En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

samedi 2 juillet 2016

Quand les réchauffistes sont en mal d'imagination

Vous avez peut-être entendu sur les médias du système cette information surprenante et qui se veut réconfortante.
"le trou de la couche d'ozone se serait résorbé d'environ 40%." Alléluia !

Le trou de la couche d'ozone, c'est la première tentative des réchauffistes:mondialistes de prendre le contrôle sur les individus en leur faisant porter le chapeau dans la prétendue dégradation de l'écosystème.
En 80 on ne parlait pas encore de réchauffement, mais on parlait des millions de lapins de la Patagonie, rendus aveugles par les rayons durs du soleil. A terme ce phénomène devait tous nous concerner et nous aurions dû finir comme des espèces de zombies cuits à point.
Seulement au bout de quelques années, personne n'ayant jamais vu un seul lapin argentin aveugle, tout le monde a fini par en rire, d'autant plus que la particularité de ce trou c'est qu'il n'était pas là tous les jours.

Alors pourquoi une résurgence de ce trou aujourd'hui ?
C'est tout bête, nous sommes le 2 juillet et le premier qui me parle de réchauffement, je lui enfile un thermomètre avec la plaquette en bois dans le fion et je lui fait bouffer le mercure de mon baromètre.
Le réchauffement est devenu aussi risible que le trou  d'ozone, mais ce dernier a l'avantage d'avoir été oublié.
Donc on le ressort, car il ne faudrait quand même pas que l'inoculation de la culpabilité baisse d'un cran.

Si ça ne marche pas, peut-être que François demandera une repentance pour le rôle que l’Église a joué dans le réchauffement en brulant les relapses ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.