En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

mercredi 29 octobre 2014

D'un abandon l'autre.

Un projet plus ou moins mal étudié, une concertation locale déficiente, une politisation de la contestation sans commun rapport avec les objectifs du projet, un mort "providentiel", le projet  suspendu puis retiré sans raison valable autre que l'absence de volonté politique et sans prise en compte des intérêts des non-contestataires.
C'est un schéma que nous connaissons depuis le Larzac et qui se répète au moins à chaque mandat présidentiel depuis les années 60.
L’État se barre, l’État se délite.
L’État fort avec les faibles et faible avec les forts, Telle est la république que nous vivons

4 commentaires:

  1. L’État fort avec les faibles et faible avec les forts...
    Jolie formule à laquelle j'aimerais ajouter un léger bémol. Ces casseurs gauchistes ne sont forts que de l'impunité que leur laisse l'Etat...

    RépondreSupprimer
  2. comme souvent lors d'un état de faiblesse, la réponse est essentiellement interne

    RépondreSupprimer
  3. La force est une chose relative, elle ne l'est que par rapport à quelque chose. Certains ne le sont forts que parce qu'ils vont dans le sens du vent et profitent de son souffle.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.