En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

dimanche 1 juin 2014

Fusillade au Musée juif de Bruxelles : un "Roubaisien" arrêté à Marseille | Le blog d'Arnaud de Brienne

Fusillade au Musée juif de Bruxelles : un "Roubaisien" arrêté à Marseille | Le blog d'Arnaud de Brienne

Mehdi Nemmouche, originaire de Roubaix est  en garde à vue depuis vendredi après avoir été arrêté à la gare  Saint-Charles à Marseille en possession d’un fusil d’assaut de type  Kalachnikov, d’un révolver et de munitions identiques à celles ayant  servi au quadruple assassinat de Bruxelles, de la casquette que portait  le tueur et d’une mini-caméra identique à celle avec laquelle il filma son crime. Au moment de son arrestation, notre "Roubaisien" s’apprêtait à se rendre en Algérie. Sans doute un bi-national parmi tant d’autres… la suite sur le blog d'Arnaud de Brienne

12 commentaires:

  1. Nos merdias ont lourdement insisté sur le fait que c'est un Français né à Roubaix !

    RépondreSupprimer
  2. Arnaud de Brienne le rappelle dans son article.
    Les médias sont aux ordres.
    Il y a une autre affaire avec le même relent de pourriture, c'est le cas d'un prêtre retrouvé égorgé à Marseille, pour lequel l'enquête a classé l'affaire en suicide alors que le couteau a été retrouvé dans un évier à quelques mètres de là !
    Pas d'enquête de nos brillants journalistes d'investigation et comportement ignoble de la justice maçonnique.

    RépondreSupprimer
  3. A noter le profond silence des merdias sur les infos concernant le couple d'Israéliens...
    la RTBF, Reuters et même en Israel - le quotidien Haaretz - ont précisé que ce couple avait travaillé - travaille encore ? - pour une agence gouvernementale qui favorise l'émigration des juifs de Russie.
    Cette agence - Nativ - dépendait des services de renseignement.
    Mais en France nos journalistes prétendent être libres !

    RépondreSupprimer
  4. effectivement c'est ce qui se dit . Coïncidence ou pas ?

    RépondreSupprimer
  5. Le dit Mehdi refuse son extradition vers la Belgique !
    Il refuse.
    Bin oui, il a des droits, non ?
    Il a le droit de refuser.
    Il sait qu'en Frankistan, il ne risque pas grand chose,sinon quelques mois en prison, d'où il s'évadera sans complicités, en faisant sauter des portes.
    Ce pays pue de plus en plus.

    RépondreSupprimer
  6. voyons ! le phare de la Franc Maçonnerie ! quand même !

    RépondreSupprimer
  7. On ne peut pas le déchoir de la nationalité frankaouite non plus, car il parait qu'il n'est pas binational.

    Et il faut avoir une double nationalité pour pouvoir être déchu de la nationalité frankistanaise. C'est la loi, on ne peut pas fabriquer des apatrides (apatrides sur le papier)

    Donc, on va bientôt soutenir la bi-nationalité ^^
    Obligés, nous sommes.

    RépondreSupprimer
  8. pas bi-national ?
    Ce serait bien le premier ...

    RépondreSupprimer
  9. Finalement, j'en sais rien.
    Il est ptet binational par ses parents, mais étant né en Fwance, il est Fwancé.
    Il est né Fwancé, donc il ne peut pas être déchu.
    Ouf !

    Comme ça, ni extradé parce qu'il ne le veut pas, ni déchu, parce que la loi refuse.
    C'est cool !

    RépondreSupprimer
  10. Attentat antisémite ou assassinat ciblé?
    - 1)
    Suite aux révélations de la presse israélienne, The Forward, quotidien juif américain, évoque sur son site une piste troublante à propos de la tuerie survenue samedi au Musée juif de Bruxelles: celle d'un "assassinat politique". En effet des ex-agents secrets israéliens parmi les victimes : Le double motif d'une telle spéculation: le tireur muni d'une petite caméra GoPro s'apparenterait à un "tueur professionnel" selon certains experts sollicités et après des heures de visionage des bandes video de surveillance : plusieurs médias israéliens ont divulgué -au cours des dernières heures- des informations particulières quant au profil de deux victimes (sur les quatre).
    Rédigé à partir d'une dépêche de Reuters, le papier de The Forward passe néanmoins sous silence certains éléments singuliers rapportés par l'agence de presse. Extrait:

    Une des victimes israéliennes, Emanuel Riva, avait antérieurement travaillé pour Nativ, une agence gouvernementale qui a joué un rôle clandestin dans l'encouragement de l'immigration juive en provenance de l'ex-Union soviétique, rapporte un officiel israélien.

    Aux côtés de l'agence du renseignement extérieur, le Mossad, et de son équivalent chargé de la sécurité intérieure, le Shin Beth, l'agence Nativ était sous l'autorité du bureau du Premier ministre.

