En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

lundi 23 mars 2009

ça y est, ! le racisme officialisé en France !

Nul ne pourra désormais dire que la France n'est pas un pays raciste.

Grâce à Yasig Sabeg et Nicolas Sarkozy, deux éminents personnages issus de la diversité, qui si l'on en juge par la position qu'ils ont atteinte en quelques années, n'ont pas été en but à des manœuvres discriminatoires très violentes, le racisme, tant décrié par les organisations droit-de-l'hommistes de tout crin, le racisme donc est en passe de devenir officiel en France.

J'en vois certains sursauter et d'autres se frotter les yeux. Paix !
Il ne s'agit pas bien sur de cette réaction bien normale et qualifiée à tort de racisme, d'un Français s'étonnant que son pays soit peuplé de 15 millions ou plus de personnes d'origine étrangère et se demandant comment cela a pu se faire alors que l'immigration est théoriquement réglementée dans ce pays.

Non, il s'agit là de vrai, de lourd, de solide racisme. Il s'agit de permettre à des gens qui n'ont pas les diplômes, ou ne sont pas capables de passer un entretien, d'accéder à des postes auxquels ils n'ont aucun droit.

C'est l'application de la fameuse "discrimination positive". Mais positive ou non, une discrimination visant à donner des droits supérieurs à certains, dans un système qui se veut égalitaire, "démocratique" comme ils disent, c'est une ségrégation, un apartheid, si les mots ont encore un sens.

Quand cette discrimination est basée sur l'origine ethnique - et qu'on ne vienne pas nous dire qu'elle ne sera pas - c'est du racisme. Le mot immigré ou la locution "habitant des quartiers" définissent une réalité ethnique que personne n'ignore, à commencer par les principaux intéressés.

Un racisme et un apartheid qui visent à priver les enfants de ce pays de leurs droits, droit qu'ils ont acquis par leur travail, leur études, leur pugnacité. Car il y a maintenant plusieurs décennies, que les emplois ne sont plus réservés aux descendants de Français, pour autant que cela n'ait jamais été le cas.

Il s'agit donc de déposséder par la force, cette génération de jeunes Français, essentiellement des "Gaulois" de la terre de leurs ancêtres. Car contre qui d'autre cette loi pourrait-elle s'appliquer ?

La première phase a consisté à submerger le pays d'une immigration illégale ou familiale, souvent les deux à la fois, pour le plus grand bien du patronat cosmopolite, des financiers mondialistes et des porteurs de Rolex . Puis peu à peu d'exclure les Français d'origine de certaines parties du territoire, les fameux "quartiers".
Ensuite, c'est le paysage coutumier qui a été changé par la mainmise sur les boucheries au profit du Halal, le don de terrains pour la construction de mosquées et les subventions publiques pour ces mêmes ouvrages, alors que la religion traditionnelle était attaquée de tous bords, y compris de l'intérieur sous l'influence de la franc-maçonnerie en particulier . Séparation hommes-femmes, avec la bénédiction des services publics dans de nombreux lieux publics, adaptation de la nourriture dans les écoles aux besoins d'une seule religion, port du voile encouragé malgré les dénégations officielles sont entre autres des manifestations de ce changement ethnique et culturel.

Mais tout cela n'allait pas assez vite pour ceux qui ont, depuis leurs cabinets secrets, décidé de détruire la France.

Maintenant, il faut chasser l'habitant, le propriétaire légitime.
Comment ? en le terrorisant et lui interdisant toute possibilité de défense.

L'évolution de la jurisprudence en matière d'auto défense, la relaxe quasi systématique des agresseurs appartenant à une minorité "visible", l'interdiction de facto de la détention d'armes pour les gens honnêtes, la traque policière à l'encontre des "bon pères de famille", la Halde, destinée à amplifier toutes les vétilles prétendument discriminatoires, la criminalisation des opinions non conformes, l'incitation à l'avortement, sont autant de moyens employés qui rélèvent d'ailleurs du génocide, ainsi qu'il est décrit dans le code pénal français :
  • soumission à des conditions d'existence de nature à entraîner la destruction partielle ou totale du groupe ;
  • mesures visant à entraver les naissances .

Enfin la cerise sur le gâteau, la loi Sabeg, qui rendra légale, voire même obligatoire, la mise à l'écart de gens qualifiés, sur le seul fait de leur appartenance à la race de ceux qui ont bâti ce pays.

Le temps est venu, me semble-t-il que nous prenions notre avenir en main.

Les coupables nous les connaissons, au moins pour les principaux : tous les présidents de la République depuis Giscard inclus et tous leurs premiers ministres.
Tous ont conduit la même politique anti-Français. Tous devront rendre des comptes, sinon devant nous, au moins devant le tribunal de l'Histoire !

Pour le reste Big Brother veille et m'interdit d'exposer ici le fond de ma pensée.

A lire : "Discrimination et statistique : vers une nouvelle conception de la nation française" sur communautarisme.net

1 commentaire:


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.