent, un certain savoir-faire et un laboratoire moderne", confirme l'immunologue bernois Beda Stadler cité par 20 minutes.ch. "Je ne connais aucun organisme pathogène qui fasse aussi peur que celui-là. Comparé à lui, l'anthrax ne fait pas du tout peur", a confié pour sa part Paul Keim, le président de National Science Advisory Board for Biosecurity (NSABB), organisme qui est justement chargé de relire l'étude que souhaite publier les chercheurs. Toutefois, le NSABB n'est pas en mesure d'interdire la publication, il peut seulement demander aux revues de la refuser.
Expert de la grippe et des défenses biologiques, Michael Osterholm qui est aussi directeur du Center for Infectious Disease Research and Policy à l'université du Minnesota, reconnait quant à lui que les travaux ont une réelle importance médicale. S'il ne semble donc pas s'opposer à leur publication, il suggère néanmoins que certaines informations soient dissimulées et ne soient dévoilées qu'à ceux qui en ont réellement besoin. "Nous ne voulons pas donner à des personnes malintentionnées une carte routière de comment transformer un microbe mauvais en microbe très mauvais", a t-il ajouté toujours cité par le Daily Mail

mardi 29 novembre 2011

Monsanto est de retour, merci les juges !


Le Conseil d'Etat a cassé l'interdiction de culture des OGM Monsanto.
On ne peut que s'en féliciter à l'instar de cette culturiste entièrement nourrie aux transgéniques.
A nous les pieds palmés et les mains tentacules !

lundi 28 novembre 2011

Ils sont pour ! et sans vaseline.







Avertissement 
le lieu du sondage et le nom de l'institut sont de la pure invention de ma part. 
Pas l'interview de Mme Amara ni les 61% malheureusement.

dimanche 27 novembre 2011

Moi j'aime bien le nucléaire.


Islamophilie répressive.

Quand Big Brother avance enturbanné...
ANGERS : LE PROCÈS DE L’IDENTITE ET DE LA LIBERTÉ

Lundi 21 novembre, comparaissait au tribunal correctionnel d'Angers Benoît Couetoux, responsable local du Bloc identitaire de l'Anjou, contre lequel le procureur a réclamé 4 mois de prison avec sursis, 105 heures de travail d'intérêt général et un an de suspension de ses droits civiques.

Son crime ? Avoir manifesté, l'espace de quelques instants, avec une quinzaine de jeunes identitaires, en début de séance du conseil municipal d'Angers le 8 avril dernier afin de dénoncer l'éventuel financement sur fonds publics de la future grande mosquée d'Angers.

ISLAMOPHILIE DE LA MUNICIPALITE

Ce projet de mosquée-cathédrale avait été promis aux musulmans angevins par le maire socialiste Jean-Claude Antonini durant l'entre deux tours des municipales de 2008, alors qu'il se trouvait en ballottage difficile face à son rival UMP. Le projet est surdimensionné, deux bâtiments totalisant  4350 m2, séparés par une place centrale, comprenant salle de prière pouvant accueillir 2500 fidèles et centre culturel, couronné d'une tour (un minaret ?) frappé du croissant islamique et affichant le calendrier musulman. Le projet est situé sur un plateau dominant  la ville.

L'action du 8 avril, pacifique, non violente et ludique, avait provoqué une campagne médiatique particulièrement violente, dénonçant un « commando raciste et masqué », au prétexte que les jeunes identitaires arboraient des masques de cochons. Le Maire avait aussitôt déposé plainte pour racisme, suivi par l'association des musulmans d'Angers, criant au blasphème. Racisme ? Le seul slogan repris par les identitaires était « Pas un sou pour la mosquée ».

Ce simple et bien innocent chahut avait provoqué une enquête de police déployant des moyens importants (écoutes téléphoniques, fadettes, gardes à vue) aboutissant à la mise en cause de 5  participants.

Le 21 novembre dernier, dans une ambiance tendue, se déroulait le procès de celui qui est considéré comme le « meneur » du groupe. Dans la salle d'audience, se répartissent les amis du prévenu, des hommes et des femmes de tous âges et de toutes conditions, les plumitifs de la presse locale ( Courrier de l’Ouest ) s'en indignent d'ailleurs car "contrairement à ce que l'on serait en droit de craindre, il n'y avait pas de crânes rasés, mais des hommes et des femmes manifestement bien insérés dans la société". Dans la salle, les musulmans, appelés à venir en masse, sont également présents. Que des hommes, aucune femme...

