En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

mercredi 7 janvier 2009

Liberté ? quelle liberté ? celle des veaux !

premier amendement de la constitution des États-Unis

"Le Congrès ne fera aucune loi qui touche l'établissement ou interdise le libre exercice d'une religion, ni qui restreigne la liberté de parole ou de la presse, ou le droit qu'a le peuple de s'assembler paisiblement et d'adresser des pétitions au gouvernement pour le redressement de ses griefs."

Rien à voir avec les articles 10 et 11 des Droits de l'Homme et du Citoyen

Article 10

Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.

Article 11

La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.

En introduisant un respect de la loi, laquelle serait supérieure à ces droits fondamentaux ou en décrétant un crime d'abus de liberté, le révolutionnaire Français et par la suite, le Républicain, a bien montré qu'il n'était que de la graine de racaille tout juste bonne à passer à la trancheuse son tour venu.
Leurs descendants n'ont pas fait mieux. On ne va pas énumérer toutes les horreurs commises par la Gueuse, intra ou extra-muros, parce que la colonisation que l'on nous reproche tous les jours c'est l'oeuvre de la République trois-points, les guerres jusqu'à la dernière goutte de sang du citoyen de base, l'incapacité à négocier tant qu'il en est encore temps ont la même origine.
Dernier avatar des inventions républicaines, ni plus ni moins que la dénonciation en ligne.
Orwell était vraiment un visionnaire.

Le ministère de l'Intérieur poursuit son plan d'action contre la cybercriminalité, conformément à la feuille de route établie en février dernier. Après ceux permettant le signalement de contenus pédopornographiques et le dépôt de préplainte en ligne, le gouvernement a ouvert ce mardi 6 janvier un nouveau site, Internet-signalement.gouv.fr.
Cette plate-forme, attendue, se veut le « portail officiel de signalement des contenus illicites de l'Internet ». Tout citoyen peut, en quelques clics, alerter les pouvoirs publics sur des contenus relevant de l'escroquerie (spam « à la nigériane », arnaque à la loterie, site de phishing, etc.) Mais le site est aussi voué à recueillir le signalement de tout contenu ou comportement contraire à la loi : incitation à la haine raciale, à la violence, diffamation...


Comme dans ce dernier domaine la loi est extrêmement changeante et volatile, que d'autre part nos concitoyens, pour une partie d'entre eux, n'ont de cesse de jouer aux petits collabos, gageons que le site va bientôt exploser.

J'aimerais bien que quelqu'un m'explique en quoi notre régime diffère d'une dictature : Hommes politiques cooptés, chambres bidons, système non représentatif de la population réelle, pouvoirs concentrés dans les mains d'un seul homme, népotisme, corruption, délit d'opinion, tous les ingrédients y sont.

1 commentaire:


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.