    Miriam Riva, son épouse, travaillait également pour le bureau du Premier ministre, affirme l'officiel sans plus de détails.

    Des amis du couple interrogés par les médias israéliens ont affirmé que tous deux travaillaient comme comptables dans les services gouvernementaux. Le site du journal Israel Hayom ajoute aujourd'hui un détail intéressant à propos de leur collaboration antérieure avec Nativ, une agence d'espionnage fondée en 1952 et devenue semi-clandestine après la fin de la guerre froide. Extrait:
    Il y a quatre ans, ils (les Riva) ont été envoyés travailler en Allemagne par le ministère des Affaires étrangères.
    Selon Yediot Aharonot, ils ont vécu à Berlin jusqu'en 2011.

    En 2009, responsable de Nativ et soucieux de l'avenir de la communauté juive allemande, le ministre des Affaires étrangères était déjà celui de mai 2014: Avigdor Lieberman. Leader de l'extrême droite locale, cet ultra-nationaliste (rencontré en secret par Manuel Valls à la mi-février) s'était distingué sur la scène politique pour avoir suscité le courroux du Mossad, du Shin Beth et de l'Agence juive pour une raison spécifique: sa volonté d'utiliser Nativ pour favoriser l'émigration en Israël des citoyens juifs originaires de Russie et résidant en Allemagne.

    Dans son poste antérieur (celui de ministre des Affaires stratégiques de 2006 à 2008), il avait ainsi bravé la désapprobation des organisations juives allemandes et la colère de plusieurs haut-responsables israéliens qui s'opposèrent à son projet (annoncé en 2006) car il était susceptible de saborder l'amitié israélo-allemande.

    RépondreSupprimer
  11. - 2)
    En 2005, le quotidien Haaretz rapportait que Nativ, dans le collimateur du Mossad qui la jugeait caduque et encombrante, ne devait son maintien que par la volonté du Premier ministre alors en exercice: Ariel Sharon. Dans sa foulée, Avigdor Lieberman a repris le flambeau et a réorienté la mission de l'agence en direction des 200 000 juifs russes d'Allemagne.

    Ancienne ambassadrice d'Israël en Ukraine et ex-conseillère politique de Lieberman, Naomi Ben-Ami dirige Nativ depuis sept ans. L'Agence juive l'accusa en 2008 d'avoir provoqué une crise diplomatique avec l'Allemagne, pays allié, pour avoir exaucé le souhait de son mentor: ce dernier, d'origine russe, comptait précisement sur ces potentiels citoyens israéliens originaires de l'ex-Union soviétique pour consolider sa propre base électorale.

    En janvier 2008, un article du Jerusalem Post rapportait un détail intrigant au regard du profil des victimes israéliennes de Bruxelles: selon le quotidien, la récente démission de Lieberman du poste des Affaires stratégiques devait geler un projet décidé en juillet 2007 et relatif à l'envoi -en Allemagne- de "deux émissaires" de Nativ. Sa dirigeante n'avait pas commenté cette information et l'entourage de Lieberman s'etait contenté de réitérer son souhait que ce projet aille jusqu'au bout.

    Un an plus tard, Lieberman revint au gouvernement et dans le ministère, plus puissant, des Affaires étrangères. C'est alors que le couple Riva, travaillant pour Niva, fut envoyé en Allemagne sous sa tutelle. Troublante similitude: leur départ -dont les détails sont inconnus à ce jour- semble s'inscrire dans la reprise du projet antérieur de 2006-2008 (dit "Operation Germany").

    Dans le contexte actuel de la crise russo-ukrainienne, le rôle de Niva, autrefois attaquée publiquement par le Mossad, a pris une ampleur inattendue. Critiquée également dans un rapport officiel (paru fin 2013) en raison de son opacité, l'agence -qui constitue toujours une tête de pont avec les communautés juives de Russie, d'Ukraine et d'Allemagne – demeure sous la tutelle ministérielle d'un seul homme qui continue de l'instrumentaliser: Avigdor Lieberman. De notoriété publique, ce dernier aspire à succéder à Benyamin Netanyahou au poste de Premier ministre.

    Transformée en tremplin politique à usage personnel, Niva n'en finit pas d'agacer: les rivaux politiques de Lieberman comme les groupes hostiles à l'émigration juive hors d'Allemagne demandent toujours la cessation des activités de l'agence.

    Rien n'exclut que la fusillade du Musée juif de Bruxelles soit l'oeuvre d'un "terroriste" antisémite agissant à l'aveugle mais, au regard de l'engagement passé du couple Riva au sein d'une organisation controversée, rien ne permet non plus d'écarter la piste d'un assassinat ciblé en guise de représailles. Ou d'avertissement.

    RépondreSupprimer
  12. Affaire curieuse en effet, mais le tueur ne semble pas avoir le profil d'un agent du Mossad ou de toute autre officine juive ou israélienne

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.