En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

lundi 11 mai 2009

Des croix gammées sur la basilique Saint-Denis ou deux poids deux mesures (II)

les médias et les politiques font le minimum syndical
Une demi-douzaine de croix gammées ont été dessinées dans la nuit de vendredi à samedi sur plusieurs colonnes de la basilique Saint Denis, en Seine-Saint-Denis.

Ces inscriptions au feutre noir ainsi que les mots "Le Pen, vite!", apparaissent quotidiennement depuis quelques jours. Elles sont nettoyées ou masquées au fur et à mesure explique le curé de Saint-Denis, Dominique Lebrun.

"C’est vraiment violent comme inscription", dénonce Dominique Lebrun. "Tout le monde est choqué". D’après le prêtre, ces actes sont commis en plein jour, à l’ouverture de la basilique.

Christine Albanel a fait part de sa "très vive émotion et de son indignation". La ministre de la culture "condamne avec fermeté cet acte de vandalisme" et "prend toutes les mesures nécessaires pour que ces inscriptions intolérables soient retirées le plus vite possible".

Michèle Alliot-Marie a dénoncé de son côté "une atteinte inadmissible à la dignité et à la sérénité de la basilique, au respect dû à un lieu de foi, et par conséquent à la liberté de croire". La ministre de l'Intérieur a écrit à Mgr Delannoy, tout nouvel évêque de Saint-Denis, pour l'assurer de sa "détermination pour faire en sorte que les auteurs de ces actes profanatoires soient identifiés, interpellés et déférés à la justice".

Source Europe 1


SEINE-SAINT-DENIS - Un acte de vandalisme fermement condamné par le ministère de la Culture.
Une demi-douzaine de croix gammées ont été dessinées dans la nuit de vendredi à samedi sur plusieurs colonnes de la basilique de Saint Denis (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris samedi soir auprès du ministère de la Culture.

Dans un communiqué, la ministre de la Culture Christine Albanel a fait part de «sa très vive émotion et de son indignation». «Elle condamne avec fermeté cet acte de vandalisme» et «prend toutes les mesures nécessaires pour que ces inscriptions intolérables soient retirées le plus vite possible», ajoute le texte.

La majorité des colonnes dégradées avaient pu être masquées ou nettoyées en début de soirée, a-t-on précisé au ministère.

Source 20minutes



A comparer avec les réactions à propos des 3 croix gammées peintes sur le wagon de Drancy

Le secrétaire d'Etat aux Anciens combattants, Jean-Marie Bockel, faisait alors part " de sa "colère" et de sa "vive indignation" face "à des actes antisémites très graves" commis au Mémorial de la déportation à Drancy."
Michèle Alliot-Marie condamnait "avec la plus grande fermeté les inscriptions antisémites faites à Drancy sur le wagon et la stèle du Mémorial, lieux emblématiques de la mémoire de la déportation et de l'extermination des juifs de France", et ajoutait "que tous les moyens sont mis en œuvre pour identifier les responsables de ces actes inqualifiables et les traduire en justice."
Le MRAP en rajoutait une couche par la voix de son porte-parole Mouloud Aounit, qui condamnait ces inscriptions, estimant que "rien ne peut justifier, aucun malaise, aucune explication ne peut être donnée pour cet acte abject."
Je vous fais grâce de la campagne médiatique organisée sur plusieurs jours.

Qui a dit deux poids deux mesures ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.