C'est uniquement contre le délit d'entrave aux débats du conseil municipal qu'est poursuivi Benoit Couetoux. Entre temps, le Parquet a en effet abandonné les charges d'incitation à la haine raciale, à l'origine pourtant du dépôt de plainte et de l'enquête qui s'en est suivie. Et pour cause : il n'y a pas eu le moindre propos raciste ou islamophobe lors de la manifestation du 8 avril. N'en déplaise à l'avocat des musulmans qui tente, lors de l'audience, de faire, sans succès, le procès du Bloc Identitaire.

UNE LOI REPRESSIVE TOUTE NEUVE

Le délit reproché au responsable identitaire est une nouvelle incrimination introduite par la loi LOPPSI-2, adoptée le 15 mars 2011, 24 jours avant les faits, elle introduit dans l'article 431-1 du code pénal un nouveau délit : « Le fait d'entraver, d'une manière concertée et à l'aide de menaces, (…) le déroulement des débats d'une assemblée parlementaire ou d'un organe délibérant d'une collectivité territoriale est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende ». C'est la première fois que ce nouveau délit est jugé en France.

Le problème, c'est que l'action des identitaires s'est faite sans menaces, ni violences, ni insultes, de l'aveu même du directeur de la police municipale qui assurait la sécurité de la séance du 8 avril. Quant à l'entrave, il aurait fallu pour cela que la séance ait été empêchée, or elle a repris quelques minutes après, l'intervention des identitaires ayant d'ailleurs eu lieu avant que ne soit entamé l'ordre du jour de la séance. Rappelons enfin que ce n'est pas pour entrave que le maire d'Angers a porté plainte le 8 avril, et pour cause : elle était inexistante !

De l'aveu même du procureur dans son réquisitoire, c'est bien la dimension politiquement incorrecte de la manifestation identitaire qu'il fallait sanctionner. Car, selon ses termes, s'opposer au projet de mosquée, c'était s'attaquer à un sujet sensible, mettant en cause le « vivre-ensemble ».

Ce procès s'est déroulée dans une atmosphère de lynchage médiatique, le Courrier de l'Ouest, principal quotidien angevin, publiant un article haineux et n'hésitant pas à exhiber en une la photographie du responsable identitaire, avec son nom et sa profession...

Si les magistrats suivent les réquisitions du Parquet, notre camarade, père de famille de trois jeunes enfants, perdra immédiatement son emploi dans la fonction publique, du seul fait de la privation de ses droits civiques.

Rien de moins.

Délibéré le 2 janvier.
Source : Le bloc identitaire

vendredi 25 novembre 2011

une Chance sur deux

Selon Jacques Attali grand prophète du NWO :
"Une chance sur deux pour que l'Euro n'existe plus à Noël!".

Lui il a parié l'Euro à la baisse chez Goldman & Sachs !

P'têt ben qu'oui, ptêt ben qu'non !

Allez ! on va jouer au jeu qui rigole
  • Une chance sur deux pour qu'Attali ait un nouveau procès pour plagiat d'ici Noël
  • Une chance sur deux pour qu'on ait  de la neige d'ici Noël
  • Une chance sur deux pour que l'armée prenne le pouvoir en Égypte d'ici Noël
  • Une chance sur deux pur que Mme Bettancourt fille ait la peau de sa mère d'ici Noël
  • Une chance sur deux pour que Eva Joly retourne en Norvège d'ici Noël
  • Une chance sur deux pour que le père Noël existe vraiment
Et comme me disait un de mes maîtres à penser :  Pluie en novembre, Noël en décembre !


jeudi 24 novembre 2011

Incivisme place Tahir.

Caroline Sinz a déclaré à l'AFP que son cameraman, Salah Agrabi, et elle-même avaient commencé à être pris à partie dans une rue menant de Tahrir au ministère de l'Intérieur, où ont eu lieu les heurts les plus violents entre manifestants et forces de l'ordre ces derniers jours. «Nous étions en train de filmer dans la rue Mohamed Mahmoud quand nous avons été assaillis par des jeunes de quatorze ou quinze ans», a-t-elle raconté, en faisant état «d'attouchements» ...
La suite sur 20 minutes 


Exactement la même mésaventure que celle qui était survenue à une journaiste US d'une chaîne TV au moment des premiers évènements.
Il va falloir que les Bisounours  arrêtent de vouloir jouer aux aventuriers.
Toutes les deux étaient blondes, habillées à l'occidentale et frôlaient de près des hommes musulmans qui souvent l'ont sous le bras .
Qu'est-ce que tu fais quand tu es un bon musulman et que tu es à côté de ce que tu considères comme une pute ?
Soit tu la lapides, soit tu la violes. Elle devrait les remercier pour leur mansuétude.

