En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

dimanche 12 mai 2019

Réfléxions à partir du réchauffement climatique

Le climat se réchauffe depuis la dernière glaciation, personne ne peut le nier, mais ce réchauffement s'effectue en dent de scie, ce qui fait qu'à l'échelle humaine on peut ressentir soit un refroidissement comme le mini âge glaciaire du XIIème ou bien un réchauffement comme aux environs de l'an mil ou peut-être maintenant.
Cela est dû tout d'abord à l'oscillation de la Terre sur son axe de rotation, à l'activité du soleil, à la région de l'espace dans laquelle se déplace le système solaire, à l'activité volcanique, pourquoi pas à la chute de météorites importants, bien qu'assez rares, à l'albédo de la Terre en fonction de la couverture de glace, enfin une multitude de phénomènes tout à fait naturels, même lorsqu'ils sont catastrophiques.

Pour autant que l'augmentation du gaz carbonique soit la cause du réchauffement et non pas la conséquence (par dégazage des océans sous le fait de l'augmentation de la température comme cela a été prouvé tout à fait scientifiquement), la part due aux activités humaines est complètement négligeable et ne saurait en aucun cas être la cause des augmentations catastrophiques de températures que l'on nous prédit (je n'ai pas les chiffres sous la main, mais ça se trouve) .

Toute cette manipulation à l'échelle globale dont curieusement seuls sont victimes ceux qui peuvent payer et parmi ceux-ci essentiellement les Européens tandis qu'Américains et autres parties du monde se gavent, n'a qu'un but, générer des sources juteuses de revenus pour les initiés et tenir les populations en état de stress permanent sous une domination qui n'a pas lieu d'être.

Al Gore en plein show


Le but étant de lutter contre un phénomène qui échappe totalement à notre contrôle, la rente est assurée et la domination aussi. Il suffit de constater l'évolution des mentalités en moins d'un demi siècle, pour voir comment nous sommes devenus des moutons que l'on mène ou bon leur semble.

Par contre, à part quelques larmes de crocodile vite séchées, on ne s’appesantit pas sur la dévastation de la nature dans certaines régions de la planète sauf pour rapprocher cela  du réchauffement anthropique.
On culpabilise le conducteur d'automobile, qui n'a guère le choix, qui tue un ours blanc chaque jour qu'il va travailler, mais les zones urbaines continuent de centraliser toute l'activité économique, tout en incitant la population d'actifs à se loger de plus en plus loin des zones de production, l'agriculture produit de manière extensive, en saccageant les sols, pour le plus grand bien des banques devenues les vraies propriétaires foncières, le capitalisme boursier qui ne saurait tolérer une baisse de la courbe pousse toujours plus à l'augmentation  "du chiffre" jusqu'à ce que la courbe exponentielle nous mène à dévisser et à  la dégringolade fatale. Les populations continuent de croître parce qu'il faut toujours plus de consommateurs, alors même que l'on a besoin de moins en moins de producteurs ce qui amène le monde contemporain à se plonger dans une schizophrénie fatale .

Le système nous assène un mélange de phrases à la fois lénifiantes et alarmantes conduisant  à maintenir, voire accentuer la schizophrénie de toute la population.
Ainsi on nous parle de "l’océan plastique" sans qu’aucun effort réel ne soit fait pour substituer le plastique dans le "pakaging" mis en place par le "marketing", alors qu'un reboisement conséquent par des espèces à croissance rapide,  contribuerait à l’absorption du CO2 prétendument excédentaire et fournirait le bois nécessaire à la confection de papier.
On nous parle de disparitions d’espèces animales, ces jours-ci on évoque même une sixième grande extinction qui au passage conduirait à notre disparition, mais l'introduction de deux malheureux ours dans les Pyrénées conduit régulièrement à un psychodrame national, tandis que dans les Alpes, l’État joue le "en même temps" à l'égard des loups qui se sont réintroduits tous seuls, pour contenter les producteurs et les défenseurs des loups.

En fait, le vrai problème sur cette planète ce n'est pas le réchauffement car à celui-ci succèdera dans peu de milliers d'années un refroidissement, le vrai problème, c'est l'absence de maitrise de la démographie, chose qui était en passe de réalisation en Europe, avant que les maitres du monde décident de nous déverser une partie du trop plein africain pour détruire tout l'édifice et nier notre droit au choix d'une démographie maitrisée.
On ne saurait passer sous silence l'association délétère de ce laxisme démographique avec la course au profit "à tout prix".





