En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

lundi 16 novembre 2015

Taisez vous Big Brother veille !

Sans aucune vergogne , à peine plus de quarante huit heures après les évènements, question posée sur RTL :
"Êtes vous prêts à abandonner quelques unes de vos libertés individuelles pour permettre la lutte contre le terrorisme ? ".

Le mondialisme a besoin, pour prospérer, de disposer de masses acculturées, sans racines , corvéables à merci,   prêtes à se dresser sans aucune réflexion contre un ennemi imaginaire désigné à cet effet, paisiblement tenues par le sexe, les plaisirs chimiques et la consommation à outrance le reste du temps.
Le contrôle permanent de ces masses est important pour éviter l'émergence d'un courant viable et structuré d'opposition. Cela a été parfaitement décrit par Orwell et d'autres écrivains de Science-Fiction (genre littéraire autrefois méprisé qui  gagne de plus en plus d'honorabilité  au fur et à mesure que le temps passe).  

Ce phénomène a aussi été décrit par des auteurs politiques comme Eric Werner (l'Avant Guerre Civile) pour lequel il apparait que l'existence d'une délinquance importante d'apparence non maitrisée est indispensable au fonctionnement des États modernes. Délinquance, terrorisme dont les membres sont presque tous issus du banditisme, il n'y a pas de différence de fond, sauf que le terrorisme apporte un effet d'échelle  plus efficace pour stupéfier un grand nombre.

Pour en revenir à l'affaire qui nous préoccupe, une vraie lutte contre le terrorisme, celui des islamistes ou un autre, les lois et les moyens existent et ont déjà été renforcés au delà du nécessaire, pour autant qu'on veuille bien les mettre en œuvre.
On a vu que le gouvernement ne s'embarrassait pas de scrupules quand il s'agissait de lutter contre les opposants au "mariage" pour les homosexuels, ni pour emprisonner ceux qui contestent les conclusions de Nuremberg. 
Pas besoin de nouvelles lois restrictives, destinées à brimer le plus grand nombre, au but avoué mais incertain d'arrêter quelques assassins.

Alors NON à de nouvelles restrictions à notre  liberté de penser, d'écrire, de nous associer, de manifester !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.