Et vive l'armée égyptienne seule capable de remettre ce pays en route.


mardi 22 novembre 2011

De la fragilité de la civilisation.

[La chute de l'Empire Romain] nous enseigne encore la fragilité de la civilisation exposée à subir de longues éclipses ou même à périr lorsqu'elle perd son assise matérielle, l'ordre, l'autorité, les institutions politiques sur lesquelles elle est établie.
Jacques Bainville - Histoire de France

Forte pensée plus que jamais d'actualité.

lundi 21 novembre 2011

De quoi la gouvernance est-elle le nom ?


Constitue-t-elle une innovation institutionnelle, une nouvelle forme politique particulièrement bien adaptée à l'époque postmoderne ou bien son ascension préfigure-t-elle l'avènement d'une société post-politique, un régime sans démos appelé à se substituer à la démocratie ?
C'est malheureusement la seconde hypothèse qui est la bonne. La montée de la gouvernance, qui s'efforce de promouvoir systématiquement la "société civile" à la place du peuple est une conséquence directe de la "domination de la rationalité instrumentale du marché et de la défaite de la raison politique". Et c'est précisément dans la mesure ou elle est sournoisement antipolitique qu'elle est aussi antidémocratique. La gouvernance est une modalité technocratique et privatisée de l'action publique, un mode de coordination sociale placé d'emblée au service de la société de marché, non de la citoyenneté. La vogue dont elle jouit aujourd'hui est une preuve parmi tant d'autres que "la logique et les objectifs du capitalisme et de la globalisation néolibérale ont pris le dessus par rapport à la logique des des finalités politiques et sociales et du bien public".
Alain de Benoist  dans sa critique du livre d'Ali Karancigil La gouvernance pour ou contre le politique
Revue Éléments N°141

samedi 19 novembre 2011

jeudi 17 novembre 2011

Frustration vengeresse


Ce qui est passionnant dans les nouvelles affaires DSK, ce n'est pas qu'elles confirment tout le bien que nous pensions de lui. Ce qui est passionnant c'est de voir la ruée des vautours vers un homme à terre.
DSK, n'est plus un danger politique, il ne représente plus rien que lui-même, on dit qu'il doit faire face également à d'autres difficultés que politique et professionnelle. C'est le moment ou la gent journalistique qui a sucé le courage à la mamelle de la censure et de la désinformation, choisit de se venger d'elle-même, de sa bassesse et de sa servilité en déchirant ce corps malade. Un peu comme les résistants de la 25 ème heure se faisaient justiciers et parfois exécuteurs quand le dernier Allemand avait tourné les talons au coin de la rue.
Comment des journalistes professionnels pouvaient-ils ignorer ce que nous subodorions avec pourtant peu de moyens d'information  ?
Ils le savaient, mais avaient choisi de ne pas trahir cette nouvelle chance pour la France.
Ils en porteront la honte, ce qui ne les empêche pas tous les jours de pérorer, donner des conseils et porter des jugements.
Racailles !



J'ai bien pigé le truc !

J'ai décidé de mettre mes talents de graphiste au service de cette grande entreprise altruiste qu'est Benetton, ce vendeur de lainages italiens.
J'ai bien compris le truc. On prend une image la plus dégueulasse, insoutenable, choquante, qui heurte les croyances, ou la plus remplie de sous-entendus de préférence sexuels ou transgressifs et on lui colle une pastille "united colors of Benetton, plus, éventuellement, un slogan pacifico-cucu-permissif et voilà le travail.


mercredi 16 novembre 2011

lundi 14 novembre 2011

Le NOM place ses pions.

Comme je l'avais déjà évoqué, il apparait que la "crise" n'est qu'un outil pour permettre au nouvel ordre mondial ou NOM de prendre la maain sur les nations afin d'effacer les gouvernements au profit d'une "gouvernance mondiale" préparée depuis des lustres dans les clubs mondialistes.
Tout est prévu et tout se met en place comme prévu.

La Grèce croule sous les dettes largement encouragée par le système depuis des années. Et puis un jour, comme le sait tout bon père de famille, il faut passer à la caisse. Qui prend alors les rênes du pays ? Ceux qui ont largement oeuvré à vous pomber !

En Grèce, c'est l'ancien numéro 2 de la BCE, économiste mouillé jusqu'au cou dans le NOM,  Papadimos qui va vendre son pays à l'encan et pousser les forces vives de son pays à s'expatrier vers les USA ou sous des cieux plus cléments. Il laissera un désert comme l'aiment bien ses voisins musulmans et Turcs en particulier. ça ne les dépaysera pas de l'Anatolie.

