En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

lundi 2 juillet 2018

Quand la vacuité rend hommage à la bouffissure

On  a les héros que l'on mérite !
En cela, la ripoublique maçonnique grande consommatrice de chair humaine se devait de rendre hommage à l'auteur de la loi autorisant l'avortement en France, loi sur laquelle est en grande partie assis le grand remplacement, qui n'existe pas bien sûr. Il suffit d'observer une sortie scolaire pour s'en convaincre.

Une grenouille se prenant pour un bœuf, voire pour le roi des dieux, vantant les mérites d'une avorteuse fln-compatible et le reste ne sera pas cité pour ne pas avoir d’emmerdes.

Je me souviens du débat politique au moment de la promulgation de cette loi. Tout ce qui se produit aujourd'hui, comme la dénatalité galopante, les risques d'appel d'air à une immigration que l'on commençait à peine à ressentir comme autre chose d'exotique et de folklorique, les problèmes psychologiques qui-n'existent-pas etc. avait été évoqué par ceux qui refusaient la loi ou en contestaient les modalités.
La ministre en charge du dossier, la même qu'on inhume place des Grands Hommes (faut-il l'écrire Grand.e.s Homm.e.s ? ) avait répondu de manière rassurante voire lénifiante et maternaliste (féminisation oblige).

De fait on connait les résultats, un intérêt qui ne se dément pas de la part des femmes blanches pour cette pratique mortifère, un déficit de naissances d'environ 200 000 enfants par an, plus de huit millions d'enfants envoyés Ad Patres sans avoir eu le droit à un avocat rapidement remplacés par au moins autant de gentils invités, lesquels copulent eux comme des mitrailleuses, un délai d'avortement allongé, l'avortement considéré à l'égal d'un des droits de l'homme féminin, un planning familial digne des services eugéniques des pays nordiques du XXème siècle.

Quand vous percez un trou dans la coque, vous pouvez toujours affirmer que l'eau sera tiède, la bateau coulera quand même.

Avec le recul, on s'aperçoit que le septennat de Giscard avec comme premier sinistre Chirac et quelques sbires du même acabit au gouvernement, a été le moment charnière, le moment du basculement d'une France qui tant bien que mal s'accrochait à sa grandeur et s'espérait un avenir.
La femme enterrée aujourd'hui au Panthéon a été un des éléments déterminants de cette chute.

Qu'elle brûle en enfer


18 commentaires:

  1. Ne vous y trompez pas, ce n'est pas la loi sur l'avortement qui a permis l'inhumation de Simone Veil au Panthéon, mais plutôt le fait d'avoir été la première Présidente de l'UE dont plus personne ne semble capable de ralentir la décomposition.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un ensemble, "l'héroïne" de la shoah, la magistrate du temps de la guerre d’Algérie, la ministre de l'avortement et le reste, elle est parfaitement emblématique de la dérive de la Vème et de ses origines.

      Supprimer
  2. Beurke.
    Je ne vais pas user mon clavier pour "ça" :(

    RépondreSupprimer
  3. Quand on pense que sensiblement à la même époque le « sulfureux » cinéaste, écrivain, poète, marxiste mystique, Pier Paolo Pasolini écrivait dans un texte intitulé : « Le coït, l'avortement, la fausse tolérance du pouvoir, le conformisme des progressistes » (Ecrits corsaires) :

    "Je suis traumatisé par la légalisation de l'avortement parce que je considère, comme beaucoup, comme une légalisation de l'homicide. Dans mes rêves et dans mon comportement quotidien – c'est quelque chose de commun à tous les hommes –, je vis ma vie prénatale, comme heureuse immersion dans les eaux maternelles : je sais que là, j'étais vivant."

    On le sait, les revendications d'une jouissance sans entraves réveillaient toujours chez lui une sainte révolte.

