En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

mardi 21 avril 2009

le mythe du Déluge

Je lis en ce moment une traduction en français des "Métamorphoses " d'Ovide.
Je ne l'avais jamais lu dans son intégralité et en lisant le mythe de Deucalion qui rapporte le Déluge selon la mythologie gréco-latine, j'ai été frappé par un détail qui croise parfaitement le mythe biblique, lequel vient de la tradition mésopotamienne..

En effet selon la Bible "... au septième mois, au dix-septième jour du mois l'arche s'arrêta sur les monts Ararat" et plus loin, "... au premier du dixième mois apparurent les sommets des montagnes".
Comme chacun ne le sait peut-être pas, le mont Ararat est en fait constitué de deux sommets et souvent caché par les nuages. Ne prête-t-on pas à Alexandre cette phrase célèbre alors qu'il aurait séjourné plusieurs jours à proximité du mont ennuagé : "Dommage, Ararat, tu n'auras pas vu Alexandre ".






Or, que dit le mythe de Deucalion ?
"Là le mont Parnasse élève ses deux cîmes jusqu'aux astres et les cache dans le sein des nuages. C'est sur son double sommet, seul endroit respecté par les eaux que s'arrêta la frêle barque ..."

N'est-ce pas curieux ce mythe commun de la montagne à deux cîmes qui accueille les survivants du Déluge?

12 commentaires:

  1. Dans ararat, il y a ar, qui est le suffixe indo-européen signifiant, fleuve. Ariège, Ardèche, Arauris, le fleuve de l'or(l'Hérault), etc...
    Je crois que tout le monde fait fausse route.

    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  2. J'ignorais que je faisais route .
    La Bible reprend une tradition Mésopotamienne, elle même d'origine Sumérienne, lesquels n'étaient pas un peuple Sémite.
    Par ailleurs le Caucase est un lieu de passage. Le mont Ararat a connu au fil de son histoire plusieurs noms . L'auteur romain nomme Parnasse le lieu d'atterrissage quand la tradition Sumérienne lui donne un autre nom qui n'est pas Ararat.

    Ce qui m'a frappé, c'est la montagne à double sommet, détail qui à mon sens ajoute une certaine crédibilité au mythe .
    Ce mythe de la montagne double est repris en partie dans la tradition de Gilgamesh, puisque celui-ci pour retrouver l'unique survivant du Déluge, doit se diriger vers une montagne en forme de croissant.
    Un des emblèmes mésopotamiens est comme on le sait le bucrane, stylisé en un croissant dont les deux pointes sont orientées vers le haut, inspiré des deux sommets sauveurs ?

    RépondreSupprimer
  3. Si vous vous interessez aux mythes, celui du delage est particulierement interessant vu qu'il est repris dans un nombres tout a fait surprenant de civilisations... On pourrait presque croire qu'il se serait vraiment passe quelque chose.

    RépondreSupprimer
  4. je pense qu'ils s'est réellement passé quelque chose et on a maintenant plusieurs hypothèses scientifiques.
    Localement, dans la région de la mer Noire, on sait que le niveau de la Mer Noire était plus bas que celui de la Méditerranée, séparé par petit isthme qui un jour a cédé inondant ainsi plusieurs installations humaines dont on a retrouvé quelques traces sous le niveau actuel.
    Mais ça ne ressemble que de loin au déluge.
    On sait également que lors de la dernière période inter-glaciaire, vers -120 000, une masse d'eau énorme était stockée derrière un islandsis qui faisait barrière à la hauteur actuelle des grands Lacs américains.
    Lorsque tout à cédé, c'est une masse d'eau de peut-être plusieurs kilomètres de haut qui a balayé la moitié des USA actuels, répandant une telle masse d'eau douce dans l'océan atlantique et perturbant tellement les courants marins, qu'il est fort probable que ce cataclysme ait eu pour conséquence la période glaciaire suivante dite de Wurm.

    Pour l'Europe et l'Asie, des chercheurs ont fait une hypothèse un peu semblable, on pourrait ainsi placer le cataclysme vers -10 000 mais on manque de preuves sur le terrain.
    Le cataclysme aurait été moins important que celui de l'Amérique 100 000 ans plus tôt puisque qu'il a laissé des hommes survivre et n'a pas déclenché de nouvelle glaciation.
    Comme le mythe existe dans plusieurs cultures, ont peut imaginer que suite à un réchauffement brutal vers - 10 000 ce type de phénomène se soit produit à des époques proches à plusieurs d'endroits du globe, d'où une certaine similitude entre les légendes, sachant que la population humaine était beaucoup moindre qu'aujourd'hui et que la descendance des hommes de cette époque a pu colporter cette légende au gré de ses déplacements et de la fondation de nouvelles cultures.
    Quant à la pluie diluvienne accompagnant l'inondation par une eau froide dévalant vers des terres chaudes, elle est parfaitement compatible avec la théorie des masses d'air et des fronts.

