En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

jeudi 25 septembre 2014

Le jeu des mots

"l'otage a été exécuté par décapitation".

A part le fait que l'infortuné soit mort, tout est faux .
Il n'a pas été jugé, condamné, et tué donc exécuté, il a tout simplement été assassiné  .
Par ailleurs , l'usage du mot décapitation suggère une mort certes brutale mais rapide et sans douleur comme avec la guillotine, un sabre ou une hache.

Nous savons tous qu'il n'en n'est rien.
Le malheureux a été égorgé plus ou moins bien selon le vice ou le manque de dextérité de ses assassins ensuite son corps a subi une décollation. Tout cela dans une mise en scène macabre et vicieuse.

Quel intérêt me direz vous à relever ces petits écarts sémantiques ?

Tout simplement parce que les mots sont magiques et que chaque mot évoque en nous des images.
En l’occurrence il s'agit de faire passer l'atroce et l’innommable, d'adoucir en quelque sorte les faits.
Exécuter évoque un châtiment officiel donc au fond juste tandis que décapitation évoque la rapidité de l'acte donc une relative humanité.
Une fois de plus il s'agit de diminuer la barbarie de l'acte et dans une certaine mesure la responsabilité des auteurs.

Les médias Français en apportant une attention disproportionnée à cet acte, d'une part, et en maquillant la barbarie à l'aide des mots inappropriés font complètement le jeu des terroristes.
Cela ne surprendra personne.

J'attends désormais du gouvernement qu'il nous présente d'ici à quelques mois les corps des assassins alignés et baignant dans leur sang . C'est le juste prix à payer pour le repos de ce Français assassiné et le seul moyen capable de dissuader ces lopettes djihadistes très forts contre les faibles mais moins couillus devant qui a les moyens de se défendre.

5 commentaires:

  1. Je doute fort qu'on les retrouve un jour ! A-t-on arrêté les égorgeurs des moines de Tiberrhine ?
    L'Algérie pourra lancer (mollement) toute son armée à leurs trousses qu'il n'y aura aucun résultat.
    Double jeu, takhia et larmes de crocodiles que tout ce cirque.
    En d'autres temps, un simple soufflet avait suffi...

    RépondreSupprimer
  2. en d'autre temps on avait une autre idée de la fierté nationale qui semble-t-il a migré dans le fondement de quelques dévoyés.

    RépondreSupprimer
  3. "migré dans le fondement" !!! Super l'expression ! Il faudra que je la replace. Bravo Paul-Emic !

    RépondreSupprimer
  4. merci, je suis sensible à l'hommage d'un littéraire ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Précisions qui ont effectivement leur importance !

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.