En Italie, l'ineffable Berlusconi, qui a beaucoup fait rire mais aussi qui a beaucoup modernisé son pays malgré une dette importante, toujours en conformité avec les dogmes de la banque mondiale d'avant "la crise", laisse sa place à Mario Monti, ancien salarié de Goldman &Sachs. Comme son collègue grec, il va faire suer sang et eau à ses concitoyens (un citoyen du monde a-t-il vraiment des concitoyens ?) et se dissimulant derrière les prétendues frasques de Berlusconi, va brader le pays et inciter ses concitoyens à l'émigration. Là aussi il faut faire de la place au trop plein d'Africains.
Pleurez Européns on vous tue mais même pas avec des froides lames ou des morceaux de plomb ! on vous assassine avec de  la m....!
Réveillez vous ! Que font nos soi-disant leaders politiques ? Il ne s'agit plus de postuler un mandat de député dans le Pas-de-Calais, il faut réveiller les veaux !

Biographies rapides par les bon soins de Nation presse info

Mon premier s’appelle Mario Draghi. Il est diplômé d’économie du Massachussetts Institute of Technology (MIT). Il a été chargé des privatisations italiennes de 1993 à 2001. Il est devenu gouverneur de la Banque d’Italie en 2006. De 1993 à 2006, il a siégé dans divers conseils d’administration de banques. De 2002 à 2006 il a été vice-président pour l’Europe de Goldman Sachs, la sulfureuse banque d’affaires américaine. Il vient d’être nommé président de la Banque centrale européenne (BCE).

Mon second s’appelle Loukas Papadimos. Lui aussi est diplômé du Massachussetts Institute of Technology (MIT). Il a été professeur à l’Université américaine de Columbia avant de devenir conseiller économique de la Banque de réserve fédérale de Boston. De 1994 à 2002, il a été gouverneur de la Banque de Grèce : poste qu’il occupait quand la Grèce s’est « qualifiée » pour l’euro, grâce à des comptes falsifiés par Goldman Sachs. Puis, il a été vice-président de la Banque centrale européenne (BCE). Il vient d’être nommé, sur pression de l’Union européenne et du G20, premier ministre de Grèce avec le soutien des deux partis dominants.

Mon troisième s’appelle Mario Monti. Il est diplôme de l’Université de Yale. Il a étudié le comportement des banques en régime de monopole. Puis il a été durant dix ans commissaire européen, de 1994 à 2004. D’abord « au marché intérieur et aux droits de douane » (ou plutôt à leur suppression) puis à la concurrence. Membre de la Trilatérale et du groupe de Bilderberg – selon Wikipédia – il a été nommé conseiller international de Goldman Sachs en 2005. Il vient d’être nommé sénateur à vie et l’Union européenne et le G20 tendent de l’imposer comme président du conseil italien.
Si maintenant certains hurlent au conspirationnisme, c'est qu'ils ont vraiment de la m.... dans les yeux !

Maintenant la question qui tue . Quel homme politique, proche de Goldman&Sachs, ayant étudié aux USA et proche de la BCE serait susceptible de prendre le pouvoir en France ?  Je n'ai pas la réponse mais la question vaut d'être posée. En fait nos hommes politiques, dans leur ensemble font un peu trop "provinciaux" pour être des disciples parfaits et éclairés du NOM. Affaire à suivre.

mercredi 9 novembre 2011

Cumul des mandats.

A l'heure où l'on reparle de cumul des mandats, j'ai trouvé, je crois , le moyen d'y mettre un peu d'ordre.
On s'évertue  à "interdire" le cumul des mandats.
Sans effet ou avec des effets limités.
Une idée. Autorisons le cumul des mandats mais avec comme seule et unique condition que l'indemnité versée ne soit que la moindre de toutes indemnités auxquelles aurait droit l'élu.
Rapidement on devrait voire l'empilage diminuer !

Balayette et sécateur.

