En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

lundi 24 août 2009

Fais moi peur !

Il y a une chose que j'ai beaucoup de mal à comprendre, c'est le tapage fait autour de la grippe A (H1N1).
Toute grippe est mortelle et pour l'instant, la caractéristique de celle-ci c'est qu'elle l'est ridiculement peu.
Chaque année la grippe saisonnière que nous qualifierons de routinière, tue entre 1500 et 2000 personnes en France et entre 250 000 et 500 000 personnes dans le monde ! Vous avez bien lu, il n'y a pas de coquille. Tous les chiffres peuvent être vérifiés sur le site de l'OMS.
On n'en parle pas, ça fait partie de l'ordre des choses.

La grippe A (H1N1) qui a fait son apparition cet hiver dans l'hémisphère Nord et qui termine son hiver dans l'hémisphère Sud, a tué au 15 aout 2009, le nombre incroyable de 1800 personnes dans le monde entier ! Mille huit cent vous avez bien lu.
Alors j'aimerais que l'on m'explique, au risque de passer pour un dangereux négationniste de la grippe, quel est le problème. Pourquoi parle-t-on de fermer les écoles, les administrations, les services publics, les lieux où se croisent et s'amassent les gens. Qui a pu faire germer une idée aussi débile dans le cerveau des responsables de toute la Terre.

Que veut-on nous faire en fait ? Qui manipule tout cela et surtout pourquoi ? Et que l'on ne vienne pas me parler de théorie du complot. Ce n'est pas une théorie, les chiffres de l'OMS sont là pour le prouver.

4 commentaires:

  1. En été, les journalistes n'ont pas grand chose à se mettre sous la plume...
    De plus, il faut nous préparer à la vraie pandémie, celle qui débarrassera la planète des 9/10ème de la population. HIV, ebola, ESB, grippe aviaire, H5N1, H1N1... autant d'expériences bricolées... Mais à force...

    RépondreSupprimer
  2. L'article d'agoravox qui explique que tout ceci est un moyen de bloquer les gens chez eux au moment de l'aggravation de la crise dans quelques semaines m'a marqué.

    RépondreSupprimer
  3. C'est effectivement ce qu'on peut imaginer : une sorte d'état d'urgence, mais outre que le moyen semble complètement disproportionné par rapport au risque, se pose la question du pourquoi d'un tel état d'urgence au niveau planétaire.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.