En poursuivant votre navigation vous acceptez l'installation de cookies

lundi 24 avril 2017

Amère victoire, amère défaite

Le 17 novembre  j'écrivais un article titré "Macron se présente" , dont le sous-titre était  "et pourquoi il sera élu".
Macron se présente ... et pourquoi il sera élu.
Macron se présente, et il va plaire aux Français, parce qu'en tout temps, à toute heure, le Français à toujours préféré la facilité quand on lui en offrait la possibilité. C'est peut-être la principale caractéristique de la démocratie : elle est délétère. Elle offre un choix - depuis plusieurs années celui-ci est cantonné entre le mauvais et le pire - qui fait que naturellement la foule se porte sur le plus facile, celui qui coutera le moins d'effort, le plus joli, le mieux tourné.
En gros si l'on exclut les candidatures folkloriques, nous allons avoir trois ou quatre candidats potentiellement présidentiables. La plupart sont des chevaux de retour, anciens condamnés, anciens ministres sinistres, ancien président peut-être, impliqués dans des affaires louches .
Certains n'ont pas fait quand ils le pouvaient mais nous expliqueront pendant 6 mois comment faire si ... .
Une femme sera candidate, mais elle a tué le père et s'habille désormais de bleu et elle a remplacé la flamme par le goupillon Canard WC. Comme ses idées semblent avoir suivi le même chemin évolutif son accès à l’Élysée apparait de plus en plus comme un mirage. Son parti aura au moins réussi cela en quarante ans d'existence, tout faire pour ne pas courir le risque de gagner. Passons.
Et puis voilà le Beau-Joli, comme Faizant appelait Fabius. C'est tout frais c'est tout propre, son épouse-maman veille sur lui comme sur un poupon. C'est le fils de la banque et en fait il veut vous faire suer le burnous. Il ne le dit pas comme ça mais c'est ce qu'il fera au nom de la Liberté bien sûr. C'est le candidat idéal des mondialistes qui en ont assez de trainer des vieux croutons, anciens trucs et machins et qui ont prouvé leur inefficacité.
Il m'apparait un peu comme un clone de Trump, qui curieusement me semble de plus en plus le candidat réel de la Banque et du système contre la vieille chose cacochyme qui n'était là que pour faire illusion. On a cru, j'ai cru, qu'il n'était là que pour faire élire Clinton, par effet repoussoir . C'était exactement le contraire. Ils sont très forts au sommet de l'Empire.
Les Français sont très friands de jeunesse ne fut-elle que d'apparence, ils adorent les belles paroles et les idées creuses, ils adoreront la société froide, dure et impersonnelle que nous concoctera le fils de la Banque. Ils ne s'en rendront compte que lorsqu'ils ne pourront plus rien faire contre.

Les Français voteront donc pour Emmanuel.

Au passage vous noterez mes quelques mots prémonitoires sur Trump dont je ne me souvenais pas les avoir écrits si tôt.  ...

Il n'y a rien à ajouter au triste constat que je faisais à l'époque sur la vacuité du personnage et celle plus dramatique des Français. Ce n'est pas en vain que la République a depuis plus de deux siècle fauché et dilapidé les forces vives  de ce pays à l'occasion des deux guerres, c'est certain, mais aussi  grâce à des purges qui pour être plus sournoises n'en ont pas été moins efficaces. Purge de la pensée, purge du consumérisme à outrance qui avilit l'âme et le corps . C'est  sans réelle surprise que nous en sommes arrivés là 

Nous voici désormais au bord du gouffre dont nous savions tous qu'il approchait à toute vitesse. A cette occasion saluons , si je puis dire, la classe politique quasi toute entière , qui s'est conformée aux prévisions.
A l'exception du FN qui ne peut pas faire autrement, un coup de chapeau à l'extrême gauche qui, malgré tout ce qui nous sépare, semble conserver une certaine retenue vis à vis de Macron. Tout le reste est à jeter, du premier au dernier.
Même Fillon, étrillé et  quasiment mis à mort politiquement par le système, se rend à Canossa à genoux et en robe de bure. Aujourd'hui, Ô Tempora Ô Mores  ! on ne fait plus amende  honorable,  on taille une petite pipe en public, mais ça revient au même.

J'aurais certainement l'occasion d'y revenir les jours  prochains, mais il va être vital de trouver des moyens de survivre à la catastrophique présidence Macron qui nous fera regretter  le règne hideux du caramel mou.

2 commentaires:

  1. Et bien, tu avais raison sur tout, même sur Trump.
    Et les grognasses qui ont défilé déguisées en vulves se sont bien fait balader.
    Comme nous, pour des raisons inverses.

    RépondreSupprimer


Afin d'éviter que votre commentaire ne soit détruit, veuillez indiquer un pseudo.

Les commentaires injurieux ou ne respectant pas de manière évidente la multitude de lois liberticides qui nous sont imposées sont susceptibles d'être supprimés. Faites preuve d'intelligence et d'imagination !

Les auteurs des commentaires sont responsables de leurs propos.