    RépondreSupprimer
  5. Pharamond26/4/09 21:39

    C'est très curieux en effet. Cette vidéo n'est pas mal, au cas où tu ne l'aurais pas déjà vue :
    http://video.google.fr/videosearch?sourceid=navclient&hl=fr&rlz=1T4GGIH_frFR212FR212&q=deluge&um=1&ie=UTF-8&sa=N&tab=wv#

    RépondreSupprimer
  6. Très intéressant en effet. Il me semble en avoir vu une partie, en tout cas voilà qui est réparé.
    Un des problèmes que l'on rencontre quand on s'intéresse aux mythes comme celui du déluge, ou à certaines "aberrations" historiques, c'est que les faits sont souvent noyés dans un soupe ésotérique qui les brouille - exemple : les livres de Robert Charroux intéressants à plus d'un point mais où tout est mélangé.
    Cette émission reste dans le domaine du rationnel.

    RépondreSupprimer
  7. Tous les mythes reposent sur une base réelle. Celui du déluge tout particulièrement.Il suffit d'une preuve géologique ou archéologique pour qu'il devienne un fait historique reconnu. Troie en est un bel exemple.

    RépondreSupprimer
  8. pas si simple je le crains CCRIDER

    RépondreSupprimer
  9. Qui est suffisamment honnête pour faire face à la réalité historique ? Qui peut s'en approcher sans préconçu ?

    D'une manière assez générale, ce ne sont pas les faits qui posent problème, mais ceux qui les étudient :

    Pourquoi évoquer le Déluge, si d'emblée, on lui adjoint un autre présupposé, celui d'être un mythe ?
    Que cherches-tu au juste ?
    les traces de Dieu ou un vain chatouillis intellectuel autour ?

    Echantillon au 1/100eme des questions intéressant habituellement le sujet:

    1) la question d'un déluge total a-t-elle de l'importance ? si oui en quoi ?
    2)La Bible est-elle le seul témoin de l'évidence de cet évènement ?
    3) Le globe terrestre en garde-t-il des traces ?
    4)D'où est venue cette gigantesque quantité d'eau (expression biblique: "sources du grand abîme")?
    Les eaux de la planète, peuvent-elles déborder non pas l'Ararat, mais l'Everest ? Mais au fait de quand datent ces hauteurs en question ?
    5)Où l'eau s'en est-elle allée ensuite ?
    6)A quelles observations géologiques doit-on se référer s'il survient sur la Terre un cataclysme hydraulique qui déplace et ensevelit (presque) tout ce qui vit ?
    7)Existe-t-il des modèles scientifiques pour étudier cela ?

    Ceci étant, mon pessimisme quant à l'honnêteté intellectuelle de tout un chacun entraine une question ultime :

    CES QUESTIONS SONT ELLES LES BONNES ?

    RépondreSupprimer
  10. Quelle prétention d'imaginer qu'il puisse y avoir de bonnes et de mauvaises questions !
    Moi j'aime bien les gratouillis intellectuels, ça vaut mieux que toutes les certitudes !
    Quant au Déluge, c'est clairement un mythe, c'est à dire un récit fabuleux d'origine obscure mêlant les dieux et les hommes.
    Que la Bible en fasse part, et que ce soit la version la plus célèbre, n'empêche nullement que ce mythe existe quasiment dans toutes les civilisations tout autour de la Terre.
    Alors ça m'intéresse et j'y cherche ce qui me plaît.

    RépondreSupprimer
  11. Et oui, chacun fait et pense ce qui lui plait.

    Originalité débordante de notre époque, qui autorise à affirmer tout et son contraire.
    Par exemple que les certitudes d'autrui sont douteuses mais que les miennes sont valables... Par exemple, celle d'affirmer que "le déluge est clairement un mythe".

    Pourquoi pas, mais si cette affirmation repose elle-même sur des arguments discutables, ne parlons pas de science, mais bien de croyance (au même titre que celle que demande la Bible.

    RépondreSupprimer
  12. ceci étant dit, je regrette que mon message ait pu te paraître polémiste. Ce qui m'intéressait sincèrement et avant tout était ta motivation sur ce thème.

    "Que cherches-tu au juste ?" disait mon intérêt pour ta recherche plus que sur les questions d'ordre scientifique.

    D'où, par conséquent, ma dernière remarque : " ces questions sont-elles les bonnes? "

    Je m'en suis posé aussi, puis j'ai finis par me demander pourquoi je me les posais.
    Saches donc que cette approche de ma part ne visait pas à jeter le moindre discrédit sur tes dires.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.