En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

mardi 6 janvier 2009

La vie, la mort, les bombes.

Les Palestiniens ne sont pas aimables - au sens propre : qui mérite d'être aimé, qui plait par son attitude, son comportement.
J'avoue que moi-même je n'ai pas une affection débordante, et c'est une figure de style, pour des gens dont les mouvements armés n'ont jamais hésité à commettre des attentats aveugles contre des civils.
Les Palestiniens crient leur haine à la face du monde, ils ne cessent de crier des imprécations à la face de leur ennemi et un peu aux autres aussi.
Les Palestiniens n'ont qu'un vœu, exterminer Israël et tant qu'à faire jeter le dernier Juif à la mer. J'imagine que la plupart des mâles ont déjà une petite idée des délices de la victoire.
Les Palestiniens ressemblent un peu trop à nos musulmans à nous, aux plus extrémistes en tout cas.
Les Palestiniens ne se complaisent pas dans le rôle, qu'on leur a réservé, de travailleur saisonnier et de réserve de main d'œuvre à bon marché pour les entreprises israéliennes.
Les Palestiniens en veulent à la terre entière et pour commencer aux Israéliens, plus généralement aux Juifs et à tous les dirigeants arabes qui ne font rien pour eux. Sur ce dernier point il faut reconnaitre qu'ils ont un peu la mémoire courte.
Les Palestiniens ont une fâcheuse tendance à tirer des missiles depuis la cour des écoles et à entasser leur armes dans des mosquées.
Les Palestiniens n'hésitent jamais à se cacher derrière une femme ou un enfant pour tirer sur un soldat de Tsahal. Il faut bien reconnaitre que c'est une tradition partagée par la plupart de leurs coreligionnaires
Les Palestiniens ne s'avouent pas facilement vaincus et ils engrossent leurs femmes plus vite que les Israéliens ne réapprovisionnent leurs canons. Chaque mort amplifie leur haine et leur ivresse de vengeance.
Les Palestiniens s'estiment chez eux dans un pays envahi. Si on relit Chateaubriand, "Itinéraire de Paris à Jérusalem" on dira qu'ils n'ont pas vraiment tort. Mais leur pays a toujours été envahi par quelqu'un. Par les Hébreux, les Égyptiens, les Babyloniens, les Perses, les Grecs, les Romains, les Byzantins, les Arabes, les Mongols, les Francs, les Turcs, les Anglais, les Juifs rebaptisés Israéliens.
Les Palestiniens n'aiment pas les Juifs, mais là encore se distinguent-ils vraiment de la quasi totalité de leurs coreligionnaires ?

Non décidément les Palestiniens n'attirent pas naturellement la compassion. Leur diriez vous ce mot là en face qu'ils vous voueraient probablement à l'enfer des Infidèles. Pour autant, les Palestiniens ne sont-ils pas un reflet en négatif, devrais-je dire en positif, de nos faiblesses, de notre renoncement, de nos lâchetés, de notre refus d'élever un mot plus haut que l'autre, de nos protestations feutrées, de notre soucis de consensus, de notre recherche de confort, de notre volonté morbide de métissage, de notre individualisme forcené, de notre hédonisme paroxystique ?
Il y a de la vie chez eux, autant qu'il y a de la mort chez nous. Et la vie l'emporte toujours sur la mort.

Quelques vidéos d'illustration :

Dirty war
Gaza under siege
Inside Gaza

Killing zone :


Vidéos de l'armée israélienne





2 commentaires:

  1. Je constate qu'il y a un talent fou chez les identitaires français ! Mais la masse des Français -dont je fais partie- est globalement dégénérée, le dernier paragraphe décrit très bien cette décadence. Les cathos ultras résistent, mais il faut pouvoir supporter un tel régime et ce n'est pas dans l'air du temps...

    RépondreSupprimer
  2. rien n'est jamais dit ou fini jusqu'à l'évènement ultime. Il y a déjà eu des sursauts dans l'histoire de ce pays

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.