La pire invention de ces derniers 150 ans, ce n'est pas le moteur à explosion, ni même la bombe atomique, la pire invention c'est le vaccin, les méthodes de prophylaxie, l’hygiène et le confort de vie apportés à des populations qui n'étaient pas en état culturel de les recevoir, comme si l'on gavait d'un coup  un anorexique.

A titre personnel, je tiens les médecins ayant contribué à la baisse de la mortalité naturelle et à la maitrise des pandémies sur les autres continents comme de réels criminels contre l'humanité, ayant compromis l'existence de la totalité pour la sauvegarde d'une partie.

Max Theiler, prix Nobel de médecine, découvreur du vaccin contre la fièvre jeune

 
Le temps que ces populations assimilent le progrès, l'Afrique aura dépassé les 2 milliards d'habitants (au cours de ce siècle) , se sera déchirée dans des guerres affreuses et aura contaminé tous les autres continents, en particulier le continent européen qui d'ores et déjà approche de la mort clinique, l'état du canard qui continue de courir après qu'on lui a coupé la tête.

 En 1900, on estime la population ouest-africaine entre 30 et 35 millions d’habitants, soit une densité de population de 5 à 6 hab/km2. Ce sous-peuplement, c’est-à-dire cette densité de population nettement inférieure aux potentialités du milieu, ne suggère pas seulement des techniques d’encadrement et de production inadaptées (Gourou, 1983). En effet, la traite négrière et les premières incursions européennes ont participé au déséquilibre des sociétés ouest-africaines et ont ainsi affecté leurs capacités à maîtriser leur environnement (productions agricoles, pathologies, faune sauvage…). Au-delà d’un taux élevé de mortalité infantile ou d’infertilité liée à certaines pathologies (gonococcie, trypanosomiase, schistosomiase, etc.), ce sous-peuplement était d’autant plus accentué que les conflits dépeuplaient certaines régions. Par exemple, avant la capture de Samory à Guélémou (région de Touba en Côte d’Ivoire), et à l’approche de son campement provisoire, le capitaine français Gouraud (1939, p. 199) écrit : «Dans tout le Soudan, la plupart d’entre nous ont vu depuis longtemps les traces du passage de l’Almamy, mais des traces vieilles, refroidies : la ruine, le vide, l’abandon. Ici c’est le royaume de la mort, de l’horreur ! » Ce contexte d’insécurité générale fut réduit au fur et à mesure que les colonisateurs implantaient les postes militaires, comme par exemple dans le Sud-Ouest ivoirien (Thomann, 1999) ou dans le Fouta Djalon (Monénembo, 2008)


Le cas de l'Asie n'est pas moins inquiétant, mais par chance la Chine dispose d'un gouvernement central fort qui est en mesure de maitriser même partiellement sa démographie. Toutefois le XXI ème ou le XXII ème siècle verront certainement se développer les guerres de Sibérie pour la maitrise des matières premières et d'un espace vital sur le continent asiatique.

15 commentaires:

  1. Z'auriez pas oublié le rôle des pets de vaches dans le réchauffement climatique ?

    https://www.liberation.fr/futurs/2017/09/29/rechauffement-les-pets-de-vaches-en-rajoutent-une-couche-d-ozone_1599801

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne sais pas s'il y a 7 milliards de vaches sur la planète, alors pourquoi les accuser pauvres bêtes ?

      Supprimer
    2. 1,7 milliard de bovins
      http://www.web-agri.fr/actualite-agricole/economie-social/article/decouvrez-l-etonnante-repartition-des-bovins-a-travers-le-monde-1142-105763.html
      :-D

      Supprimer
  2. EQUALIZER13/5/19 02:20

    Rappel : ;-)

    http://lingane.canalblog.com/archives/2011/11/11/22643604.html

    https://www.breizh-info.com/2019/05/07/118383/6e-extinction-de-masse-demographie-mondiale-surpopulation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je vois que mon indignation me pousse (à l'insu de mon plein gré pour paraphraser un cyclopèdiste) à m'inscrire dans un courant de pensée déjà existant. Ça fait toujours plaisir de découvrir que l'on n'est pas seul, ni sur l'analyse, ni sur les remèdes

      Supprimer
    2. EQUALIZER13/5/19 12:04

      J' étais "fan" de Lingane.canalblog ... et suis vraiment navré que son taulier ait mis la clé sous la porte . Dommage ! c' est quelqu' un avec qui j' avais certains atomes crochus (pas le nez) il reste injoignable et c' est bien dommage .