Jacques Myard, député UMP et membre du collectif de la Droite Populaire a eu hier sa minute de célébrité sur les JT, car c'était un des seuls à défendre courageusement son indemnité parlementaire alors qu'un vent de démagogie flotte ces jours-ci pour réduite l'indemnité des députés .
Je n'ai aucune sympathie pour Jacques Myard que je ne connais que par ses interventions assez fréquentes sur Radio Courtoisie mais je reconnais le courage de son intervention.
Toutefois sur le fond, c'est à dire sur l'affirmation que le montant des indemnités est adapté à la charge de travail fournie, je n'adhère pas.Tous les jours nous pouvons constater comment les lois sont tout à la fois bâclées et alambiquées, ça c'est pour les parlementaires et ensuite déformées et réinterprétées par les textes d'application ; ça c'est pour l'appareil administrativo-politique.
De plus, l'essentiel de l'inspiration législative provient désormais de l'Europe. Le "seul " travail des députés consiste à adapter les lois au droit français ou plus exactement le droit français aux directives européennes.
Ils sont donc bien trop nombreux et probablement bien trop payés même si  ponctuellement certains travailleraient 12 à 14 heures par jour 7 jours sur 7. Ce qui à mon avis, si c'est vrai, est plus du brassage d'air que du travail effectif.
Et puis il n'y a pas que les députés et les sénateurs sur la sellette. Il faudrait que le travail d'assainissement s'étende jusqu'aux conseils régionaux et généraux. Plus il y en a, plus les dépenses s'accroissent.
Ronds-points, rétrécissements de voie, panneaux routiers ubuesque, locaux pharaoniques, subventions jusque hors des frontières du territoire de compétence, voire outre-mer. la liste serait trop longue de la gabegie qu'engendrent tous ces élus locaux.

Bref, ils sont beaucoup trop, énormément trop, et probablement bien trop payés pour le travail effectivement fourni.
La balayette et le sécateur s'imposent.

dimanche 6 novembre 2011

La corvée pour la dette.

La journée de solidarité pour les petits vieux et  handicapés avait déjà fait couler pas mal d'encre.
Non pas que le Français déniaient tout principe de solidarité, ils le prouvent par leurs dons et par leurs impôts, mais parce que par définition un travail salarié n'est pas gratuit . On peut pratiquer du bénévolat, on peut faire don d'une partie de sa vie à la nation, comme du temps du service militaire obligatoire, mais il me semble qu'on ne peut pas imposer à monsieur Toulemonde d'aller à l'usine ou au bureau et travailler pour la gloire pour un entrepreneur privé.
Les Français qui n'ont plus beaucoup de sens politique ont finalement accepté ou plutôt subi cette journée de solidarité sans trop broncher, d'autant plus que les RTT ont permis de faire passer la pilule en douceur.

Et voilà qu'après avoir plombé les comptes de la Nation, le gouvernement actuel qui nécessairement porte l'héritage de toutes les erreurs passées, et d'autant plus qu'il a suivi la même ligne politique jusqu'à ces dernières semaines, nous concocte une augmentation d'impôt dissimulée sous couvert de la journée de la dette.
Je ne partage pas la ligne politique de M. Thibault le leader de la CGT mais comme lui je pense que si nous laissons faire, les journées de ceci ou de cela vont fleurir.
Ce n'est même pas une question d'argent, c'est une question de principe.
Les impôts physiques comme la corvée ¹ ont été abolis lors de la Révolution. Il est hors de question qu'ils soient rétablis d'une manière ou d'une autre.
Si l’État a besoin d'argent, qu'il augmente les impôts, comme cela les Français verront combien leur coûte l'incurie de leurs  gouvernants depuis trente ans. Un peu de courage monsieur le Président !


 ¹ La corvée (du latin corrogare, « demander ») est un travail non rémunéré imposé par un seigneur/maître à ses dépendants, qu'ils soient de statut libre ou non.

samedi 5 novembre 2011

Histoire d'un référendum et ses conséquences.

Bon résumons nous.
Le premier ministre grec, pas très heureux de la tournure de l'aide apportée par les "grands" à son petit pays décide d'en référer au peuple. Le même jour il renvoie tout le haut état-major de son armée. Je n'y vois aucune coïncidence, juste une mesure préventive. Les choses sont liées.
Puisque l'intimidation interne dès lors  ne pourra pas  fonctionner, les "grands" convoquent le premier grec en lui tenant à peu près ce langage : " tu te plies ou tu crèves".
Sensible à un langage si direct et à tant d'attention, le premier décide que, finalement, il va toujours demander la confiance mais pas le référendum. On niche son honneur où on peut.

L'incident est clos, le premier grec songe à ouvrir un garage en Albanie ou en Turquie pour subvenir à ses besoins et les "grands" peuvent vaquer aux affaires du monde.
On murmure même dans les coursives, que finalement ce qui nous manque, à nous Européens, c'est un État fédéral qui puisse tenir tout ça d'une main de fer avec sanctions à la clé. Faire payer un pays submergé par les dettes, pourquoi n'y avoir pas songé plus tôt ! Est-on bête et distrait parfois. Quand on voit comment l’État central, en France est incapable de juguler les dettes et la soif de dépenses des pouvoirs locaux, il y a vraiment de quoi mourir de rire. Passons.