    Il fustigeait sans cesse l'impardonnable tolérance hédoniste de TOUS les fourriers de la mort appartenant à TOUTES les coteries politiques, qui supprimaient toute altérité réelle par la réalisation falsifiée et totalisante des droits civiques (les questions sociétales dans la France d'aujourd'hui).

    Simone Weil que j'aime :

    "Même accompli, le mal garde ce caractère d'irréalité; de là vient peut-être la simplicité des criminels; tout est simple dans le rêve. Simplicité qui fait pendant à la suprême vertu.
    La Pesanteur et la Grâce.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je dois avouer que je ne connais pas l’œuvre de Pasolini, mais au vu des citations que vous donnez je le regrette.

      Supprimer
  4. P-E
    Je n'ai vu que l'Evangile selon Saint-Matthieu, dans les années 68 et ça m'a donné un fameux coup de poing à l'estomac.
    Il a fait du Christ un résistant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. disons que probablement j'avais des a priori contre lui. A l'époque de gauche et homosexuel ça dépassait mon niveau de tolérance.

      Supprimer
    2. "ça dépassait mon niveau de tolérance" : parce que maintenant... ? :)

      Supprimer
    3. A 20 ans c'était viscéral quand maintenant c'est peut-être plus raisonné car je sais ce que ces deux travers peuvent faire à une nation

      Supprimer
  5. EQUALIZER4/7/18 23:19

    Pasolini était un vrai personnage , et quel intelligence ! il a été sans aucun doute assassiné (son meurtrier est mort en 2017?) d' en avoir trop dit , trop écrit ? un "marxiste" hors norme très cohérent . Pour ceux que cela intéresse , il y a eu une bonne émission des "rendez-vous avec X..." (sur France-Inter) sur cette affaire , à écouter ici (et bien d' autres dignes d' intérêt) :
    http://rendezvousavecmrx.free.fr/page/detail_emission.php?cle_emission=583

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme je l'ai dit je ne le connais pas sinon par des critiques de films.

      Supprimer
  6. EQUALIZER5/7/18 00:16

    On ne peut pas avoir tout suivi , ni tout connaître ! Pasolini avait la "classe" ! c' est le genre de gars qui soutenait les "CRS" italiens (fils de prolo) qui triquaient les étudiants (fils de bourgeois!). :-D il était homo mais qu' est-ce qu' on en a à faire ? il militait pas pour la mascarade du LGBétisme ! il assumait sa vie librement .. Je vais encore passer pour un drôle de "coco" ! :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non, tu as certainement raison, je n'ai tout simplement aucun avis sur lui, je ne le connais que par oui-dire, de façon plus qu'indirecte.

      Supprimer
  7. Je rejoins votre article, sauf le "quelle brûle en enfer". Il me semble en tant que chrétien qu'il faut aussi voire surtout aimer ses ennemis. Donc, dans cet esprit on pourra prier pour Simone Veil. C'est même encouragé !
    J'avais lu un livre L'Europe submergée, du célèbre démographe Alfred Sauvy. Il s'oppose effectivement à l'avortement, en citant l'exemple du Japon, où l'avortement a été mis en place part Mac Arthur, dans l'esprit de faire baisser la population.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'admets mon côté mécréant et la faiblesse de ma charité chrétienne, je reconnais parfaitement la justesse de votre position Stéphane, d'ailleurs ce n'est pas à nous de juger les morts mais je la juge sur la période où elle était vivante.

      Supprimer
  8. Pasolini, 1969 et les Cons-bendit.. sans intéret.
    Tout ce que je lui reconnais, c'est quand il déconne - et il saivait le faire, voire

    1966 : Des oiseaux, petits et gros (Uccellacci e uccellini)
    1967 : La Terre vue de la Lune, sketch du film Les Sorcières (Le streghe)

    https://youtu.be/VxVKEMm2w6M
    youtu.be/VxVKEMm2w6M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. depuis que j'ai passé mes 8 ans je suis assez imperméable à l'humour des clowns de cirque

      Supprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.