En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

mercredi 20 février 2013

Perdu de vue


La poste retourne à l'envoyeur les pétitions adressées au président de la république en vue de demander un referendum sur le "mariage" des homosexuels. (voir le Salon Beige)

Sarkozy était vulgaire celui-là est obscène.

10 commentaires:

  1. En même temps il n'y a pas grand chose à attendre d'un gouvernement qui nomme Marie-Ségolène Royal vice présidente de la BPI

    RépondreSupprimer
  2. c'est vrai mais quand même ils arrivent encore à susciter de la surprise .

    RépondreSupprimer
  3. Sarkozy était vulgaire...
    Hollande est obscène ET vulgaire...
    A chaque nouveau "gouverneur", on a l'impression de descendre un cran plus bas.

    RépondreSupprimer
  4. c'est exactement la réflexion que je me fais.
    Pour paraphraser un vers célèbre :
    "Pire qu'hier et meilleur que demain".

    RépondreSupprimer
  5. Giscard a commencé à baisser son froc (celui de la France) avec son accordéon au coin du feu. Pire que Bush en blouson d'aviateur ou que Sarko se précipitant sur la pointe des pieds devant Bush.

    RépondreSupprimer
  6. Giscard pire que Sarkozy , honnêtement je ne le crois pas. Il pensait que la France avait sa place dans un peloton de tête

    RépondreSupprimer
  7. C'est quand même Giscard en tant que ministre des finances sous la présidence d'un ex directeur de la banque Rothschild à savoir Pompidou, comme par hasard, qui a vendu la France et a asservi les français aux banquiers. les autres, valets des finances internationales et lobbies poursuivent cette œuvre d'oppression.

    RépondreSupprimer
  8. je ne suis pas en train de dire que Giscard était un bon, seulement qu'il a été (un peu) moins mauvais de le petit Nicolas.
    Vendre la France aux banquiers ce n'était pas bien, vendre la France à l'encan à qui veut la prendre c'est encore moins bien.

    RépondreSupprimer
  9. " (un peu) moins mauvais "

    voilà qui est plus fédérateur.

    RépondreSupprimer
  10. Il faut dire, avec le recul, qu'on aura eu une belle brochette de cas sociaux ou psychiatriques à la présidence, depuis 1958.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.