J'ai l'impression que le petit Nicolas a remué beaucoup d'air et montré du doigt ses petits camarades de Grèce, d'Italie, d'Espagne et du Portugal, pour ne pas qu'on jette un œil dans sa gamelle, pour ne pas qu'on s'intéresse à notre propre déficit public et à la manière dont il a crû de manière abyssale en un an.
Il va essayer de faire trainer les choses jusqu'aux élections soit en laissant à son successeur la joie de régler le problème économique et financier, mais surtout son volet social ou alors en espérant acquérir une nouvelle légitimité et faire taire les opposants.
Allez je lance un pari ! A la veille de l'été 2012, c'est la France qui sera sur la sellette parce qu'aucune composante de "la bande des quatre" et successeurs, n'a la capacité de réformer ce pays en profondeur, trop engoncé qu'ils sont dans le clientélisme financier politique et social.

Quoi qu'il en soit, la seconde partie de l'année 2012 va être très, très, dure.

Le Livre Blanc sur la sécurité publique

 Lu sur NOVOPRESS

La lecture du « livre Blanc sur la sécurité publique » remis la semaine dernière au Ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, devrait donner quelques sueurs froides aux défenseurs des libertés publiques. En effet, ce rapport écrit par deux fidèles du chef de l’État, le préfet de police de Paris, Michel Gaudin, et le criminologue Alain Bauer (.°.) , préconise au nom de la sacro-sainte lutte contre l’insécurité une réduction des droits des citoyens à se rassembler et à manifester.
Page 150 du Livre Blanc  – Si, en pratique, un dialogue se noue avec les organisateurs responsables, de plus en plus d’expériences conduisent à solliciter une évolution limitée du droit pour autoriser le préfet à prescrire un certain nombre de mesures à l’organisateur : choix d’un parcours de manifestation ou d’un lieu de rassemblement limitant les perturbations pour la vie collective, le risque de confrontation avec des contre-manifestants, le volume des forces à engager ; obligations concrètes dans le service d’ordre propre à l’organisateur, etc. Ces prescriptions pourraient être formalisées par arrêté préfectoral.
Le «Livre Blanc sur la sécurité publique » préconise que les organisateurs de manifestations passent sous les fourches caudines de la préfecture pour être autorisés à défiler. En clair, le préfet décidera au nom de la tranquillité publique du parcours et des lieux de rassemblements. Les justifications données sont tellement larges (« perturbation de la vie collective, volume des forces à engager, confrontation avec des contre-manifestants ») qu’irrémédiablement les manifestations seront autorisées suivant les idées du client et sa potentialité à entrer dans un rapport de force avec la préfecture. Les manifestations et rassemblements patriotes et identitaires, si cette option est retenue, ont du souci à se faire. Car le préfet aura toutes les armes pour les faire interdire. Et on se retrouvera comme en mai dernier à Lyon, dans une situation ubuesque avec une contre-manifestation autorisée et un rassemblement pour la liberté obligée d’être statique. Enfin, ce genre de mesure est un blanc seing donné à toute la mouvance « Antifa » pour organiser des « contre-manifestations » afin de faire interdire, de concert avec les différentes préfectures, toutes manifestations sortant du cadre des idées politiquement correct. Le législateur, si cette mesure est adoptée, est une nouvelle fois main dans la main avec ces petits chiens de garde du système.
Page 150 - L’édiction de mesures pouvant être prises à l’encontre des perturbateurs habituellement violents (…) Dès lors, il serait utile de faciliter la mise à l’écart du parcours d’individus déjà mis en cause sur la base d’éléments circonstanciés, soit en raison de leur comportement d’ensemble à l’occasion de manifestations récentes, soit du fait de la commission d’un acte grave à l’occasion d’une précédente manifestation. Serait transposée à l’ordre public la logique des interdictions administratives et judiciaires, qui ont fait la preuve de leur efficacité pour combattre le hooliganisme lors des manifestations sportives.