      Supprimer
    3. on vit on meurt, va savoir ?

      Supprimer
  3. De 7 milliards en 2011 nous devrions passer à 8 milliards au printemps 2023 selon l'ONU.
    Vous pouvez observer en direct l'évolution de la démographie mondiale seconde après seconde, pays par pays, ici:

    https://www.worldometers.info/fr/population-mondiale/

    Cœurs sensibles s'abstenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai déjà vu de démographomètre , effectivement c'est affolant

      Supprimer
  4. EQUALIZER15/5/19 18:09

    J' ai vu chez la Lime qu' il y avait eu prise de tête à propos d' un article du Figaro :
    http://fboizard.blogspot.com/2019/05/trop-de-chats-je-ne-sais-pas-mais-trop.html
    on y fustige les outrances des défenseurs de félins ... l' outrance fait partie de la colère . Bref . Mes chers félins seraient donc responsable d' une réduction inquiétante du nombre des zoizeaux . Ah bon ? d' où certaines réactions des philofélins ... C' est plutôt l' usage massif des pesticides comme cause première , et également une prolifération de prédateurs qui dévastent les nids des petits zozieaux : pies , corvidés , goëlands .. et l' atteinte massive de l' urbanisation sur l' habitat naturel des espèces , alors les chats dans tout ça c' est pas loin de peanut ! boucs émissaires facile , enfumage pour extermination programmée ? Rien que par chez moi les moineaux ont disparu avec l' apparition des pies (voir plus haut) les quelques chats domestiques en vadrouille que les chauffards de la route n' ont pas encore tués me paraissent bien innocents dans cette affaire . L ' Australie, où la prolifération des chats redevenus *sauvages* pose "problème", a entrepris une campagne d' éradication (pièges+panpanpan!) La faute à qui cette prolifération ? à ceux qui laissent -ont laissé- en errance des animaux non stérilisés . Autrement dit , les animaux payent (cruellement) le je-m-en-foutisme des homo sapiens (sapiens? pas sûr) comme les lapins proliférants exterminés à la myxomatose (maladie créée ad hoc!) Je ne suis pas chasseur , mais quand j' entends dire que les chasseurs ont décimé la faune sauvage , même s' il existe des excès imbéciles , je renvoie aux causes citées plus haut , l' expension de l' habitat , l' agrochimie etc ... soit une augmentation de population aux conséquences désastreuse pour toutes les espèces même humaines !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les moineaux ont disparu en l'espace d'un an ou deux, comme les mouches 20 ans plus tôt et les chats n'y sont pour rien

      Supprimer
  5. EQUALIZER15/5/19 19:29

    Pour en remettre une couche aux climato-réchauffistes et leur phobie du CO2 pourtant indispensable à la vie , envoyer la Greta Thunberg jouer au cerceau et nous lâcher la grappe à faire la ventriloque des escrocs ONUsiens .. comme l' a écrit l' excellent Hannibal , avec un nom comme ça -montagne de thunes- elle doit pas être que suédoise ... passons :

    https://ripostelaique.com/ma-priere-a-greta-laisse-parler-les-heretiques-du-climat.html

    RépondreSupprimer
  6. Déréglement climatique & réchauffement :

    Déréglement cela signifie donc que le climat ait été réglé comme une horloge un jour ou un autre.
    Ce n'est pas le cas, cela ne l'a jamais été.

    Réchauffement cela signifie que le climat se réchauffe et qu'il ne s'est jamais réchauffé. Ce n'est pas le cas non plus.

    Températures moyennes, cela signifie que nous mesurions les températures moyennes à l'échelle du globe par le passé. Ce n'est pas du tout le cas, très loin de là.

    Parler de réchauffement basé sur les températures moyennes du globe entier revient à prendre le taux de diabète dans les hôpitaux du monde pour en déduire le taux de diabète moyen de tous les terriens.

    Nul besoin d'aller plus loin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est ça, , les interprétations des variations de température sont très indirectes et caractérisent plus une tendance à la hausse ou à la baisse qu'une température précise

      Supprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.