En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

mardi 23 mai 2017

Une découverte d'hominidé en Europe pourrait remettre en cause la théorie du "Out of Africa"

Une nouvelle découverte remet en cause la théorie du "Out of Africa"

Selon cette théorie élaborée dans les années 70 suite à la découverte d'ossements d'australopithèque gracile, dans la vallée de l'Omo, sur le site d'Haddar en Ethiopie en 1974, l'humanité se serait développée en Afrique, puis aurait débordé en Asie (Moyen Orient, et Proche Orient) avant de passer en Europe et en extrême Orient.
Cette théorie scientifique n'est pas entièrement validée par les faits (sinon ce ne serait plus une théorie)  et son apôtre français l'anthropologue Yves Coppens a passé toute sa vie avec ses collègues à tenter d'étayer scientifiquement cette théorie, devenue officielle, puis quasi religieuse.
Qu'elle soit vraie ou pas scientifiquement (nous allons le voir plus loin) n'a en soi qu'un intérêt relatif. Que l'homme soit né là ou  ailleurs n'a en fait aucune importance a priori pour un esprit scientifique.
C'est mal comprendre le système.

Vous ne vous en rendez certainement pas compte consciemment mais cette théorie induit des axiomes comme "nous sommes tous des Africains" et corollairement "nous sommes tous des Arabes et des Juifs", même si ethniquement et historiquement, naturellement c'est débile, mais le but est de susciter des conséquences politiques tout à fait réelles pour aujourd'hui.
Ainsi il serait inhumain de rejeter nos frères africains à la mer puisque nous descendrions d'eux.

L'anthropologie n'est pas une discipline si douce et paisible qu'il y parait. En réalité des théories très politiques sont élaborées  et tout ce qui ne s'y rattache pas est éliminé sans état d'âme.
C'est ainsi que des artefacts étranges, bizarres en eux mêmes ou retrouvés au "mauvais" endroit, ou ne correspondant pas à ce que l'on croit savoir de l'époque sont systématiquement écartés le plus souvent sans analyse.¹
Certains savants ont vu leur carrière brisée pour avoir annoncé une découverte qui n'entrait pas dans le cadre préétabli. A contrario des découvertes qui n'en sont peut-être pas ont été avalisées par la communauté scientifique parce qu'elles correspondaient à la théorie et avaient été faites par la "bonne" personne. D'autres se contrôlent et ne révèlent de leurs découvertes que ce qui entre dans le cadre.
C'est dans ce contexte qu'il faut s'intéresser à la découverte faite en Europe, en Bulgarie actuelle, d'un hominidé baptisé pour l'occasion Graecopithecus Freybergi qui vivait là il y a 7,2 millions d'années soit, parait-il 200 000 ans avant les premiers hominidés dont les restes ont été découverts en Afrique. Ces "grands singes" possèdent quelques caractères que l'on retrouvera chez les humains plus tard, donc sont susceptibles d'être les ancêtres d'humains.
Cette découverte relance la théorie d'une naissance de l'homme en plusieurs endroits du monde, en Afrique en Extrême-Orient et en Europe et mettrait de facto fin à la théorie-mythe du "Out of Africa".

¹ si cela vous intéresse procurez vous "L'histoire secrète de l'espèce humaine" de Mickael Cremo  et Richard Thompson quasi introuvable sauf en PDF. Tous leurs exemples ne sont peut-être pas pertinents mais ça montre bien l'ambiance au sein de l'anthropologie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.