 Novopress n’a eu de cesse de montrer que les stades de football étaient les laboratoires sécuritaires de notre société . Toutes les pires mesures liberticides sont testées sur les « supporters cobayes » avant d’être appliquées dans la société. Les tribunes de football servent depuis une vingtaine d’années de « sas de décompression » sur l’opinion publique, l’habituant petit à petit à des situations ahurissantes. Ainsi le Livre Blanc préconise de s’inspirer de la lutte contre le hooliganisme pour demander « la mise à l’écart du parcours d’individus déjà mis en cause sur la base d’éléments circonstanciés, soit en raison de leur comportement d’ensemble à l’occasion de manifestations récentes, soit du fait de la commission d’un acte grave à l’occasion d’une précédente manifestation. » !
La définition est tellement large que tout un chacun pourra se voir interdire d’accéder à une manifestation avec l’obligation d’aller pointer au commissariat. Car c’est sur la même « base d’éléments circonstanciés, de leur comportement d’ensemble ( !!!) » que plusieurs milliers de supporters ont été interdits de stade pour plusieurs mois, avec obligation de pointer au commissariat à chaque match de leur équipe. Et sans que, pour beaucoup, quelque chose leur soit reprochée ! C’est une véritable épée de Damoclès liberticide que l’on veut faire porter sur la tête des citoyens.
En prenant exemple sur les supporters de football, les manifestants pourront être interdits de participer aux défilés parce qu’ils ont : allumé un fumigène, fait exploser un pétard, déployé une banderole que les autorités jugent incorrecte, chanté des slogans qui ne plaisent pas, parce qu’ils étaient habillés avec des marques vestimentaires que l’Etat n’apprécient pas, se sont rendus par leur propre moyen à une manifestation extérieure à leur lieu de résidence, qu’ils ont été vue en compagnie de personne que l’on soupçonnait de vouloir faire une action violente, qu’ils ont été reconnu (comment ?) en état d’ébriété par un membre des forces de police (sans même faire un éthylotest), qu’ils affichaient des insignes politiques, qu’ils ont fait un sit-in, etc. Les interdictions de stade sont soumises à l’arbitraire le plus complet car au niveau judiciaire, quelques personnes décident sans avoir à en apporter la preuve que vous avez commis un délit ou que vous êtes susceptibles d’en commettre un !
En 2005, le ministre des sports, Jean François Lamour avait annoncé le sens de la loi appliquée quelques mois plus tard dans les stades : pour mettre « à l’écart les voyous. Le meilleur moyen est de faire pointer au commissariat les fauteurs de troubles, condamnés ou MÊME PRÉSUMÉS, à l’heure des matches. Cela va en calmer quelques-uns. »
Un autre point qui n’a pas été soulevé : à la différence des matchs de football qui durent 1h30, les manifestations peuvent durer parfois plusieurs heures et se déroulent majoritairement en journée ! Comment feront les manifestants pour venir pointer à leur commissariat s’ils travaillent ? Devra-t-on demander un certificat de présence ? Faudra-t-il en informer sa hiérarchie ? Quid des manifestations pendant vos vacances ? Vous pensez que ce genre de question empêchera cette mesure d’être appliquée ? Vous avez tout faux, réfléchissez déjà comment vous aller faire car ces mesures seront prises tôt ou tard….
Alors si comme pour les caméras de surveillance, avec l’annonce prochaine d’un fichage par l’empreinte du visage, vous avez dans l’idée que vous n’avez rien à vous reprocher, et que ce seront les autres qui seront touchés, vous allez tomber de haut : on a tous quelque chose à se reprocher pour ce système, c’est notre LIBERTÉ ! Et la fausse lutte contre l’insécurité n’est qu’un prétexte pour la réduire.
Franck P. pour Novopress France.
 Voilà des pratiques complètement anticonstitutionnelles qui vont être mises en place dans le cadre d'un plan général et sinon planétaire, au moins occidental  de contrôle des populations, dans l'indifférence générale ça va de soit puisqu’on voit bien qui est visé en fait : ni les loubards islamisés de banlieue, ni les antifa institutionnels qui sont souvent un peu les mêmes, ni les instits  ...

