En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

dimanche 13 décembre 2009

Source Liberté Politique .com
Pédopornographie : Frédéric Mitterrand suspend le directeur du Conservatoire de Paris

7 décembre 2009

Nommé par Frédéric Mitterrand à la tête du Conservatoire national supérieure de musique et de danse de Paris, le pianiste Pascal Dumay, 53 ans, a été placé sous contrôle judiciaire cette semaine, accusé de pédopornographie. Le ministre l'a suspendu.

Pascal Dumay avait pris la tête du Conservatoire le 1er septembre dernier. Il comparaîtra en janvier prochain devant le tribunal correctionnel de Versailles.

D’après l’agence Reuters (5 décembre), l’information vient d’une source anonyme citée par le Parisien : « Pascal Dumay a avoué avoir téléchargé plusieurs photos mettant en scène dans des situations pornographiques des enfants, filles et garçons, âgés de 7 à 15 ans. » L’information a été depuis confirmée par une source judiciaire reprise par le Point (6 décembre).

Frédéric Mitterrand a suspendu le pianiste. Dans un communiqué du ministère, il annonce avoir « pris connaissance de la procédure engagée à l'encontre de Pascal Dumay » et « aussitôt décidé de suspendre cet agent de ses fonctions, dans l'attente du jugement pénal ou du prononcé d'une sanction disciplinaire ».

Le communiqué indique que le ministre « suivra bien entendu avec la plus grande attention les suites qui seront réservées à cette affaire par le parquet de Versailles ». Le ministère rappelle que « la suspension de fonction est une mesure d'urgence, prise à titre conservatoire et sans caractère disciplinaire, qui n'entraîne pas par elle-même l'arrêt du versement de la rémunération ». Le Point précise que cette suspension est d'une durée maximale de quatre mois, « délai dans lequel une décision disciplinaire doit être prise ou des poursuites pénales engagées ».

On ne doute pas que Frédéric Mitterrand suivra cette affaire « avec la plus grande attention ». Mais on se demande si le ministre, amateur revendiqué de « jeunes garçons », est bien l’homme de la situation. Le Premier ministre serait bien avisé de s’en apercevoir.

Quand on croit être arrivé au fond on s'aperçoit qu'il y a encore des abysses en dessous. Jusqu'où descendront les "élites" qui nous gouvernent ? Jusqu'où nous entraîneront-elles ?
.
.
.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.