En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

samedi 12 novembre 2016

Le chef d'état-major américain menace la Russie et veut une 3ème guerre ...







On passera sur la réalité et l'histoire revisitées à la sauce US, c'est de bonne guerre d'afficher sa vérité quant on joue les matamores.
Reste que certains doutent de la possibilité d'une guerre prochaine. Quelle guerre m'a-t-on répondu récemment ! Celle-ci, celle qu'évoque, menace même cette baderne chamarrée.

Je pense qu'avec Trump, le risque est moins grand qu'avec Clinton, mais pour autant l'horizon n'est pas encore dégagé.
L'Amérique s'est toujours fait passer pour une victime et une colombe, ce qu'à l'évidence elle n'est pas.
Sans aller jusqu'à dire qu'elle a dans le passé facilité le déclenchement de guerres, on ne peut nier qu'elle n'en ait tiré des avantages substantiels (les réserves d'or mondiales en 14/18) le pouvoir mondial en 1945.

Elle peut penser se sortir de la crise actuelle, économique, énergétique, équilibre des forces, par une guerre, un chaos dont elle espérerait se sortir seule à peu près intacte. Ceci n'est qu'une illusion digne du docteur Folamour.  Une guerre mondiale aujourd'hui raserait la plupart des centres économiques et de matières premières de tous les pays en quelques heures voire quelques minutes. Ne parlons même pas des risques induits par les retombées nucléaires.

Qu'un chef d'Etat-major des armées de "la plus grande puissance militaire mondiale" puisse envisager une guerre contre la Russie et la Chine comme si nous étions encore dans la première moitié du siècle précédent le qualifie, à mon sens, directement pour l'asile d'aliénés, et je presse le Président Trump de lui rendre ce service. Le monde l'en remerciera.

Des conflits locaux ou régionaux, il en existera toujours et d'une certaine façon heureusement, c'est la vapeur qui s'échappe de la marmite, sinon celle-ci explose.

Pour les différents plus grands, il n'y a d'autre solution que de négocier. La terre est un espace fini que nous sommes condamnés à partager. Il faut faire avec.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.