jeudi 3 novembre 2011

Sommet de Cannes

3 novembre 20h32 . De notre correspondant à Cannes.

De l'avis unanime des experts, il apparaît que le sommet du G20, réunissant les chefs d’États des 20 pays les plus riches du monde s'est ouvert dans une ambiance d'échanges francs et de vraie coopération afin de régler au mieux les problèmes du monde.


Il l'a dit

"La liberté de la presse c'est une liberté sacrée et la liberté de la presse ça veut dire la liberté d'expression et la liberté de penser".

Claude Guéant Ministre de l'Intérieur (2011-2012)


Heureusement qu'il nous le rappelle, on avait perdu ça un peu de vue sous la Vème République. L’État aussi d'ailleurs.

mercredi 2 novembre 2011

Ciel le peuple !

Dans les temps qui s'obscurcissent, il est réjouissant de voir la volaille financière s'égailler en tous sens dans la basse-cour mondialiste.
Tout était pourtant bien réglé, les spéculateurs avaient pris leurs marques, les banquiers avaient huilé les gonds de leurs chambres fortes, les charognards de tout poil reluquaient les trésors de la Grèce en spéculant sur le prix qu'ils pourraient en tirer sur le marché de l'art et patatrac ! cet imbécile de Papandréou, décide de faire valider ses décisions par le peuple !
Pas un seul démocrate pour s'en réjouir tant il est acquis dans les milieux de la bonne gouvernance que le peuple n'est qu'une variable d'ajustement aux profits et aux marges commerciales. Se référer, si nécessaire, à l'attitude de notre Nico à nous, lors  du référendum sur la constitution européenne et son volet II, le traité de Lisbonne.
Le peuple, beeeerrrk quelle horreur !



Le racisme est crime abominable, mais pour nos démocrates franc-maçons, il est acquis que tous les Grecs ne sont que voleurs et fraudeurs et qu'on doit leur appliquer une punition collective, quand on sait bien que ce n'est pas le larbin du Club Med ou le vendeur de cacahuètes ou de journaux qui a placé 290 milliards d'euros en Suisse, ni lui qui roule en Porsche Cayenne.
Papandréou a dû avoir vent du coup fourré que lui préparait la bonne gouvernance mondialiste et vient de limoger d'un bloc toute sa haute hiérarchie militaire.
Faut dire que son grand-père Georgios, du même nom, avait été renversé par les Colonels. Il sait donc que l'ordre mondial n'aurait pas hésité à les lui lancer dans les pattes si le besoin s'en était fait sentir. Il est quand même du sérail , le Papandréou, il connait les risques créés par le manque à gagner.
Il ne reste plus au NOM qu'à acheter suffisamment de députés d'ici la fin de la semaine ( et le prix ne doit pas être très cher)  pour faire tomber le gouvernement Papandréou,  tenter d'annuler le référendum, et peut-être bien déclencher une guerre civile ou au moins une grosse vague de terrorisme comme en Italie pendant les années noires 70-80.

Ce qui est dramatique, c'est que ce genre d'hypothèse apocalyptique avait été envisagée par les opposants à l'euro dès sa mise en place.
Tous les experts qui voulaient bien dire la vérité savaient bien qu'un euro trop fort laminerait les pays "du Sud", ceux que les anglo-saxons pétris d'humour et du respect des autres, appellent du charmant acronyme  de PIGs.
Comme à son habitude, la réalité, qui ne lit pas les journaux économiques et assiste encore moins aux séances de formation à la langue de bois et d'endoctrinement, s'est rappellée au bon souvenir de nos politiciens et ça ils n'aiment pas.

lundi 31 octobre 2011

7 milliards, bientôt 8 !

7 milliards aujourd'hui, 8 milliards dans 10 ans selon les projections statistiques de l'ONU.
Après les estimations divergent entre une poursuite d'une augmentation exponentielle (25 Mds) et un pic de population autour de 9 milliards vers la fin du siècle.
Quel que soit le scénario, tout le monde s'accorde pour prédire une augmentation de la population au minimum pour les 10 ans à venir plus probablement pendant les 50 ans futurs. L’Europe verra, elle, sa population continuer de  vieillir et décliner.
Naturellement ces hypothèses ne tiennent pas compte ni des guerres qui se dessinent, ni des mouvements/invasions de populations. Ni encore du facteur culturel introduit en Europe par des populations africaines et musulmanes.
Quoi qu'il en soit, les courbes nous montrent un monde qui ne sera plus celui que nous avons connu et nous fait apparaitre notre époque hédoniste et égocentrique,  comme une bulle, une oasis dans le monde de violence que l'on sent poindre .
Naturellement je ne crois pas que nous atteindrons jamais les 9 milliards d'habitants. D'ici une quinzaine ou une vingtaine d'année, les grands empires du moment, essentiellement asiatiques s'entre-déchireront pour le peu de matières premières qui restera à disposition.

Et nous, nous aurons quasiment disparu. Comme les Amérindiens en leur temps.


Finalement, le crime de l'Homme Blanc, ça n'a pas été la colonisation, puisque de zones désertiques battues par les maladies endémiques, la famine, les intempéries, il a fait des zones plus stables et plus maitrisées, permettant à ainsi à la population de croître et multiplier . Mieux, il accueille sur son sol les surplus de ces populations au nom de "bons"  principes en fait suicidaires et destructeurs.

Non le crime de l'Homme Blanc, ça  a été son humanisme qui lui a fait croire qu'il pouvait se substituer qui à Dieu, qui aux forces naturelles  et d'avoir ainsi introduit un profond déséquilibre dans l'ordre du monde, déséquilibre dont il est et sera la première victime. A ce titre il mérite ce qui lui arrive.